Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Colloque Franco-allemand de Lyon

Le 7 octobre 2011, s'est tenu à l'IEP de Lyon, un colloque franco-allemand sur le thème:

 

Visions comparées de l'euro

 

Les videos de ce colloque sont disponibles sur

 


www.cercledu29mai2005.eu

 

 

Recherche

Eclats Républicains

Si vous le souhaitez, vous pouvez recevoir le livre "Eclats Républicains" de Simon Archipenko, Président de Voltaire République. Le  livre est paru en septembre 2007. La réception est gratuite. Si vous souhaitez contribuer à l'effort envoyez un don au siège de l'Association . Voltaire République - 73, cours Richard Vitton 69003 LYON. Pour recevoir le livre envoyez un courriel à: voltaire.republique@laposte.net

Présentation

Citoyen !

VOLTAIRE REPUBLIQUE  est un mouvement qui veut défendre et promouvoir les idées républicaines issues du siècle des Lumières et dont l’un des principaux penseurs fût Voltaire. En qualité de mouvement laïque et républicain, l’association se fait un devoir de répandre sa pensée dans toutes les sphères de la vie politique, économique et sociale de la France et dans une Europe débarrassée de son idéologie libérale dont les citoyens français ont rejeté les bases lors du scrutin du 29 mai 2005. L’association ne s’interdit aucune action et aucun prosélytisme dans le monde.

VOLTAIRE REPUBLIQUE  est fondée par des républicains engagés dans la vie de la Cité, venus d’horizons divers, patriotes qui veulent pour la France une république digne de son histoire et de celle qu’ils veulent léguer aux générations futures.
Article II des statuts de l’association   
VOLTAIRE REPUBLIQUE  est une association où, seul le nom de Citoyen compte. Elle rejette toute idée de communautarisme, sous quelque forme que ce soit.
Tous les adhérents, sans distinction y sont honorés pour leur travail voué au bien public, et tourné vers la République.
Voltaire république ne se revendique pas en parti politique; elle est politique. A ce titre ses adhérents sont libres d’appartenir ou de ne pas appartenir à un parti . Aussi, elle accueille en son sein les citoyens venus de tous horizons démocratiques et républicains, sans exclusive d’appartenance.
L’association n’importe pas en son sein les clivages et les pratiques qui y sont attachés. Le citoyen qui n’accepte pas ces principes fondateurs de Voltaire République et des Jeunes Voltairiens n’ont pas leur place au sein de l’association.
Voltaire République est engagée dans la vie de la Cité.  Elle invite les citoyens à en être les acteurs dans les associations, les organisations syndicales étudiantes, de salariés, patronales, artisanales et familiales.
Voltaire République et les Jeunes Voltairiens sont organisés dans leur ville, leur département, leur facultés, leurs entreprises et, sur le plan national.

Salut et fraternité

Voltaire République et les Jeunes Voltairiens


Nous contacter :
voltaire.republique@laposte.net

Articles Récents

Du bon usage des commentaires

Nous laissons les commentaires libres sous réserve de minimum de correction. De même, les liens donnés par nos lecteurs, s'ils n'intègrent pas le notre sur leur blog ou site seront détruits.

Enfin, en guise de commentaires, nous ne retenons que les personnels; les copier-coller d'autres appréciations ne nous intéressent pas.

30 octobre 2009 5 30 /10 /octobre /2009 08:59
A l'heure où le président de l'arépublique, perdant la main quant à toute les réalités du peuple, se sent l'ardente obligation de récupérer, sous le truchement de son ministre Eric Besson, les voix du Front national (ah! cette terre qui ne saurait mentir et...ses paysans qui courbaient l'échine et ne revendiquaient pas sous l'Ancien régime), il nous est important de rappeler que Voltaire République ne saurait s'extraire de ses responsabilité, comme elle le fait depuis sa création: elle a été initiée pour ce faire.
Aussi, nous publions in extenso un texte que le président de Voltaire République publia le 10 mai 2006 dans les colonnes du journal en ligne "Respublica" en réponse d'une critique d'un ouvrage de Max Gallo. Même si l'auteur s'est transformé en Groucho Max sarko-compatible, il reste un polémiste de talent.


