Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Colloque Franco-allemand de Lyon

Le 7 octobre 2011, s'est tenu à l'IEP de Lyon, un colloque franco-allemand sur le thème:

 

Visions comparées de l'euro

 

Les videos de ce colloque sont disponibles sur

 


www.cercledu29mai2005.eu

 

 

Recherche

Eclats Républicains

Si vous le souhaitez, vous pouvez recevoir le livre "Eclats Républicains" de Simon Archipenko, Président de Voltaire République. Le  livre est paru en septembre 2007. La réception est gratuite. Si vous souhaitez contribuer à l'effort envoyez un don au siège de l'Association . Voltaire République - 73, cours Richard Vitton 69003 LYON. Pour recevoir le livre envoyez un courriel à: voltaire.republique@laposte.net

Présentation

Citoyen !

VOLTAIRE REPUBLIQUE  est un mouvement qui veut défendre et promouvoir les idées républicaines issues du siècle des Lumières et dont l’un des principaux penseurs fût Voltaire. En qualité de mouvement laïque et républicain, l’association se fait un devoir de répandre sa pensée dans toutes les sphères de la vie politique, économique et sociale de la France et dans une Europe débarrassée de son idéologie libérale dont les citoyens français ont rejeté les bases lors du scrutin du 29 mai 2005. L’association ne s’interdit aucune action et aucun prosélytisme dans le monde.

VOLTAIRE REPUBLIQUE  est fondée par des républicains engagés dans la vie de la Cité, venus d’horizons divers, patriotes qui veulent pour la France une république digne de son histoire et de celle qu’ils veulent léguer aux générations futures.
Article II des statuts de l’association   
VOLTAIRE REPUBLIQUE  est une association où, seul le nom de Citoyen compte. Elle rejette toute idée de communautarisme, sous quelque forme que ce soit.
Tous les adhérents, sans distinction y sont honorés pour leur travail voué au bien public, et tourné vers la République.
Voltaire république ne se revendique pas en parti politique; elle est politique. A ce titre ses adhérents sont libres d’appartenir ou de ne pas appartenir à un parti . Aussi, elle accueille en son sein les citoyens venus de tous horizons démocratiques et républicains, sans exclusive d’appartenance.
L’association n’importe pas en son sein les clivages et les pratiques qui y sont attachés. Le citoyen qui n’accepte pas ces principes fondateurs de Voltaire République et des Jeunes Voltairiens n’ont pas leur place au sein de l’association.
Voltaire République est engagée dans la vie de la Cité.  Elle invite les citoyens à en être les acteurs dans les associations, les organisations syndicales étudiantes, de salariés, patronales, artisanales et familiales.
Voltaire République et les Jeunes Voltairiens sont organisés dans leur ville, leur département, leur facultés, leurs entreprises et, sur le plan national.

Salut et fraternité

Voltaire République et les Jeunes Voltairiens


Nous contacter :
voltaire.republique@laposte.net

Articles Récents

Du bon usage des commentaires

Nous laissons les commentaires libres sous réserve de minimum de correction. De même, les liens donnés par nos lecteurs, s'ils n'intègrent pas le notre sur leur blog ou site seront détruits.

Enfin, en guise de commentaires, nous ne retenons que les personnels; les copier-coller d'autres appréciations ne nous intéressent pas.

13 octobre 2012 6 13 /10 /octobre /2012 13:47

 

Alors que l'union européenne vient de se voir attribuer le prix Nobel de la paix, les tenants de l'eurolâtrie pavoisent et font les coqs devant les medias sur le thème "L'Europe a permis la paix depuis 1945 sur son continent".


Il s'agit là bien entendu d'une coquecigrue, d'un catoblépas, d'une chimère savamment entretenus pour illusionner les peuples et cacher son impéritie. Les tenants de ce discours aussi long que le nez de Pinocchio mentent effrontément.


En effet, il faut dans un premier temps rappeler que c'est la paix qui a permis à l'union européenne d'exister et non l'inverse et que s'il n'y a pas eu de guerre conventionnelle sur le continent jusqu'au début des années 2000, c'est parce que l'Europe servait de territoire de glaciation entre les deux supers puissances qu'étaient alors les Etats-Unis et l'URSS, dans le jeu de la dissuasion, la France étant protégée par sa propre politique de souveraineté nationale.


Ce fait n'empêcha pas les pays de l'Europe d'exporter la guerre comme cela fut le cas pour la France avec les Territoires d'opérations extérieures en Asie, avec l'Indochine, en Afrique avec les colonies en voie d'indépendance. La guerre d'Algérie en est l'illustration. L'Europe fut aussi le champ des guerres civiles les plus dures, en commençant par la Grèce en 1947 (voir la liste ci-dessous).


