Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Colloque Franco-allemand de Lyon

Le 7 octobre 2011, s'est tenu à l'IEP de Lyon, un colloque franco-allemand sur le thème:

 

Visions comparées de l'euro

 

Les videos de ce colloque sont disponibles sur

 


www.cercledu29mai2005.eu

 

 

Recherche

Eclats Républicains

Si vous le souhaitez, vous pouvez recevoir le livre "Eclats Républicains" de Simon Archipenko, Président de Voltaire République. Le  livre est paru en septembre 2007. La réception est gratuite. Si vous souhaitez contribuer à l'effort envoyez un don au siège de l'Association . Voltaire République - 73, cours Richard Vitton 69003 LYON. Pour recevoir le livre envoyez un courriel à: voltaire.republique@laposte.net

Présentation

Citoyen !

VOLTAIRE REPUBLIQUE  est un mouvement qui veut défendre et promouvoir les idées républicaines issues du siècle des Lumières et dont l’un des principaux penseurs fût Voltaire. En qualité de mouvement laïque et républicain, l’association se fait un devoir de répandre sa pensée dans toutes les sphères de la vie politique, économique et sociale de la France et dans une Europe débarrassée de son idéologie libérale dont les citoyens français ont rejeté les bases lors du scrutin du 29 mai 2005. L’association ne s’interdit aucune action et aucun prosélytisme dans le monde.

VOLTAIRE REPUBLIQUE  est fondée par des républicains engagés dans la vie de la Cité, venus d’horizons divers, patriotes qui veulent pour la France une république digne de son histoire et de celle qu’ils veulent léguer aux générations futures.
Article II des statuts de l’association   
VOLTAIRE REPUBLIQUE  est une association où, seul le nom de Citoyen compte. Elle rejette toute idée de communautarisme, sous quelque forme que ce soit.
Tous les adhérents, sans distinction y sont honorés pour leur travail voué au bien public, et tourné vers la République.
Voltaire république ne se revendique pas en parti politique; elle est politique. A ce titre ses adhérents sont libres d’appartenir ou de ne pas appartenir à un parti . Aussi, elle accueille en son sein les citoyens venus de tous horizons démocratiques et républicains, sans exclusive d’appartenance.
L’association n’importe pas en son sein les clivages et les pratiques qui y sont attachés. Le citoyen qui n’accepte pas ces principes fondateurs de Voltaire République et des Jeunes Voltairiens n’ont pas leur place au sein de l’association.
Voltaire République est engagée dans la vie de la Cité.  Elle invite les citoyens à en être les acteurs dans les associations, les organisations syndicales étudiantes, de salariés, patronales, artisanales et familiales.
Voltaire République et les Jeunes Voltairiens sont organisés dans leur ville, leur département, leur facultés, leurs entreprises et, sur le plan national.

Salut et fraternité

Voltaire République et les Jeunes Voltairiens


Nous contacter :
voltaire.republique@laposte.net

Articles Récents

Du bon usage des commentaires

Nous laissons les commentaires libres sous réserve de minimum de correction. De même, les liens donnés par nos lecteurs, s'ils n'intègrent pas le notre sur leur blog ou site seront détruits.

Enfin, en guise de commentaires, nous ne retenons que les personnels; les copier-coller d'autres appréciations ne nous intéressent pas.

10 mars 2010 3 10 /03 /mars /2010 09:11
symboles-religieux_s.jpgVoltaire République reçoit ce courriel d'un des lecteurs du blog.

Bonjour
Lorsqu'ils voulaient faire connaître leur opinion sur un sujet qui leur paraissait grave, les gens de ma génération - j'ai 71 ans - proposaient une tribune libre à un quotidien ou à un hebdo sur papier.
Pour demander que les religions se débarrassent de leur conception violente de Dieu je l'ai fait bien souvent, et j'ai presque toujours échoué. Je viens d'échouer une fois de plus.
Heureusement il y a maintenant des possibilités de s'exprimer librement sur Internet. Mais ça n'a pas le même impact, alors, pour compenser un peu, on informe ici ou là.
Et donc je vous informe : parce que c'est quelque chose qui m'épouvante j'ai publié ceci :

"LE TRIOMPHE PLANÉTAIRE DE LA VIOLENCE RELIGIEUSE". C'est ici :

www.mediaslibres.com


Pierre Régnier

PS (pour les croyants) : Jean-Marie Muller vient de publier "Désarmer les dieux". J'espère que ce livre important fera basculer - enfin ! - de nombreux croyants des religions monothéistes vers une conception non-violente de Dieu. Et j'espère que ça les conduira à exiger de leurs responsables qu'ils basculent aussi.