« Fier d’être français », de Max Gallo, critique de Jean-François Chalot

Max Gallo est un écrivain très prolixe. Le nombre de romans, oeuvres historiques, essais est impressionnant et il continue pour son plaisir et aussi, souvent pour le nôtre.
Ce pamphlet m’a beaucoup plu, je me suis bien retrouvé dans une première moitié de l’œuvre, l’autre m’intéressant mais m’irritant aussi quelque peu.
Il a raison de critiquer, voire de tancer tous ceux qui renient leur passé ne reprenant qu’une partie infime de l’histoire, l’autre étant vouée aux gémonies.
Il s’en prend aux « indigènes de la République » et leur communautarisme affiché rappelant au passage que ceux qui se disent descendants d’esclaves peuvent être aussi avoir des ascendants esclavagistes...Rappelons pour mémoire que la traite d’esclaves a été de toutes origines
Ces indigènes « veulent qu’on se regroupe en fonction de la couleur de la peau, de la religion, qu’on fonde les oppositions d’aujourd’hui non sur des réalités.politiques et sociales qui, en effet divisent les citoyens en fonction de leurs opinions et des solutions qu’ils choisissent d’apporter à tel ou tel problème- la ségrégation sociale, le chômage,-etc.-, mais sur l’appartenance à une communauté ethnique ou religieuse, voire sexuelle ! »
Max Gallo a du talent, des convictions et de la verve. Mais s’il s’acharne contre ces communautaristes qui s’allient à des intégristes, il tord à mon avis le bâton dans un autre sens qui me convient pas.
Si effectivement, nous sommes le fruit de notre histoire et s’il est stupide d’oublier Austerlitz qui appartient au patrimoine de chacun d’entre nous, nous n’avons pas comme seule voie alternative que celle qui consiste à se draper dans le drapeau tricolore.
Il n’y a pas pour moi des principes qui transcendent les clivages entre la gauche et la droite ou pour être plus clair entre la classe ouvrière et la bourgeoisie.
Max Gallo peut pourfendre avec délice « tous les libéro-libertaires, ces fondateurs de journaux, ces insurgés d’un mois de Mai devenus les coqueluches des dîners en ville », il ne faut pas qu’il oublie une réalité celle du combat social et politique maintenu par toutes celles et tous ceux qui n’ont pas renié leur passé.
On peut être à fois se reconnaître d’une manière critique d’un passé que l’on ne renie pas tout en poursuivant un combat clair, sans ambiguïté contre une société de classe.
Ce qu’oublie de préciser Max Gallo c’est qu’à chaque fois qu’une alliance entre les deux rives a été nouée comme en 1914 ou en 1945, ce sont les travailleurs qui en ont été les victimes... En 1914, ils ont été transformés en « chair à canon » et en 1945, ils ont dû « produire plus » pour le grand profit des capitalistes, de ceux qui avaient pactisé avec Laval et Hitler comme de ceux qui avaient senti le vent tourner.
Ceci étant précisé, Max Gallo appartient à l’un des courants historiques de la social-démocratie, le courant républicain et national et les thèses qu’il défend méritent d’être discutées pour être plus efficacement combattues... Et comme il a du talent, la lecture n’en est que plus facile et agréable.
Jean-François CHALOT


