Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Colloque Franco-allemand de Lyon

Le 7 octobre 2011, s'est tenu à l'IEP de Lyon, un colloque franco-allemand sur le thème:

 

Visions comparées de l'euro

 

Les videos de ce colloque sont disponibles sur

 


www.cercledu29mai2005.eu

 

 

Recherche

Eclats Républicains

Si vous le souhaitez, vous pouvez recevoir le livre "Eclats Républicains" de Simon Archipenko, Président de Voltaire République. Le  livre est paru en septembre 2007. La réception est gratuite. Si vous souhaitez contribuer à l'effort envoyez un don au siège de l'Association . Voltaire République - 73, cours Richard Vitton 69003 LYON. Pour recevoir le livre envoyez un courriel à: voltaire.republique@laposte.net

Présentation

Citoyen !

VOLTAIRE REPUBLIQUE  est un mouvement qui veut défendre et promouvoir les idées républicaines issues du siècle des Lumières et dont l’un des principaux penseurs fût Voltaire. En qualité de mouvement laïque et républicain, l’association se fait un devoir de répandre sa pensée dans toutes les sphères de la vie politique, économique et sociale de la France et dans une Europe débarrassée de son idéologie libérale dont les citoyens français ont rejeté les bases lors du scrutin du 29 mai 2005. L’association ne s’interdit aucune action et aucun prosélytisme dans le monde.

VOLTAIRE REPUBLIQUE  est fondée par des républicains engagés dans la vie de la Cité, venus d’horizons divers, patriotes qui veulent pour la France une république digne de son histoire et de celle qu’ils veulent léguer aux générations futures.
Article II des statuts de l’association   
VOLTAIRE REPUBLIQUE  est une association où, seul le nom de Citoyen compte. Elle rejette toute idée de communautarisme, sous quelque forme que ce soit.
Tous les adhérents, sans distinction y sont honorés pour leur travail voué au bien public, et tourné vers la République.
Voltaire république ne se revendique pas en parti politique; elle est politique. A ce titre ses adhérents sont libres d’appartenir ou de ne pas appartenir à un parti . Aussi, elle accueille en son sein les citoyens venus de tous horizons démocratiques et républicains, sans exclusive d’appartenance.
L’association n’importe pas en son sein les clivages et les pratiques qui y sont attachés. Le citoyen qui n’accepte pas ces principes fondateurs de Voltaire République et des Jeunes Voltairiens n’ont pas leur place au sein de l’association.
Voltaire République est engagée dans la vie de la Cité.  Elle invite les citoyens à en être les acteurs dans les associations, les organisations syndicales étudiantes, de salariés, patronales, artisanales et familiales.
Voltaire République et les Jeunes Voltairiens sont organisés dans leur ville, leur département, leur facultés, leurs entreprises et, sur le plan national.

Salut et fraternité

Voltaire République et les Jeunes Voltairiens


Nous contacter :
voltaire.republique@laposte.net

Articles Récents

Du bon usage des commentaires

Nous laissons les commentaires libres sous réserve de minimum de correction. De même, les liens donnés par nos lecteurs, s'ils n'intègrent pas le notre sur leur blog ou site seront détruits.

Enfin, en guise de commentaires, nous ne retenons que les personnels; les copier-coller d'autres appréciations ne nous intéressent pas.

23 octobre 2009 5 23 /10 /octobre /2009 09:27
Notre amie Christine Tasin est de nouveau diffamée par des turlupins de la "haute pensée politico-religieuse" dont la substantifique moëlle semble sortie du lait qui perle encore de leur nez juvénile.
On pourrait croire à un gauchisme de potache tel qu'il existait dans les années post soixanthuitardes; rappelons-nous des slogans de l'époque : CRS-SS, le proviseur au poteau.
Aujourd'hui, il n'en est rien. D'une ignorance crasse, d'une culture de bande dessinée ou de livres "saints", nos prétendus islamo-gauchistes, quand bien même ils seraient jeunes doivent répondre de leurs actes et, pour commencer à révéler leur identité publiquement. C'est en effet , devant les tribunaux et sur la place publique que le débat doit aussi avoir lieu.

Sur quoi doit-il porter?

D'abord nous parlerons de Christine Tasin. Soit sa qualité d'enseignante prête à critique et, dans ce cas elle doit subir le process hiérarchique de l'Education Nationale qui, si nous ne nous abusons pas n'est pas des plus magnanime.

Soit Christine Tasin est une enseignante de qualité, ce qui au regard de sa carrière déjà importante, est révélée dans les faits et, dans ce cas, le Ministre de l'Education nationale doit prendre ses responsabilités en soutenant et en poursuivant les responsables mis en cause.

Voltaire République est solidaires de Christine Tasin dans ce combat.


Ecrasons l'infâme!

Nous publions in extenso l'article de Christine Tasin publié sur son blog.

http://christinetasin.over-blog.fr/article-quand-des-eleves-veulent-lyncher-un-prof-au-nom-de-l-islam-38011782-comments.html#c


Quand des élèves veulent lyncher un prof au nom de l'islam

C'est ce qui m'arrive aujourd'hui. On n'arrête pas les barbares. Ni la sottise. Ni le fanatisme imbécile. C'est une tautologie. Le fanatisme est toujours imbécile.