La plupart des pays européens furent touchés par ces événements, France, Belgique (ex Congo), Portugal (Angola), Grande Bretagne (Suez), Italie (années de plomb), Chypre, Yougoslavie; cette dernière illustrant le mensonge flagrant des eurolâtres.


Depuis les années 2000, au moment où l'Allemagne a récupéré sa pleine souveraineté militaire, l'Europe n'a de cesse d'intervenir dans les conflits, partout dans le monde, par le biais de son cerveau armé, l'OTAN. Cela est le cas pour l'Afghanistan ou la Libye encore d'actualité.


Vous avez dit l'Europe c'est la paix?



1944 Grèce - Guerre civile (prend fin en 1949)

1946 France: Début de la guerre d'Indochine (prend fin en 1954)

1947 Début de la "Guerre Froide" (prend fin en 1991)

1947 Madagascar : insurrection anticoloniale contre la France : près de 100.000 morts.

1954 Algérie - Guerre d'indépendance

1956 Crise du Canal de Suez entre l'Egypte d'une part et la Grande-Bretagne, la France et Israël d'autre part.

1967 Grèce : coup d'état - Le " régime des colonels "

Années 70 Italie : "les années de plomb"

1974 Portugal - Révolution des oeillets.

1974 Chypre - invasion de l'île par la Grèce. Début du conflit chypriote avec la Turquie.

1990-1991 Crise et guerre du Golfe - 2de guerre du Golfe

1991 Croatie - Indépendance : guerre contre les troupes serbes

1992 Bosnie - Indépendance : guerre contre les troupes serbes.

1999 Kosovo - Guerre contre les Serbes - Intervention de l'Otan

2001 Guerre civile en Macédoine

2003 (Mars) Irak : guerre préventive des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne contre l'Irak de Saddam Hussein

Raid franco-mauritanien contre AQMI au Mali (2010)

Raid franco-nigérien contre AQMI au Mali (2011)

2012 Intervention de l'OTAN en libye

Repost 0
Published by Voltaire République - dans Europe
commenter cet article
21 juin 2012 4 21 /06 /juin /2012 08:12

 

L'annonce de l'abandon des eurobonds par Jean-Marc Ayrault ne peut que nous réjouir. Nous avions du mal à croire que l'on pouvait nous confier un carnet de chèques en blanc, surtout de la part de l'UE. Les lignes ont bougé par le "non" d'Angela Merkel. Les lignes ont bougé mais nous ne l'attribuons pas à la politique française qui manque totalement de cohésion d'entrée de jeu, majorité présidentielle ou pas.


Nous nous sommes évertués durant la campagne présidentielle à souligner les incohérences européistes de François Hollande, obstiné dans la logique du oui-oui: oui au traité constitutionnel, oui au traité de Lisbonne lors de la forfaiture du 4 février 2008.


Aujourd'hui, il est temps de nous préparer à dire adieu à cette Europe mortifère.

En France, il n'aura pas fallu un mois pour que la principale des promesses vole en éclat. Quid de l'abandon de la prochaine cad le rejet de la politique sarkoziste de non remplacement d'un fonctionnaire sur 3?
P.S. Si les futures réactions face aux attaques contre la France ressemblent à celle qu'il y a eu contre celle de David Cameron, ça promet!

P.S2. Michel Rocard ferait mieux de s'occuper de l'Antarctique au lieu de déverser sa bile sur la France. Doit le suivre Pierre Laurent qui l'approuve. Mais où est donc passé le vrai parti communiste?

Repost 0
Published by Voltaire République - dans Europe
commenter cet article
19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 07:57

David Cameron invite les entreprises françaises en Angleterre pour échapper à la pression fiscale qui pourrait se mettre en place en France.
Outre qu'il semble taxer de bolchévisme François Hollande, Cameron devrait songer à ces milliers d'Anglais qui ont rejoint la France pour cause de Thatcherisme et de dévastation de l'économie britannique.

A y regarder de près, avant de répondre éventuellement à une proposition aussi alléchante, les entreprises françaises devraient se méfier.

Pour les autres, adieu et merci de  laisser les clefs du patrimoine qui désormais doit appartenir à la collectivité.
Pour les dirigeants, merci de laisser votre carte Vitale au passage tant il est connu que le monde entier se précipite en Angleterre pour se faire soigner.

 

Question accessoire: qu'elle réaction à la hauteur de président de la République française?

 

Repost 0
Published by Voltaire République - dans Europe
commenter cet article
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 07:57

Publication de bans.hollandemonti.jpeg

M François Hollande, président de la (plus) République française

et

Monsieur Mario Monti, président autoproclamé du conseil de la (plus) République italienne

sont heureux de vous faire part de leur mariage fédéraliste pour le pire et pour le pire.

