Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Colloque Franco-allemand de Lyon

Le 7 octobre 2011, s'est tenu à l'IEP de Lyon, un colloque franco-allemand sur le thème:

 

Visions comparées de l'euro

 

Les videos de ce colloque sont disponibles sur

 


www.cercledu29mai2005.eu

 

 

Recherche

Eclats Républicains

Si vous le souhaitez, vous pouvez recevoir le livre "Eclats Républicains" de Simon Archipenko, Président de Voltaire République. Le  livre est paru en septembre 2007. La réception est gratuite. Si vous souhaitez contribuer à l'effort envoyez un don au siège de l'Association . Voltaire République - 73, cours Richard Vitton 69003 LYON. Pour recevoir le livre envoyez un courriel à: voltaire.republique@laposte.net

Présentation

Citoyen !

VOLTAIRE REPUBLIQUE  est un mouvement qui veut défendre et promouvoir les idées républicaines issues du siècle des Lumières et dont l’un des principaux penseurs fût Voltaire. En qualité de mouvement laïque et républicain, l’association se fait un devoir de répandre sa pensée dans toutes les sphères de la vie politique, économique et sociale de la France et dans une Europe débarrassée de son idéologie libérale dont les citoyens français ont rejeté les bases lors du scrutin du 29 mai 2005. L’association ne s’interdit aucune action et aucun prosélytisme dans le monde.

VOLTAIRE REPUBLIQUE  est fondée par des républicains engagés dans la vie de la Cité, venus d’horizons divers, patriotes qui veulent pour la France une république digne de son histoire et de celle qu’ils veulent léguer aux générations futures.
Article II des statuts de l’association   
VOLTAIRE REPUBLIQUE  est une association où, seul le nom de Citoyen compte. Elle rejette toute idée de communautarisme, sous quelque forme que ce soit.
Tous les adhérents, sans distinction y sont honorés pour leur travail voué au bien public, et tourné vers la République.
Voltaire république ne se revendique pas en parti politique; elle est politique. A ce titre ses adhérents sont libres d’appartenir ou de ne pas appartenir à un parti . Aussi, elle accueille en son sein les citoyens venus de tous horizons démocratiques et républicains, sans exclusive d’appartenance.
L’association n’importe pas en son sein les clivages et les pratiques qui y sont attachés. Le citoyen qui n’accepte pas ces principes fondateurs de Voltaire République et des Jeunes Voltairiens n’ont pas leur place au sein de l’association.
Voltaire République est engagée dans la vie de la Cité.  Elle invite les citoyens à en être les acteurs dans les associations, les organisations syndicales étudiantes, de salariés, patronales, artisanales et familiales.
Voltaire République et les Jeunes Voltairiens sont organisés dans leur ville, leur département, leur facultés, leurs entreprises et, sur le plan national.

Salut et fraternité

Voltaire République et les Jeunes Voltairiens


Nous contacter :
voltaire.republique@laposte.net

Articles Récents

Du bon usage des commentaires

Nous laissons les commentaires libres sous réserve de minimum de correction. De même, les liens donnés par nos lecteurs, s'ils n'intègrent pas le notre sur leur blog ou site seront détruits.

Enfin, en guise de commentaires, nous ne retenons que les personnels; les copier-coller d'autres appréciations ne nous intéressent pas.

7 juin 2010 1 07 /06 /juin /2010 07:55

Un de nos lecteurs nous écrit; il nous a paru important de le publier en article.

      Salut fraternel,

      Je partage entièrement votre point de vue.

      Tout d'abord, le PS, en organisant  des primaires se glisse dans les habits du parti démocrate américain. Voilà quelques temps déjà, il avait emprunté l'idéologie de l'école néodémocate États-unienne et notamment du clan Clintonien. Maintenant le PS fait appel à des primaires pour régler la question des ambitions personnelles et présidentielles de ses candidats.

      C'est une triste dérive. Les primaires - caucus - sont totalement étrangère au monde politique français et aux organisations partitaires. Ensuite, le PS va organiser un large cirque médiatique, peopolisé autour des candidats Royal, Strauss Khan, Aubry, Hollande, Valls pour les plus probables.

       Donc, c'est le consommateur politique qui sera à l'oeuvre et qui imposera son choix consumériste du politique. Fini, les mouvements politiques avec un corpus idéologique, un projet politique, un programme électoral, des objectifs, une stratégie d'alliance. Bref, la seule chose qui compte c'est la personnalisation du politique désigné, sa peopolisation, sa marchandisation comme un vulgaire produit, comme une vulgaire star du système médiatico-politique.

