Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Colloque Franco-allemand de Lyon

Le 7 octobre 2011, s'est tenu à l'IEP de Lyon, un colloque franco-allemand sur le thème:

 

Visions comparées de l'euro

 

Les videos de ce colloque sont disponibles sur

 


www.cercledu29mai2005.eu

 

 

Recherche

Eclats Républicains

Si vous le souhaitez, vous pouvez recevoir le livre "Eclats Républicains" de Simon Archipenko, Président de Voltaire République. Le  livre est paru en septembre 2007. La réception est gratuite. Si vous souhaitez contribuer à l'effort envoyez un don au siège de l'Association . Voltaire République - 73, cours Richard Vitton 69003 LYON. Pour recevoir le livre envoyez un courriel à: voltaire.republique@laposte.net

Présentation

Citoyen !

VOLTAIRE REPUBLIQUE  est un mouvement qui veut défendre et promouvoir les idées républicaines issues du siècle des Lumières et dont l’un des principaux penseurs fût Voltaire. En qualité de mouvement laïque et républicain, l’association se fait un devoir de répandre sa pensée dans toutes les sphères de la vie politique, économique et sociale de la France et dans une Europe débarrassée de son idéologie libérale dont les citoyens français ont rejeté les bases lors du scrutin du 29 mai 2005. L’association ne s’interdit aucune action et aucun prosélytisme dans le monde.

VOLTAIRE REPUBLIQUE  est fondée par des républicains engagés dans la vie de la Cité, venus d’horizons divers, patriotes qui veulent pour la France une république digne de son histoire et de celle qu’ils veulent léguer aux générations futures.
Article II des statuts de l’association   
VOLTAIRE REPUBLIQUE  est une association où, seul le nom de Citoyen compte. Elle rejette toute idée de communautarisme, sous quelque forme que ce soit.
Tous les adhérents, sans distinction y sont honorés pour leur travail voué au bien public, et tourné vers la République.
Voltaire république ne se revendique pas en parti politique; elle est politique. A ce titre ses adhérents sont libres d’appartenir ou de ne pas appartenir à un parti . Aussi, elle accueille en son sein les citoyens venus de tous horizons démocratiques et républicains, sans exclusive d’appartenance.
L’association n’importe pas en son sein les clivages et les pratiques qui y sont attachés. Le citoyen qui n’accepte pas ces principes fondateurs de Voltaire République et des Jeunes Voltairiens n’ont pas leur place au sein de l’association.
Voltaire République est engagée dans la vie de la Cité.  Elle invite les citoyens à en être les acteurs dans les associations, les organisations syndicales étudiantes, de salariés, patronales, artisanales et familiales.
Voltaire République et les Jeunes Voltairiens sont organisés dans leur ville, leur département, leur facultés, leurs entreprises et, sur le plan national.

Salut et fraternité

Voltaire République et les Jeunes Voltairiens


Nous contacter :
voltaire.republique@laposte.net

Articles Récents

Du bon usage des commentaires

Nous laissons les commentaires libres sous réserve de minimum de correction. De même, les liens donnés par nos lecteurs, s'ils n'intègrent pas le notre sur leur blog ou site seront détruits.

Enfin, en guise de commentaires, nous ne retenons que les personnels; les copier-coller d'autres appréciations ne nous intéressent pas.

21 janvier 2010 4 21 /01 /janvier /2010 14:19
Bandoura.jpg
La révolution d’Octobre et ses prolongations jusqu’en 1945 .

L’Ukraine indépendante (1917-1920).


De la paix de Brest-Litovsk à la guerre civile.
Les premiers paragraphes de ce chapitre sont extraits du site Hérodote.

Après la Révolution d'octobre de 1917, l'Ukraine fut brièvement indépendante jusqu'en 1920. La Rada (parlement) ukrainienne centrale proclama le 20 novembre 1917 la République Populaire d’Ukraine et le 25 janvier 1918 sa séparation d'avec la Russie.
Le 3 mars 1918, à Brest-Litovsk, les bolcheviques russes signent la paix avec les Allemands et leurs alliés. Ils se retirent de la Grande Guerre, laissant choir la France et l'Angleterre qui s'étaient engagées aux côtés du tsar.