L'enterrement de leur vie de pays a aura lieu bientôt.

A Rome le 14 juin 2012

Repost 0
Published by Voltaire République - dans Europe
commenter cet article
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 10:40
Les grands vainqueurs de ces élections restent l'umps. La candidate Le Pen stérilise le débat démocratique au profit du couple infernal; elle va pouvoir retourner dans la naphtaline jusqu'à la prochaine fois. Les autres candidats, ne sachant pas se positionner vis à vis de l'Europe (ou faisant semblant comme le fait Jean-Luc Mélenchon) ou du système droite-gauche vendu depuis 35 ans (recomposer la droite étant l'objectif de Dupont-Aignan) ont subit un revers et sont condamnés à la stérilisation.
Le peuple lui s'abstient de plus en plus en attendant...
Les Français n'auront pas deux ans à attendre les résultats des politiques libérales-sociales et social-libérales.
Repost 0
Published by Voltaire République - dans Europe
commenter cet article
22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 08:02

Ce jour 21 février 2012, soit 4 ans après que le congrès de Versailles a dans le déshonneur adopté le Traité de Lisbonne, l'Assemblée Nationale vient de nouveau commettre une forfaiture.

 

Voici le vote. Citoyen, en juin 2012, souviens toi!

 

Analyse du scrutin n° 861 - Première séance du 21/02/2012

Scrutin public sur
l'ensemble du projet de loi autorisant la ratification du traité instituant le mécanisme européen de stabilité.

 

Nombre de votants : 438

Nombre de suffrages exprimés : 305

Majorité absolue : 153

Pour l'adoption : 261

Contre : 44

 

L'Assemblée nationale a adopté.

 

Groupe Union pour un Mouvement Populaire (305)