      A quoi servent les militants ? Si c'est un groupe de supporters, de teanaggers, de clients qui décident du choix d'un candidat à l'élection présidentielle .

      Ensuite, les citoyens choisiront-ils en fonction des idées, des projets, des programmes, des perspectives que donnera tel ou tel candidat ou bien celui qui aura été nominé et choisi lors des primaires faites à coup de sondages et de médiatisation à outrance ?

      Là aussi, le rôle du citoyen souverain en prend un coup. On le transforme en client du marché politique, en spéculateur du politique, en voyeur de l'image du politique. C'est à mon humble avis tout à fait dégradant pour l'homme ou la femme politique mais aussi pour le citoyen.

      Le PS est un parti idéologiquement à la dérive et programmatiquement recentré. Le Care, la société du bien être être, son nouveau paragdime branchée du libertarisme bobotisé  est fait pour les classes moyennes et la petite bourgeoisie. C'est toujours la même pensée post soixante huitarde qui est à l'oeuvre, la pensée dominante libertarienne à l'oeuvre à droite et à gauche est principalement chez les gauchistes et les PSEcololibertariens.

      Alors que les questions sociales, nationales et républicaines sont l'urgence politique et l'urgence nécessité pour le devenir de notre pays, ces commerciaux des caucus et du care préfèrent  le sociétal plutôt que le social. C'est l'écologie plutôt que la croissance et le développement. C'est le libre échange libéral et européiste plutôt que le patriotisme républicain et universaliste  et la rupture avec l'ordre établi. C'est l'individu client roi plutôt que le citoyen producteur. C'est les communautarismes et le régionalisme plutôt que la république laïque une et indivisible.

      Martine Aubry nous parle de la société du bien être. En restant dans l'Europe de la concurrence libre et non faussée, du dumping social et fiscal, des directives de démantèlement des souverainetés des États nations et des peuples,

       L'Europe de la BCE et du GMT qui impose par un coup d'état la mise sous tutelle des budgets des États nations et remet au goût du jour les critères de Maastricht des 3 % de déficit et pas plus. La fameuse seringue des contraintes budgétaires liées aux impératifs de la lutte contre l'inflation vont de nouveau parti des politiques d'ajustement budgétaire en attendant les politiques d'austérité ou d'économie de guerre comme en Grèce avec son lot de rationnement, de décroissance, de démantèlement et d'injustices.

      L'urgence politique et sociale est au gouvernement républicain de salut public qui décide que notre pays redevienne souverain en rompant avec l'Union Européenne, la BCE, le GMT et se réapproprie son économie, sa monnaie, son parlement, son destin collectif. Faisons de notre pays, pays des Lumières et de la Grande Révolution française, le retourneur d'Histoire comme en 1789, 1792, 1793, 1848 et aussi un certain dimanche 29 mai 2005. L'Histoire du retour des États nations et des peuples souverains. Reprenons aussi l'esprit patriotique et républiain du programme bâtisseur et libérateur du CNR. Faisons de nouveau l'alliance féconde des ouvriers, des instituteurs, des producteurs, des chercheurs, des paysans, des artisans, des personnes privées d'emploi pour reconquérir notre souveraineté, pour reconstruire une économie développée digne de ce nom et qui affirme grandeur, esprit des Lumières émancipateur, universalité et rayonnement. Faire de nouveau société et humanité universelle telle devrait-être l'urgence du politiique et du citoyen. Le PS préfère s'occupait de ses produits dérivés et d"idées supplément d'âmes !

        Des caucus aux cocus telle pourrait être la situation et l'évolution à la fois des militants socialistes et aussi des citoyens souverains de notre patrie républicaine avec ces primaires et ce programme care. Au fait Martine Aubry le programme socialiste vous vous le carez ... !

      Salut et Fraternité.


Partager cet article

Repost 0
Published by Voltaire République - dans Voltaire.republique
commenter cet article

commentaires

BA 14/06/2010 20:04



Malheureusement, je ne monte plus à Paris : pour aller à Paris depuis ma campagne profonde, c'est trop la galère au point de vue transport !


 


Je lirai vos compte-rendus sur les sites républicains nonistes.



BA 13/06/2010 14:46



Hors-sujet, mais c'est un article très révélateur :


 


En Allemagne, les professionnels de la Bourse ont déjà passé l’euro par pertes et profits : aujourd’hui, ils raisonnent et
ils calculent en Deutsche Mark.