J'ai découvert par hasard qu'un groupe facebook, constitué depuis moins d'une semaine, d'environ 160 membres, s'était donné pour "mission" de me faire "virer" du lycée où j'enseigne, sous prétexte que je serais "prof anti arabe, prof anti islam".

Il y a dans le groupe quelques lycéens de mon établissement, et nombre d'autres appartenant à d'autres lycées, à la fac ou sans appartenance revendiquée.

Le moins que l'on puisse dire est qu'ils ont encore beaucoup à apprendre en argumentation puisque la leur se résume à avoir mis sur leur mur facebook trois de mes videos et à vitupérer en me tutoyant parce que j'oserais parler de l'islam que je ne connaîtrais pas !!!

C'est un peu court, jeunes gens.  Vous êtes triplement en faute.
       Vous attentez à ma liberté d'expression en voulant m'empêcher, dans ma vie privée, de militer pour la République et la laïcité. Cela n'a rien à voir avec mon métier, je n'ai jamais mélangé mon métier et mon engagement politique et laïque.

     Vous me diffamez publiquement en prétendant que je suis "prof anti arabe". Ce  qui sous-entendrait deux choses : que, dans l'exercice de mes fonctions, je fais de la discrimination et que, d'une manière générale, je suis raciste. C'est une grave diffamation parce que le racisme est un délit. Or, je suis sereine, non seulement je n'ai jamais été raciste (je hais le racisme) dans l'exercice de mes fonctions, mais aucun de mes textes ni de mes videos ne peut être taxé de raciste. D'ailleurs j'ai publié à peu près sept cents articles sur Internet, il n'y a jamais eu  de plainte contre moi pour racisme.

       Vous faites, de la même façon, un amalgame stupide entre "prof" et "anti-islam" alors que je ne parle jamais de l'islam dans mes cours. Par ailleurs, que je puisse critiquer, dans ma vie privée, l'islam, n'est pas un délit, c'est de la simple liberté d'expression : il n'y a pas, en France de délit de blasphème (bien que certains le  souhaitent) et chacun est libre de critiquer une religion ou un système politique. Je n'ai jamais critiqué les croyants, je respecte leur foi, et je vous renvoie à mon article sur la distinction entre musulmanophobie et islamophobie

S'il faut "virer" tous ceux qui critiquent les religions, leurs excès et ceux de leurs dévots, ceux qui considèrent qu'en prônant le port du voile l'islam met en cause l'égalité homme-femme, ou que le  pape en interdisant le préservatif met en danger la vie d'autrui, alors il faut "virer" Montaigne, Rabelais, Voltaire, Molière, Zola etc. des programmes de lycée ! 

Ce qui est tragique, c'est que c'est, forcément l'étape suivante. Des autodafés. Des sorciers à brûler sur le bûcher de l'intolérance.

Car ne nous y trompons pas, derrière cette haine envers moi, il y a un règlement de compte avec la culture. Parce que je suis professeur. On sent, dans les commentaires postés sur le mur, ce besoin d'enfoncer celui qui détient un savoir, comme si cela permettait une revanche de l'inculte sur celui qui sait. Et peu importe à ceux qui crachent sur les profs que ceux-ci aient, simplement, travaillé, saisi la chance de l'école pour échapper à la pauvreté et à une vie difficile.

J'ai envie de dire que nous tous qui luttons contre le fanatisme et l'endoctrinement, nous nous battons, au fond, surtout, pour la culture. Pour que ces sauvageons se mettent à réfléchir et à comprendre que vivre en société ce n'est pas imposer la peur à l'autre, la peur de l'autre, ce n'est pas imposer la violence, ce n'est pas imposer SA loi. Et pour cela, il faut, encore et toujours, lire Voltaire ou Molière. Pour apprendre la liberté d'esprit. Pour apprendre à penser. Il faut, encore et toujours, lire Ronsard ou Rimbaud. Pour connaître la beauté. Pour comprendre que cette culture qu'incarnent les profs c'est le sésame pour accéder à l'humanité.

Encore faut-il le vouloir. 

J'ai déposé plainte, bien sûr. Je ne me laisserai ni faire ni intimider par ceux qui, au lieu d'ouvrir leurs propres blogs pour défendre leurs idées, ou de poster des commentaires pour argumenter, pour discuter de leur/ma vision de l'islam n'ont que vindicte, insulte et menaces à la bouche.

Je ne répondrai pas à la barbarie par le silence. Je continuerai de dire ce que je pense.

Les méthodes utilisées prouvent, s'il en était besoin, que mon combat est juste, que tous ceux qui, comme moi, combattent contre ceux qui veulent imposer, partout, dans la société civile, leur religion, leurs règles, leur intolérance, leur violence se battent pour la liberté de tous, pour le droit de penser, pour le droit de parler, pour le droit de lire, pour le droit d'être ou ne pas être croyant, pour le droit d'avoir ou de ne pas avoir de religion. Pour le droit d'être, tout simplement.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Claude 20/04/2012 15:14


Je ne sais même pas pourquoi vous accorder la moindre importance à cette femme dont les analyses politiques sont au niveau de la marée basse. Christine Tasin, militante aussi hystérique
qu'insignifiante et désormais lepéniste, a démissionné de l'Education nationale. L'extrême droite a gagné une nouvelle recrue, l'Education nationale n'a pas perdu grand chose.