Pour: 250

MM. Yves Albarello, Alfred Almont, Jean-Paul Anciaux, Mme Edwige Antier, M. Jean Auclair, Mme Martine Aurillac, MM. Pierre-Christophe Baguet, Patrick Balkany, Jean Bardet, Mmes Brigitte Barèges, Sylvia Bassot, MM. Patrick Beaudouin, Jacques Alain Bénisti, Éric Berdoati, Jean-Louis Bernard, Jean-Yves Besselat, Jérôme Bignon, Jean-Marie Binetruy, Claude Birraux, Etienne Blanc, Émile Blessig, Roland Blum, Claude Bodin, Joseph Bossé, Jean-Claude Bouchet, Gilles Bourdouleix, Bruno Bourg-Broc, Mme Chantal Bourragué, M. Michel Bouvard, Mmes Valérie Boyer, Françoise Branget, M. Xavier Breton, Mme Françoise Briand, MM. Philippe Briand, Yves Bur, Dominique Bussereau, Dominique Caillaud, Patrice Calméjane, Bernard Carayon, Olivier Carré, Gilles Carrez, Mme Joëlle Ceccaldi-Raynaud, MM. Yves Censi, Gérard Cherpion, Jean-Louis Christ, Dino Cinieri, Éric Ciotti, Pascal Clément, Philippe Cochet, Georges Colombier, Mme Geneviève Colot, MM. Jean-François Copé, Alain Cousin, Jean-Yves Cousin, Jean-Michel Couve, Mme Marie-Christine Dalloz, MM. Olivier Dassault, Bernard Debré, Jean-Pierre Decool, Bernard Deflesselles, Rémi Delatte, Richard Dell'Agnola, Mme Sophie Delong, MM. Yves Deniaud, Bernard Depierre, Vincent Descoeur, Patrick Devedjian, Nicolas Dhuicq, Éric Diard, Michel Diefenbacher, Jacques Domergue, Mme Cécile Dumoulin, MM. Jean-Pierre Dupont, Paul Durieu, Christian Estrosi, Gilles d' Ettore, Daniel Fasquelle, Yannick Favennec, Jean-Michel Ferrand, Alain Ferry, Daniel Fidelin, André Flajolet, Jean-Claude Flory, Nicolas Forissier, Mme Marie-Louise Fort, MM. Jean-Michel Fourgous, Marc Francina, Yves Fromion, Sauveur Gandolfi-Scheit, Jean-Paul Garraud, Gérard Gaudron, Jean-Jacques Gaultier, Hervé Gaymard, Guy Geoffroy, Bernard Gérard, Alain Gest, Franck Gilard, Georges Ginesta, Jean-Pierre Giran, Didier Gonzales, Jean-Pierre Gorges, François Goulard, Michel Grall, Jean Grenet, Mme Anne Grommerch, M. Jacques Grosperrin, Mme Arlette Grosskost, M. Serge Grouard, Mme Pascale Gruny, M. Louis Guédon, Mme Françoise Guégot, MM. Jean-Claude Guibal, Jean-Jacques Guillet, Christophe Guilloteau, Gérard Hamel, Michel Havard, Michel Heinrich, Michel Herbillon, Antoine Herth, Mme Françoise Hostalier, MM. Philippe Houillon, Guénhaël Huet, Sébastien Huyghe, Mme Jacqueline Irles, MM. Christian Jacob, Denis Jacquat, Yves Jego, Mme Maryse Joissains-Masini, MM. Marc Joulaud, Alain Joyandet, Didier Julia, Christian Kert, Jacques Kossowski, Patrick Labaune, Mme Fabienne Labrette-Ménager, M. Jacques Lamblin, Mme Marguerite Lamour, MM. Jean-François Lamour, Raymond Lancelin, Pierre Lang, Mme Laure de La Raudière, MM. Pierre Lasbordes, Charles de La Verpillière, Thierry Lazaro, Robert Lecou, Jean-Marc Lefranc, Marc Le Fur, Jacques Le Guen, Dominique Le Mèner, Jacques Le Nay, Jean-Louis Léonard, Pierre Lequiller, Céleste Lett, Mme Geneviève Levy, M. Gérard Lorgeoux, Mme Gabrielle Louis-Carabin, MM. Daniel Mach, Guy Malherbe, Richard Mallié, Jean-François Mancel, Mme Christine Marin, MM. Hervé Mariton, Alain Marleix, Mme Henriette Martinez, MM. Patrice Martin-Lalande, Alain Marty, Jean-Philippe Maurer, Pierre Méhaignerie, Christian Ménard, Gérard Menuel, Damien Meslot, Philippe Meunier, Jean-Claude Mignon, Pierre Morange, Pierre Morel-A-L'Huissier, Philippe Morenvillier, Jean-Marie Morisset, Georges Mothron, Etienne Mourrut, Alain Moyne-Bressand, Renaud Muselier, Jean-Marc Nesme, Jean-Pierre Nicolas, Yves Nicolin, Hervé Novelli, Mme Françoise de Panafieu, MM. Bertrand Pancher, Yanick Paternotte, Mme Béatrice Pavy, MM. Jacques Pélissard, Dominique Perben, Bernard Perrut, Michel Piron, Henri Plagnol, Serge Poignant, Axel Poniatowski, Mme Josette Pons, MM. Jean Proriol, Didier Quentin, Michel Raison, Frédéric Reiss, Jean-Luc Reitzer, Jacques Remiller, Bernard Reynès, Franck Riester, Arnaud Robinet, Camille de Rocca Serra, Marie-Josée Roig, Jean-Marie Rolland, Michel Rossi, Mme Valérie Rosso-Debord, MM. Jean-Marc Roubaud, Max Roustan, Martial Saddier, Francis Saint-Léger, Paul Salen, Bruno Sandras, François Scellier, André Schneider, Jean-Pierre Schosteck, Jean-Marie Sermier, Fernand Siré, Jean-Pierre Soisson, Michel Sordi, Daniel Spagnou, Eric Straumann, Alain Suguenot, Mme Michèle Tabarot, MM. Jean-Charles Taugourdeau, Guy Teissier, Michel Terrot, Jean-Claude Thomas, Dominique Tian, Jean Tiberi, Alfred Trassy-Paillogues, Georges Tron, Jean Ueberschlag, Yves Vandewalle, François Vannson, Mmes Isabelle Vasseur, Catherine Vautrin, MM. Patrice Verchère, Jean-Sébastien Vialatte, René-Paul Victoria, Philippe Vitel, Gérard Voisin, Michel Voisin, Eric Woerth, Gaël Yanno et Michel Zumkeller.

 

Abstention: 2

MM. Jacques Myard et Lionel Tardy.

 

Non-votants: 2

MM. Bernard Accoyer (Président de l'Assemblée nationale) et Louis Giscard d'Estaing (Président de séance).

 

Groupe Socialiste, Radical, Citoyen et divers Gauche (197)

 

Contre: 20

Mme Gisèle Biémouret, MM. Christophe Bouillon, Julien Dray, Olivier Dussopt, Henri Emmanuelli, Mme Martine Faure, MM. Hervé Feron, Pierre Forgues, Mmes Pascale Got, Sandrine Hurel, MM. Régis Juanico, Gilbert Le Bris, Kléber Mesquida, Mmes Catherine Quéré, Marie-Line Reynaud, Chantal Robin-Rodrigo, Odile Saugues, MM. Pascal Terrasse, Philippe Tourtelier et Jacques Valax.