 


Lisez cet article :


 


Allemagne : quand la cotation en mark devient
réalité ...


 


Signe des temps et des distorsions actuelles : alors que la Grèce a conduit la zone euro sur la sellette, un site internet
allemand d’informations boursières vient de retourner à la "bonne vieille" cotation des actions en Deutsche Mark.


 


Vendredi 11 juin, vers 09H15 GMT, l’action de la compagnie aérienne Lufthansa valait ainsi 11,06 euros, soit 21,63 DM, et celle du
constructeur Volkswagen 71,68 euros, ou 140,19 DM, si l’on en croit la cotation élaborée par le site Boersennews.de.


 


Le site Boersennews.de affirme répondre ainsi à la demande de ses utilisateurs, lesquels seraient environ 40 % à souhaiter le
retour du "bon vieux Deutsche Mark".


 


Précisons que le media concerné compte près de 300 000 utilisateurs et qu’il est un des sites boursiers allemands les plus
importants ...


 


Si Boersennews.de affirme - officiellement - ne pas vouloir la suppression pure et simple de l’euro, il souhaite néanmoins
"appuyer un peu plus le désir de sécurité économique de nombreux citoyens". Ce qui signifie a contrario que la monnaie européenne n’est pas jugée comme fiable.


 


"Une chose est sûre" poursuit le communiqué : "le Deutsche Mark représente l’Allemagne économique saine et puissante."


 


"L’euro représente aujourd’hui dans le monde, en Europe mais avant tout pour les allemands, un système économique qui rencontre de
graves difficultés" ajoute-t-il.


 


"L’Allemagne est le principal contributeur de ce plan de sauvetage avec une participation de 147 milliards d’euros, alors que des
pays tels que l’Espagne ou le Portugal peuvent à tout moment selon certaines conditions se retirer de ce plan sans en supporter les conséquences négatives" précise par ailleurs non sans quelques
aigreurs le site boursier allemand ...


 


"Même un des défenseurs les plus acharnés de l’euro comme Hans Olaf Henkel, ancien chef du syndicat patronal allemand
(Bundesverbandes der Deutschen Industrie) s’exprimait pour l’arrêt de l’euro et la réintégration du Deutsche Mark", tient par ailleurs à rappeler Boersennews.de.


 


"La raison avancée est que le plan de sauvetage de 750 milliards d’euros a fait de la zone euro une simple zone de transfert de
capital" souligne le site internet.


 


Rappelons par ailleurs que le directeur du centre de recherche économique IFO, Hans-Werner Sinn, voit le plan de sauvetage comme
un risque incalculable pour l’Allemagne.


 


Rappelons que quelques heures avant l’accord des pays membres de l’Union Européenne concernant les mesures destinées à la Grèce,
Angela Merkel, s’adressant aux députés du Bundestag, affirmait : "Le peuple allemand a placé dans l’euro la confiance qu’il avait dans le deutsche Mark".


 


"Le gouvernement fédéral ne peut trahir cette confiance à aucun prix" avait-elle ajouté.


 


En avril dernier, Christian Makarian, directeur adjoint de la rédaction de L’Express, avait ouvertement posé la question dans sa
dernière chronique : "L’euro serait-il devenu le mark ?" s’interrogeait-il alors, rappelant ainsi qu’"en instituant l’euro, François Mitterrand songeait à une solution durable qui
consistait, vue de loin, à dissoudre le puissant deutsche mark dans l’euro" ; il observe que l’inverse s’est produit. Selon lui, "c’est l’euro qui est devenu le mark."


 


Une situation de nature à accentuer le clivage au sein des pays membres de l’Union européenne. Et qui pourrait être exacerbée par
les prochaines élections allemandes.



Certains analystes rappellent également que l’Allemagne était si viscéralement attachée au mark que François Mitterrand n’a obtenu
son ralliement au projet français de l’euro "qu’à condition que l’euro ne soit rien d’autre que le mark repeint". Un concept qui avait l’heur de plaire aux financiers, y voyant la garantie d’une
certaine stabilité monétaire.


 



http://www.leblogfinance.com/2010/06/allemagne-quand-la-cotation-en-mark-devient-realite.html


 



Voltaire République 14/06/2010 09:02



J'espère qu'on vous verra au colloque du 18 juin à la Sorbonne cher BA