La Révolution au prix de la défaite


Dès le 8 novembre 1917, soit le lendemain de la prise de pouvoir par les bolcheviques des centres vitaux de Petrograd (Saint-Pétersbourg), Lénine a signé un décret qui propose une «paix sans annexions» à tous les belligérants. Mais ce décret d'un agitateur au pouvoir encore incertain est resté lettre morte.
L'Ukraine  profite des négociations de paix pour s'émanciper. Lénine ne peut rien faire, mais il réussira plus tard à reprendre le pouvoir à Kiev, par la force.
La Russie perd par ce traité léonin la Pologne, la Finlande, l'Ukraine, les pays baltes (Lituanie, Lettonie, Estonie), plusieurs territoires cédés à la Turquie, alliée de l'Allemagne. La Russie d'Europe se trouve ramenée à ce qu'était le grand-duché de Moscovie avant l'avènement d'Ivan le Terrible au XVIe siècle !

La guerre civile

C'est le moment où se réveillent en ordre dispersé les partisans du régime tsariste ou de la République démocratique issue de la Révolution de Février.
En Ukraine, en avril 1918, l'Hethman Skoropadski prend le pouvoir avec le concours des Allemands.

Victoire à la Pyrrhus

En deux années, la guerre civile va faire environ 5 millions de victimes parmi les combattants, non compris autant de civils victimes des famines et des exécutions sommaires. C'est bien plus que la Première Guerre mondiale. Cette guerre civile va se conclure par la mainmise des bolcheviques et de Lénine sur un pays ruiné.

*

En février 1919, l'Armée rouge prit Kiev, abandonnée par le gouvernement du Directoire. Dans une atmosphère chaotique, de nombreux soulèvement de paysans eurent lieu en Ukraine, menés par l'anarchiste Makhno ou encore l'otaman (ministre de la Guerre) Grygoriev, successivement allié de Petlioura, des bolcheviques et des forces blanches du Général Dénikine. Petlioura, qui commandait l'Armée de la République populaire ukrainienne, la joignit à l'Armée ukrainienne de Galicie pour combattre l'Armée blanche et l'Armée rouge. Il dut également lutter contre les anarcho-communistes de Nestor Makhno, alliés dans un premier temps à l'Armée rouge.
De fait, la situation de l'Ukraine dans cette période, présente un enchevêtrement de conflits politiques qui se poursuivent par la guerre et la guerre civile avec des alliances à géométrie variable.

une guerre contre l'Allemagne (1914-1918)

une guerre civile avec différentes forces en présences:

·    tsaristes
·    monarchistes constitutionalistes
·    bolcheviques soviétiques
·    bolcheviques indépendantistes
·    démocrates parlementaristes (souvent proches de Kerenski, tel Wrangel
·    partisans de Simon Petlioura, 3ème président de la république urainienne. Mort à Paris en 1926, sous les balles d’un juif révolutionnaire, Samuel Schwartzbard. A son corps défendant, cet acte fut à l’origine de la création de la LICA (aujourd’hui la LICRA).
·    partisans de Makhno (anarchistes)

Septembre 1918 voit la naissance de la fameuse « Makhnovchtchina » et de ses drapeaux noirs. En moins de 3 mois, les makhnovistes libèrent une importante partie de l'Ukraine orientale. Les troupes d'occupation vaincues, le nouvel ennemi est le général Anton Ivanovitch Denikine, et ses troupes.
En 1917, une armée des Volontaires, constituée essentiellement d'officiers et de cadets, veut se porter garante d'une Assemblée Constituante élue par le peuple. Suite à la dissolution de l'Assemblée par Lénine, en janvier 1918, les Volontaires déclarent la guerre aux bolchéviques. Portant un ruban blanc pour se distinguer de leurs ennemis, ils sont dès lors appelés les «blancs». Les différentes factions blanches se retrouvent bientôt sous le commandement unique du général Denikine.

Makhno et ses troupes se soulèvent immédiatement contre les « blancs », mais hésitent à se battre aux côtés des rouges. Makhno, qui comprend rapidement le but de leurs manœuvres, les chasse. Dès lors, les rouges n'assument plus leur rôle d'alliés.
Le 26 janvier 1919 un accord entre rouges et makhnovistes est signé. En échange d'approvisionnement et d'armes, les makhnovistes acceptent de devenir la «3e brigade du Dniepr», partie intégrante de l'armée rouge. Malgré cet accord, les bolcheviques, inquiets du nombre croissant d'anarchistes et de socialistes révolutionnaires au sein des troupes de Makhno, ne distribuent des armes aux insurgés makhnovistes qu'au compte-gouttes. Ils abandonnent d'ailleurs bientôt l'Ukraine pour renforcer la défense de Moscou que l'offensive de Denikine menace dangereusement.