 

Abstention: 130

MM. Jean-Marc Ayrault, Gérard Bapt, Claude Bartolone, Jacques Bascou, Mmes Delphine Batho, Marie-Noelle Battistel, Chantal Berthelot, MM. Jean-Louis Bianco, Serge Blisko, Patrick Bloche, Daniel Boisserie, Jean-Michel Boucheron, Marie-Odile Bouillé, Mme Monique Boulestin, M. Pierre Bourguignon, Mme Danielle Bousquet, MM. François Brottes, Alain Cacheux, Jérôme Cahuzac, Jean-Christophe Cambadélis, Thierry Carcenac, Christophe Caresche, Mme Martine Carrillon-Couvreur, MM. Jean-Paul Chanteguet, Gérard Charasse, Alain Claeys, Mme Marie-Françoise Clergeau, MM. Pierre Cohen, Catherine Coutelle, Mme Pascale Crozon, M. Frédéric Cuvillier, Mme Claude Darciaux, M. Pascal Deguilhem, Mme Michèle Delaunay, MM. Guy Delcourt, Bernard Derosier, Michel Destot, René Dosière, Tony Dreyfus, Jean-Pierre Dufau, William Dumas, Mme Laurence Dumont, MM. Jean-Paul Dupré, Yves Durand, Philippe Duron, Christian Eckert, Mme Corinne Erhel, MM. Laurent Fabius, Albert Facon, Mmes Aurélie Filippetti, Geneviève Fioraso, M. Jean-Louis Gagnaire, Mme Geneviève Gaillard, MM. Jean Gaubert, Paul Giacobbi, Jean-Patrick Gille, Jean Glavany, Daniel Goldberg, Marc Goua, Jean Grellier, Mmes Elisabeth Guigou, Danièle Hoffman-Rispal, M. François Hollande, Mmes Monique Iborra, Françoise Imbert, MM. Michel Issindou, Serge Janquin, Henri Jibrayel, Armand Jung, Mme Marietta Karamanli, MM. Jean-Pierre Kucheida, Jérôme Lambert, Mme Colette Langlade, MM. Jean Launay, Jean-Yves Le Bouillonnec, Mme Marylise Lebranchu, MM. Patrick Lebreton, Jean-Yves Le Déaut, Michel Lefait, Jean-Marie Le Guen, Mme Annick Le Loch, M. Patrick Lemasle, Mmes Catherine Lemorton, Annick Lepetit, MM. Bruno Le Roux, Bernard Lesterlin, Serge Letchimy, Michel Liebgott, Apeleto Albert Likuvalu, François Loncle, Victorin Lurel, Jean Mallot, Louis-Joseph Manscour, Mmes Jacqueline Maquet, Marie-Lou Marcel, Marie-Claude Marchand, MM. Jean-René Marsac, Philippe Martin, Mme Frédérique Massat, M. Gilbert Mathon, Mme Sandrine Mazetier, MM. Michel Ménard, Arnaud Montebourg, Pierre Moscovici, Henri Nayrou, Mmes Marie-Renée Oget, Dominique Orliac, MM. Michel Pajon, Christian Paul, Germinal Peiro, Jean-Luc Perat, Mmes Marie-Françoise Pérol-Dumont, Sylvia Pinel, Martine Pinville, MM. Philippe Plisson, Dominique Raimbourg, Simon Renucci, Marcel Rogemont, Bernard Roman, Gwendal Rouillard, René Rouquet, Michel Sapin, Mme Marisol Touraine, MM. Jean Jacques Urvoas, Daniel Vaillant, Manuel Valls, Michel Vauzelle, André Vézinhet, Alain Vidalies et Philippe Vuilque.

 

Groupe Nouveau Centre (24)

Pour: 11

MM. Jean-Pierre Abelin, Thierry Benoit, Christian Blanc, Charles de Courson, Jean Dionis du Séjour, Francis Hillmeyer, Olivier Jardé, Yvan Lachaud, Jean-Luc Préel, André Santini et Francis Vercamer.

 

Groupe Gauche Démocrate et Républicaine (20)

Contre: 18

Mme Marie-Hélène Amiable, M. François Asensi, Mme Martine Billard, MM. Alain Bocquet, Patrick Braouezec, Jean-Pierre Brard, Mme Marie-George Buffet, MM. Jean-Jacques Candelier, André Chassaigne, Marc Dolez, Mme Jacqueline Fraysse, MM. André Gerin, Pierre Gosnat, Jean-Paul Lecoq, Roland Muzeau, Daniel Paul, Jean-Claude Sandrier et Michel Vaxès.

 

Non inscrits (13)

Contre: 6

Mme Véronique Besse, MM. Nicolas Dupont-Aignan, Noël Mamère, Anny Poursinoff, François de Rugy et Dominique Souchet.