Patriote et de gauche, par Simon Archipenko

Oh le vilain raccourci que voilà ! La critique de Jean-François Chalot (Respublica 441) à l’encontre du dernier opus de Max Gallo, même si elle reste nuancée quant à la personnalité de l’auteur, n’emprunte pas moins un singulier raccourci quant à notre Histoire (j’emploierais volontiers le H majuscule pour marquer le trait).
Venons-en, très rapidement, sur la forme. Le livre, dans son écriture, reste très lapidaire au regard des enjeux que nous vivons en cette période trouble, où les intégrismes, les extrême droitismes et tous les « ismes » remettent en cause les fondements de nos valeurs communes. En un mot comme en cent, j’en attendais plus et mieux dans la démonstration.
Venons-en à la critique de Jean François Chalot. Se draper dans le drapeau tricolore. La belle affaire !!! N’est-ce pas parce que l’on ne l’a pas suffisamment fait dans le passé, laissant la thématique de la Patrie à une extrême droite dont on sait pertinemment qu’elle déteste la Patrie, allant chercher les émigrés de Coblence ou les allemands en 1940 pour s’emparer du pouvoir et chasser la République, qu’aujourd’hui les Républicains, ceux de Valmy, Fleurus et de la Résistance entament des combats gigantesques pour se réapproprier la Patrie. Oui, on peut être patriote, se draper dans le drapeau tricolore et être résolument à gauche dans le mouvement.
« Il n’y a pas pour moi des principes qui transcendent les clivages entre la gauche et la droite ou pour être plus clair entre la classe ouvrière et la bourgeoisie. », écrit Jean-François Chalot.
Ah bon ? Quel étrange idée que voilà dirait l’autre.
N’est-ce pas parce que Jean Jaurès a épousé une cause « bourgeoise », l’affaire Dreyfus, qu’il a su transcender les clivages pour porter le drapeau de la justice sociale ?
Je ne prendrais qu’un autre exemple, la multitude pourrait tuer l’exemple. La période de la seconde guerre mondiale. Le pacte germano-soviétique provoque des ravages dans la classe ouvrière française. Une partie de la bourgeoisie et de la classe ouvrière rejoint Pétain ; le « bourgeois », on dirait aujourd’hui le Bobo, Borotra rejoint Belin ex syndicaliste de la CGT, ministre du travail de la collaboration.
Mais, partout dans notre pays, celui qui croyait au ciel rejoint celui qui n’y croyait pas. Faut-il poursuivre sur la transcendance des Jean Moulin, des Missak Manouchian, des Honoré d’Estienne d’Orves, des Guy Moquet, des Gabriel Péri : « Je vais préparer tout à l’heure des lendemains qui chantent » ?
Il se trouve qu’aujourd’hui le combat à mener est celui des valeurs républicaines. Nous savons qu’il englobe le combat social et celui de la restauration et de la promotion des fondements de la République, Liberté, Egalité Laïcité. Ce combat, dans la fraternité, doit refuser avant tout l’anathème républicain et la desserte des médailles du « bon républicain social » contre le « mauvais républicain bourgeois ». C’est ce travers qui a miné la gauche républicaine au cours de son histoire. Je combats effectivement les libero-libertaires des dîners en ville, comme je combats les gauchos-islamistes. Mais ce combat se fait sur des valeurs et des idées qui ne me font pas occulter le principal des combats celui de la République sociale. Et s’il faut dans ce combat, « transcender », et bien je transcenderai » !!!
Je revendique mon appartenance au courant Républicain et Patriote (que je préfère à national). Peut-être parce que, fils d’immigré devenu français par le sang versé, j’en ai plus que la notion de ce que représente notre sol.
Salut et fraternité
Simon ARCHIPENKO


Fier d'être français. Max Gallo. Fayard 133 pages 12 € mars 2006*

Partager cet article

Repost 0

commentaires

François AVISSEAU 03/11/2009 12:28


Simon,

Ton propos qui était alors déjà tout a fait juste redouble aujourd'hui de vérité ! Nous n'aurons jamais de cesse de battre en brêche les tenants d'un nationalisme ethniciste nauséabond, validé
aussi bien par ceux qui le revendique sans vergogne que par ceux qui le combattent dans les termes biaisés du communautarisme. L'identité des Français c'est la volonté générale des Français à
l'oeuvre dans notre Histoire, et ce n'est pas fini...


s.archipenko 04/11/2009 10:07


raison pour laquelle ce blog est aussi ouvert à ce débat


Alex 03/11/2009 10:16



IDENTITE NATIONALE : OSONS LE DEBAT !



La
gauche ne doit pas craindre le débat et avoir le courage d se réapproprier les valeurs républicaines !


tout lire sur:http://politiquement-incorrect.over-blog.org/
En mars 2007, Nicolas Sarkozy annonce la création d’un ministère de l’immigration et de l’identité nationale en cas de victoire aux élections présidentielles. C’est peut être l’un des tournants
de la campagne. Très vite la polémique enfle et la proposition est violemment critiquée par l’opposition et les médias. La gauche, tête baissée, fonce tout droit dans le piège. Incapable de
comprendre que l’on peut très bien défendre la portée universelle des valeurs républicaines sans pour  autant être suspecté de racisme, elle
retombe  avec complaisance dans son « lamento multiculturaliste » , et abandonne une nouvelle fois le monopole de la nation au tandem
Sarkozy-Le Pen. Seule Ségolène Royal tente de réagir, certes maladroitement, en agitant le drapeau et en chantant la Marseillaise. Elle est injustement lynchée par la cohorte des bien-pensants de
son  propre parti.  Résultat des courses, 55% des français se disent  favorables au ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale de Nicolas Sarkozy et celui-ci est élu dans la foulée… lire la suite
sur:http://politiquement-incorrect.over-blog.org/article-identite-nationale-osons-le-debat--38659263.html