***

C'est avec plaisir que nous ouvrons nos colonnes au citoyen Régnier Bien entendu c'est sous sa signature et responsabilité que ces propos sont publiés dans un cadre républicain.
Le sujet étant à plusieurs volets, nous les publierons autant que de besoin.

***


Le triomphe planétaire de la violence religieuseI /

La conception violente de Dieu dans les monothéismes

"Nous risquons de laisser en héritage à nos enfants une société où personne ne voudrait naître"

Pat Condell

Depuis 3000 ans les religions enseignent que Dieu a ordonné aux hommes de pratiquer des maltraitances, des meurtres, des massacres de populations entières. Dans un livre au moins de l'Ancien Testament, le Livre de Josué, il dit sa volonté que ne reste pas un seul survivant à la fin du massacre des Cananéens. "Dieu" tient absolument à ce que soit réalisé ce qu'on nommerait aujourd'hui un génocide.

Toutes les religions monothéistes sont d'accord là-dessus : les livres qu'elles ont sacralisés sont l'authentique Parole de Dieu. Les papes Jean-Paul II et Benoît XVI précisent dans le nouveau catéchisme - réalisé sous la direction du second quand il n'était encore que le cardinal Ratzinger - que cette Parole exprime le véritable désir de Dieu et cela seulement. (*)

Toutes les religions enseignent aussi que l'important est de savoir interpréter la Parole de Dieu. Cette "interprétation" confine parfois à l'ignominie. Un autre livre de notre troisième millénaire, La Bible de Jérusalem, précise dans sa version annotée que ce qui rend exemplaire le massacre des Cananéens par Josué c'est la totale obéissance à Dieu dans l'exécution du crime. Cette obéissance est présentée comme égale à celle de Jésus qui, plus d'un millénaire plus tard, donnera sa propre vie pour un monde où l'amour serait universel.  (**) 

Cette conception selon laquelle c'est l'obéissance à la supposée volonté de Dieu qui est importante, et non pas le contenu de cette volonté, a réussi à traverser jusqu'à nous des siècles de folle théologie, bien intentionnée ou pas. Même les philosophes indépendants, ceux qui ne sont pas fanatisés par une religion, ont fini par adopter  durablement l'attitude religieusement correcte : on n'embête pas les institutions religieuses avec de telles aberrations, ça ne se fait pas, le religieux est un domaine particulier qui a ses propres lois, on ne doit pas toucher à ce privilège acquis, même quand il est manifestement criminogène.

Par exemple, chaque fois qu'après un massacre revendiqué par des islamistes Benoît XVI affirmera haut et fort qu' "on ne peut pas commettre des crimes en se réclamant de Dieu", ni les théologiens en malaise (plus honnêtes et plus humains que le pape), ni les philosophes ni les journalistes dominant les médias ne relèveront la flagrante hypocrisie papale que constitue la belle affirmation pacifiante quand, dans le même temps, Benoît XVI continue d'enseigner que Dieu a bien commandé les pires massacres qui lui sont attribués dans l'Ancien Testament. (***)

L'une des raisons pour lesquelles on n'embête pas les institutions judéo-chrétiennes avec leur théologie criminogène c'est qu'il y a, depuis 14 siècles, une théologie nettement pire encore. Toutes les composantes du judéo-christianisme affirment que Dieu ne commande plus les maltraitances et les meurtres. Leur responsabilité dans les crimes religieux effectivement commis de nos jours est alors devenue seulement partielle et indirecte. Il n'en est pas de même de la responsabilité de l'islam. Son prophète Mohamed a repris chez ses prédécesseurs leur conception violente de Dieu mais il a affirmé que, dans la seule religion désormais valable, la sienne, Dieu continuait et continuerait d'exiger des violences tant que sa domination ne serait pas établie sur la terre entière.