 

Abstention: 1

M. Daniel Garrigue.

 

MISES AU POINT AU SUJET DU PRÉSENT SCRUTIN (N° 861)

(Sous réserve des dispositions de l'article 68, alinéa 4, du Règlement de l'Assemblée nationale)

Mme Gisèle Biémouret, M. Hervé Feron, Mme Odile Saugues, M. Philippe Tourtelier qui étaient présents au moment du scrutin ou qui avaient délégué leur droit de vote ont fait savoir qu'ils avaient voulu "s'abstenir volontairement".


Repost 0
Published by Voltaire République - dans Europe
commenter cet article
14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 10:36

 

Le blog de Darthé-Payan le Jacobin cette semaine, sous la signature du pseudo "Sonia Bastille" pose la question de la stratégie de l'Allemagne: L'Union Européenne va-t-elle devenir l'Union germanique ?

 

Disons le d'entrée car l'article converge sur le même but quant à la conclusion:

"Il est grand temps de sortir de l'UE et de l'euro et de reconquérir notre liberté, notre indépendance, notre souveraineté tant politique, étatique, monétaire, financière qu'économique, budgétaire, institutionnelle et législative !

Décidément, plus que jamais, l'Union Européenne et l'euro sont des processus totalitaires, nouvelles prisons des peuples, fossoyeurs de la souveraineté des Etats-Nations et du peuple citoyen !"


Ce postulat étant reposé, malheureusement pour la lumière de ceux qui suivent les blogs respectifs des uns et des autres, cet article n'apporte pas d'éclairage et il repose sur une méconnaissance du fait allemand actuel et subséquemment sur la finalité de la stratégie allemande vis à vis de l'Europe. Je fais abstraction ici du slogan puisque je n'ignore pas que la rédactrice de l'article ne bâtit pas sur de l'incantation.



"Le Ministre Allemand des Finances Wolfgang Schäuble propose une intégration fédérale encore plus poussée pour deux objectifs : Sauver l'euro par tous les moyens en détruisant la souveraineté et l'indépendance des Etats-Nations d'une part et maintenir et protéger les intérêts économiques et commerciaux Allemands en créant de facto un gouvernement économique de la Zone euro qui ne serait que sa zone d'influence tant politique qu'économique. "


Il s'agit ici d'un constat, d'une citation (au demeurant les dirigeants politiques allemands défendent, eux, les intérêts de leur nation). Ceux-ci reposent-ils sur une stratégie allemande au demeurant cohérente quant à la vision actuelle de l'Allemagne? J'en doute. J'en doute car je pense que l'Allemagne est bien au rebours des incantations de son ministre et je m'en vais le développer ici.


La théorie du "grand large".


Souvenons-nous: À la veille du débarquement de Normandie, Churchill a un entretien orageux avec le général de Gaulle, chef de la France libre. Il lui dit à cette occasion :

«Sachez-le, général ! Chaque fois qu'il nous faudra choisir entre l'Europe et le grand large, nous serons toujours pour le grand large. Chaque fois qu'il me faudra choisir entre vous et Roosevelt, je choisirai Roosevelt».


L'Allemagne est-elle en train de choisir le "grand large" aujourd'hui?


L'Allemagne pendant longtemps a souffert des syndromes suivants: avoir ravagé l'Europe à deux reprises au 20è siècle, avoir été amputée de sa moitié pendant 45 ans et avoir été un nain politique. Je reviendrai sur le premier en conclusion de ce texte. Au lendemain de la seconde guerre mondiale, l'Allemagne dû s'accrocher au camp occidental pour les raisons de Yalta que tout le monde ici connait.

A partir du moment où l'ex RFA récupéra sa moitié béante, à partir de celui où l'unité fut réalisé dans le quotidien (il aura fallu l'élection d'Angela Merkel (1), ex RDA pour en marquer et les faits et le symbole), les cartes pouvaient être rebattues. Et, s'il fallait pour l'Allemagne retrouver son unité, pour enfin redevenir une puissance politique totale et retrouver son "Grand large" historique, cela devait se faire en conservant notamment la maîtrise totale de l'économie européenne. Le marbre de Maastricht en parapha les termes.


Il restait à l'Allemagne deux possibilités, celle du fédéralisme européen (incarné par Helmut Kohl et les sociaux-démocrates du SPD) et celle du rêve germanique, le "Far East" ou le Grand Est, illustré historiquement par les conquêtes teutoniques bras armés de la Ligue hanséatique(1). La chute de l'URSS puis quelques 20 ans plus tard, O miracle, celle annoncée de l'Europe de Lisbonne va donner à l'Allemagne l'occasion de concrétiser ce rêve.