Makhno mène la lutte jusqu'en 1919, contre les forces blanches et les troupes d'occupation allemande et autrichienne. Puis, les makhnovistes, déclarés hors-la-loi par les bolcheviques, prennent les armes contre les rouges sous forme de guérilla. En août 1920, Makhno est blessé lors d'un combat contre l'armée bolchevique. Il rejoindra Paris après moult péripéties rejoindre Paris où il y meurt  le 25 juillet 1934.

***

L'Ukraine fut envahie par l'Armée rouge et ramenée dans le giron russe. Le 30 décembre 1922, l'Union des républiques socialistes soviétiques (URSS) naissait du traité qui réunissait la RSFSR, la Biélorussie, l'Ukraine et la Transcaucasie. Dans le conflit qui opposa les communistes du centre (Moscou) et les partis communistes nationaux, c'est le centre qui l'emporta et imposa une fédération.
Quand Staline déclencha sa révolution industrielle vers la fin des années 1920, l'Ukraine devint l'une des sources indispensables de son financement.

Après une brève période d'ukrainisation (campagne dite de korenizatsiya) dans les années 1920, se traduisant par le retour à la langue d'origine dans les publications, la réouverture des écoles et des universités avec un enseignement en ukrainien et la promotion des cadres nationaux, Staline ne ménagea pas les efforts pour réprimer le moindre signe d'un réveil national ukrainien, interprété comme un rejet du pouvoir bolchevik et une menace à l'intégrité de l'URSS.

L'Holodomor

Entre 1931 et 1933, une série de famines frappe l'Union soviétique et ravage particulièrement l'Ukraine, alors que cette région était la plus prolifique d'un point de vue agricole de toute l'URSS. Entre 2,6 et 5 millions de personnes meurent des suites de cette famine. De nombreux historiens soutiennent que Staline a utilisé cette famine, voir l'a sciemment provoquée, pour briser la paysannerie et le nationalisme ukrainien, même si la part de responsabilité du régime et ses intentions restent très débattues. Les Ukrainiens l'appellent « Holodomor » ou «l'extermination par la faim».

La période contemporaine

Après l'invasion de la Pologne en 1939 par les troupes allemandes et soviétiques, certaines régions polonaises à forte minorité ukrainienne sont annexées par l'Union soviétique et incorporées au sein de l'Ukraine occidentale.
Au printemps 1941, l'Ukraine est rapidement envahie par les armées allemandes. À leur arrivée, les Allemands sont reçus en libérateurs par une population opprimée par Staline. Ils rouvrent les églises et distribuent les terres des kolkhozes aux paysans ukrainiens. Très rapidement toutefois, les massacres, les plans très clairs d'Hitler quant au destin qu'il réserve aux populations slaves et la rudesse de la Wehrmacht et des SS retournent les Ukrainiens. Les Allemands traquent les partisans, et brûlent des centaines de villages.

La Shoah par balles

En 1939, on estime que la population juive en Ukraine s’élevait à 2 500 000 personnes.
L'expression "shoah par balles", c’est à dire l'exécution de populations ciblées par les Einsatzgruppen à partir de 1941 au fur et à mesure de l'invasion de l'URSS, est née en 2004 des travaux du religieux, monsieur Dubois, en Ukraine.
Le 28 avril 1943, le haut commandement de la Wehrmacht annonce la création de la division SS Galicie constituée de volontaires ukrainiens; à l’instar de ce qui fut créé en France avec la division Charlemagne.

En 1944, l'Armée rouge libéra l’Ukraine des nazis et reconquit la plus grande partie du pays. A la fin de la guerre, les pertes ukrainiennes s'élèvent à 8 millions de personnes dont 1,377 millions de militaires soviétiques de nationalité ukrainienne.
Le 26 juin 1945, l’Ukraine fut l’un des membres fondateurs de l'Organisation des Nations unies. Quant aux indépendantistes, ils continuèrent leur résistance armée contre l'URSS jusqu'en 1954.

La même année, le 1er secrétaire du Parti communiste d'Union soviétique, Nikita Khrouchtchev, qui avait des parents ukrainiens, transféra la Crimée à la République soviétique socialiste d'Ukraine pour marquer le 300e anniversaire du Traité de Pereïaslav.

Si l’on fait abstraction des événements de 1905, le nombre de morts parmi la population ukrainienne se définit comme suit :

Première Guerre mondiale : 1,8 millions dans l’empire russe

Grande famine de 1932-1933 : de 3 à 5 millions de morts en Ukraine

Seconde guerre mondiale : 8 millions auxquels il faut rajouter le nombre de morts et déportés civils ainsi que les juifs. URSS : 1 100 000. (réf : comptabilisation d’Hilberg).

Soit 12 millions de morts en 30 ans !

Partager cet article

Repost 0

commentaires