Cette trouvaille du nouveau prophète (qui par ailleurs, à l'opposé de l'admirable Jésus, fut dans sa vie personnelle un contre-exemple en humanité) changea toute la suite de la terrible histoire religieuse et, aujourd'hui, c'est très logiquement au nom de l'islam que l'on maltraite - tout particulièrement les femmes - et que l'on tue en proclamant la grandeur du Dieu coranique supposé avoir commandé les tueries. 

La réalité cependant est plus subtile. Le "bon" meurtre n'est pas présenté dans le Coran comme la meilleure manière de faire progresser l'unique "bonne" religion. Si on peut atteindre son objectif totalitaire "en douceur" ce sera beaucoup mieux. Et c'est à cela que se consacrent prioritairement les intégristes musulmans d'aujourd'hui dans les pays qui ont une tradition démocratique bien ancrée, un fort attachement à la laïcité républicaine et aux droits humains, une ferme conviction de l'égalité entre les femmes et les hommes, une ferme volonté de préserver, pour les unes et pour les autres, la liberté de conscience et d'expression. 

Grignoter tous ces acquis en les déformant délibérément, en introduisant partout le doute et la confusion sur leur sens réel, en violant la loi chaque fois qu'on peut la remplacer par la loi islamique mais seulement dans les faits, et très prudemment, très progressivement, afin qu'une petite minorité seulement s'en aperçoive et s'en indigne dans l'indifférence quasi-générale, telle est la méthode actuellement employée en France et en Europe.

J'allais oublier : à chaque petit pas vers le gouffre où sombre le pays d'avant, veiller à trouver de la complaisance, ou pire, d'une part chez les croyants des autres religions, d'autre part auprès des politiciens au pouvoir ou dans l'opposition. La complaisance est facilement trouvée chez les premiers, honteux de leur propre croyance en la violence de Dieu (mais toujours respectueux des mauvais bergers qui la leur confirment). Elle est aussi très logiquement trouvée chez le Président de la République pour qui "dans la transmission des valeurs et dans l'apprentissage de la différence entre le bien et le mal l'instituteur ne pourra jamais remplacer le curé ou le pasteur".

(*) Catéchisme de l'Eglise catholique (éd. Centurion / Cerf / Fleurus-Mame 1998), passages 105, 106, 107 et autres
(**) Bible de Jérusalem (Fleurus / Cerf 2001), notes en marge du Livre de Josué 11,9,17;  24,2 et autres
(***) En 2006 j'ai fait les 9 propositions suivantes "pour sortir de la violence religieuse". Il me paraît désormais nécessaire de préciser qu'il s'agit aussi "d'en finir avec l'hypocrite attitude des institutions religieuses du monothéisme face aux violences qui découlent de leur enseignement" :
1/ La violence religieuse effective est toujours à la fois épouvantable et banale puisque les religions continuent d'enseigner que Dieu la commande ou l'a commandée
2/ Ce sont les institutions religieuses qui continuent de croire fondamental de maintenir intégralement sacrés leurs textes contenant les bases de la violence religieuse
3/ La nécessaire désacralisation de la violence religieuse suppose une radicale révision, par les institutions religieuses, de leur propre interprétation de leurs propres textes sacrés
4/ Le maintien de la conception criminogène de Dieu, jadis sacralisée, et celui de la théologie criminogène qui la dogmatise ne sont nullement fatals
5/ La paix et la protection des Droits de la personne humaine sont impossibles sans le rejet de la théologie criminogène
6/ Les sociétés défendant les Droits humains doivent exiger des institutions religieuses qu'elles rejettent officiellement et sans ambiguïté la théologie criminogène
7/ Le combat pour la désacralisation  de la conception criminogène de Dieu n'est pas un combat contre le tout des religions
8/ Le choc des conceptions (pacifiste et criminogène) au sein des religions est le plus sûr moyen d'éviter le choc des civilisations
9/ C'est en exigeant d'abord la désacralisation de la violence dans leur propre religion que les croyants pourront entraîner les pacifistes des autres religions dans la même exigence.

Partager cet article

Repost 0
Published by Voltaire République - dans Laïcité
commenter cet article

commentaires