*


Je donne ici la parole au Dr. Wilhelm Nölling, ancien membre du Parlement allemand, sénateur et membre du Conseil Central de la Deutsche Bundesbank et tête de file des contestataires du traité de Lisbonne dont le fait d'inconstitutionalité fût porté devant la cour de Karlsruhe.

"L'ambiance dans la population a subi un changement spectaculaire. Elle est consciente qu'une voie irréversible a été piétinée dans une union de transfert de l'Allemagne, avec la France comme pays donateurs (les deux plus grands) aboutissant à une « Samaritains-Union ». Les citoyens allemands perçoivent le sens d'une transformation en un nouvel ordre économique au Luxembourg et une autorité de contrôle financier de l’État à Bruxelles, la direction et les classements sont déterminés dans les économies, et non de leur propre peuple et ses institutions.

Et tout cela arrive à cause de la malchance d'une monnaie unique, qui est devenu idole."

*



L'intervention du Ministre Allemand des Finances Wolfgang Schäuble intervient dans ce contexte général de crise de l'Europe qui inéluctablement conduira à l'éclatement de l'euro puisqu'elle entérine celui du fédéralisme voulu à l'origine.

Je pense que les déclarations de Schäuble sont liées à la volonté du Far East. En effet, placer la barre le plus haut possible pour susciter découragement des pays concernés au premier chef (la Grèce finira par cesser de payer) et le refus des autres pays, correspond totalement à cette stratégie.

Déjà, l'Allemagne depuis des années a passé des accords avec les ex pays du pacte de Varsovie, devenus les PECOS et dont certains ont intégré l'Union européenne (pas tous) et ce, à tous les niveaux de l'industrie: rachat de Sköda, accords avec la Pologne sur l'utilisation des salariés polonais dans l'agriculture au tarif polonais (ce qui rend le coût de la salade allemande 50% moins chère que sur nos étals), et last but not least, l'accord Berlin-Moscou sur le gazoduc Nordstream(2) finalisé début novembre quant à sa mise en service. Le lecteur verra dans la note que la France est exclue.


Qu'attendent donc les Allemands pour rompre?

Nous nous retrouvons là à la prémisse de ce que j'écris plus haut. Avoir ravagé l'Europe par deux fois interdit aux Allemands de franchir le pas de ce que certains de leurs figures politiques et analystes considèrent encore comme une possibilité (mais non plus une probabilité). Pour combien de temps? Peu, si je me réfère à l'Allemagne comme puissance politique à part entière et le chemin parcouru depuis 1989 et si j'en crois la tension qui monte dans les déclarations comme celles de Schäuble.


Que doit faire la France?

Nos dirigeants, à commencer par l'actuel président et le premier ministre, on choisi d'entrer dans la récession en ayant aucun Far East, West, Nord Sud à conquérir! Le choix de la récession, un probable choix synarchique à venir, tant est commun le destin UMPS, tant les politiques des pareils aux mêmes, des mous du genou, n'augure que d'une réalité si l'on poursuit sur cette voix: la nanisation de la France!


Le changement possible de 2012 n'augure pas réellement d'un changement de cap, le candidat François Hollande restant fédéraliste (2 votes pro Lisbonne en 2005 et 2008) et assez ignorant de la chose allemande, tout comme l'actuel président, ce qui est dans la circonstance encore plus grave.

Il appartient donc à des candidats porteurs de projets (non technocrates, non fédéralistes) de dire la voie. Il en existe deux aujourd'hui (et non 3!). A eux de prendre leur responsabilité. N'est-ce pas Citoyens Chevènement et Dupont-Aignan?!



*

Courant décembre paraîtront sur l'Internet les actes du colloque de Lyon du 7 octobre 2011: “France-Allemagne : visions comparées de l’organisation monétaire de l’Europe” sous la direction de Roland Hureaux et Michel Robatel et avec la participation de responsables allemands. En janvier 2012, ils seront édités sous format livre.

***

Il est intéressant de comparer la situation européenne aujourd'hui avec celle de l'année 1934 qui allaient amener à la période de 1940-45 avec comme ministres Pétain et Laval. La synarchie qui se met en place de nos jours en Grèce (avec l'extrême droite) et en Italie avec un ex Herr Kommissar pour des politiques de récession est à mettre en exergue avec les périodes précitées(2).

Pierre Laval réhabilité? Nous y reviendrons.





(1) La Hanse (également appelée ligue hanséatique, Hanse germanique ou Hanse teutonique) était l'association des villes marchandes de l'Europe du Nord autour de la mer du Nord et de la mer Baltique. Cette Hanse se distinguait des autres hanses et marchands, en ce que son commerce reposait sur des privilèges jalousement défendus qui leur avaient été octroyés par divers souverains européens. Pendant trois siècles, cette Hanse en particulier, et à moindre degré les hanses par extension, eurent un rôle dominant au niveau commercial, puis politique, en Europe1. Actives du XIIe au XVIIe siècle, leur déclin et quasi-disparition ont été achevés en 1648 avec les traités de Westphalie signant la fin de la guerre de Trente Ans et de la guerre de Quatre-Vingts Ans.

La croissance de la Ligue Hanséatique a lieu dans un monde où colonisation et évangélisation vont de pair. Elle est particulièrement liée à la montée des Chevaliers Teutoniques, au prosélytisme catholique servant de façade aux jeux de pouvoir mondiaux de l'époque.

Hambourg était membre fondateur de la ligue hanséatique. Cette ancienne appartenance est encore aujourd'hui revendiquée par la ville, comme élément caractéristique de son identité. C'est ainsi que le code de la ville sur les plaques d'immatriculation est HH, qui signifie Hansestadt Hamburget que le nom officiel de la ville est Freie und Hansestadt Hamburg(ville libre et hanséatique de Hambourg). (source wikipédia).



(2) Le 8 septembre 2005 a été signé, à Berlin, l’accord portant création du gazoduc nord-européen, destiné à relier directement la Russie à l’Allemagne, via la mer Baltique. Ont pris part à cette signature le Président russe Vladimir Poutine, le Chancelier allemand Gerhard Schröder, et les représentants de la compagnie russe Gazprom, de E.ON Ruhrgas et de Wintershall (filiale de BASF). La compagnie russe a acquis 51 % des actions de la société mixte créée à cette occasion, les deux autres se répartissant 24,5 % chacune. Le gazoduc doit s’étendre dans sa partie sous-marine sur plus de 1 200 kilomètres, partant de Portovaïa (frontière russo-finlandaise, région de Vyborg), jusqu’à Lubmin (terminal de Greifswald) sur le littoral nord de l’Allemagne. La première branche du gazoduc entrera en fonction en 2010, avant d’être doublée et dotée d’éventuelles extensions vers la Finlande, la Suède, l’enclave russe de Kaliningrad, voire les Pays-Bas et le Royaume-Uni (la longueur pourrait atteindre alors 3 000 km). En 2010, le gazoduc devrait acheminer, depuis les gisements de Sibérie occidentale, 27,5 milliards de m3 de gaz par an, l’adjonction d’un second tube devant porter le total des livraisons à 55 milliards de m3, soit plus de la moitié du volume de gaz naturel actuellement consommé chaque année par la seule Allemagne.


(2) 9 février : Gaston Doumergue nouveau président du Conseil, forme un gouvernement d’union nationale. Il va mener une politique d'austérité et de répression. La politique souhaitée par les ligues se met en place.



































Repost 0
Published by Voltaire République - dans Europe
commenter cet article
1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 11:55
platon.jpgΌτι ο γαλλικός λαός υποστήριξη του ελληνικού λαού στην αποφασιστικότητά του να κερδίσει πίσω τη δημοκρατία μέσω δημοψηφίσματος!!!

Que le peuple français soutienne le peuple grec dans sa volonté de reconquête de la démocratie par le referendum!!!
Repost 0
Published by Voltaire République - dans Europe
commenter cet article
30 septembre 2011 5 30 /09 /septembre /2011 07:31

Le président de Voltaire République a le plaisir d'inviter les lecteurs de ce blog, citoyens, amis, sympathisants au colloque franco-allemand qui se tiendra le:

 

Vendredi 7 octobre 2011

 

de 9h00 à 17h00

 

à l'Institut d'Etudes Politiques de Lyon

14, avenue Berthelot

69007 Lyon

tramway T2

 

sur le thème:

 

"France-Allemagne, visions comparées de l'organisation monétaire de l'Europe."

invit.jpg

 


Repost 0
Published by Voltaire République - dans Europe
commenter cet article
16 juin 2011 4 16 /06 /juin /2011 11:47

 

Ce vieil adage lié à la légende d'Ulysse qui conçu le cheval dont les Troyens allaient être les victimes de la ruse de l'Ithaquien, est aujourd'hui a retourner aujourd'hui en faveur de ce peuple grec qui refuse de courber sous le joug de la mondialisation, de l'Europe fédérale et des banques dont les banques françaises dont le peuple français se doit de leur voir imposer le refus de participer à la curée générale contre les bijoux de la Grèce. L'Allemagne de madame Merkel a donné le la de cette curée. Seule la solidarité des peuples dont le peuple des Lumières avec celui du berceau de la civilisation doit amener à résipiscence le gouvernement Papandreou, les agences de notation, le FMI, Jean Claude Trichet et la commission européenne. Timeo europeïos, et dona firentes.

Repost 0
Published by Voltaire République - dans Europe
commenter cet article