Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Colloque Franco-allemand de Lyon

Le 7 octobre 2011, s'est tenu à l'IEP de Lyon, un colloque franco-allemand sur le thème:

 

Visions comparées de l'euro

 

Les videos de ce colloque sont disponibles sur

 


www.cercledu29mai2005.eu

 

 

Recherche

Eclats Républicains

Si vous le souhaitez, vous pouvez recevoir le livre "Eclats Républicains" de Simon Archipenko, Président de Voltaire République. Le  livre est paru en septembre 2007. La réception est gratuite. Si vous souhaitez contribuer à l'effort envoyez un don au siège de l'Association . Voltaire République - 73, cours Richard Vitton 69003 LYON. Pour recevoir le livre envoyez un courriel à: voltaire.republique@laposte.net

Présentation

Citoyen !

VOLTAIRE REPUBLIQUE  est un mouvement qui veut défendre et promouvoir les idées républicaines issues du siècle des Lumières et dont l’un des principaux penseurs fût Voltaire. En qualité de mouvement laïque et républicain, l’association se fait un devoir de répandre sa pensée dans toutes les sphères de la vie politique, économique et sociale de la France et dans une Europe débarrassée de son idéologie libérale dont les citoyens français ont rejeté les bases lors du scrutin du 29 mai 2005. L’association ne s’interdit aucune action et aucun prosélytisme dans le monde.

VOLTAIRE REPUBLIQUE  est fondée par des républicains engagés dans la vie de la Cité, venus d’horizons divers, patriotes qui veulent pour la France une république digne de son histoire et de celle qu’ils veulent léguer aux générations futures.
Article II des statuts de l’association   
VOLTAIRE REPUBLIQUE  est une association où, seul le nom de Citoyen compte. Elle rejette toute idée de communautarisme, sous quelque forme que ce soit.
Tous les adhérents, sans distinction y sont honorés pour leur travail voué au bien public, et tourné vers la République.
Voltaire république ne se revendique pas en parti politique; elle est politique. A ce titre ses adhérents sont libres d’appartenir ou de ne pas appartenir à un parti . Aussi, elle accueille en son sein les citoyens venus de tous horizons démocratiques et républicains, sans exclusive d’appartenance.
L’association n’importe pas en son sein les clivages et les pratiques qui y sont attachés. Le citoyen qui n’accepte pas ces principes fondateurs de Voltaire République et des Jeunes Voltairiens n’ont pas leur place au sein de l’association.
Voltaire République est engagée dans la vie de la Cité.  Elle invite les citoyens à en être les acteurs dans les associations, les organisations syndicales étudiantes, de salariés, patronales, artisanales et familiales.
Voltaire République et les Jeunes Voltairiens sont organisés dans leur ville, leur département, leur facultés, leurs entreprises et, sur le plan national.

Salut et fraternité

Voltaire République et les Jeunes Voltairiens


Nous contacter :
voltaire.republique@laposte.net

Articles Récents

Du bon usage des commentaires

Nous laissons les commentaires libres sous réserve de minimum de correction. De même, les liens donnés par nos lecteurs, s'ils n'intègrent pas le notre sur leur blog ou site seront détruits.

Enfin, en guise de commentaires, nous ne retenons que les personnels; les copier-coller d'autres appréciations ne nous intéressent pas.

28 avril 2010 3 28 /04 /avril /2010 08:36

 

L'actualité brûlante en Belgique nous oblige à revenir sur un article publié par Voltaire République le 8 août 2008; nous ne retirons rien des mots publiés à ce moment.

*

Je ne reviens pas ici sur l'aspect hors politique de la publication "Les quatre devoirs de la Belgique française" par Daniel Ducarme, ministre d’État belge, député de Bruxelles. Ce papier est publié dans le Figaro et repris sur le blog de l'Action républicaine, qui touchera plus d'un français, honoré par la démarche, et je le suis. La proximité de la Wallonie, des amis qui me sont chers en sont la principale cause.

Cet article aborde une possibilité de création d'une Belgique française, l'une des hypothèses en cours quant au devenir de la Belgique en général et des communautés qui s'affrontent de plus en plus au détriment des wallons et de tout ce qui est francophone. L'auteur de ces lignes a été témoin de ce racisme petit blanc des flamands.


Mais cet article sous tend en fait une autre idée:


Le rattachement de la Wallonie à la France.


Si nous abordons les problèmes exclusivement politiques de ce rattachement de la Wallonie à la France, nous pouvons considérer que la première victime de celui-ci sera......la France.

Sur le plan historique déjà. Il n'y a pas depuis que la France existe de démarche irrédentiste, à l'instar de ce qui a existé en Allemagne ou en Italie. L'épisode du Québec libre reste un cuisant souvenir dans notre politique étrangère. Mais pas seulement. La France s'est toujours défendue de définir une communauté nationale sur des critères ethniques. Fernand Braudel, Ernest Renan ont bien analysé cet aspect constant de notre politique.

Il n'est pas neutre que  des fédéralistes européens  défendent le plus cette idée de Wallonie française. Que cet article de Daniel Ducarme paraisse dans le Figaro, qui est un journal européiste, n'est pas fait pour surprendre. Que cette idée intervienne après la grave crise que traverse la Belgique est logique comme est logique la volonté d'un irrédentisme flamand. Que diront les français lorsque la Flandre française demandera son rattachement à la Flandre belge? Que diront-ils lorsque les basques exigeront l'indépendance du pays basque et le rattachement à la Biscaye? Que diront-ils lorsque les Corses seront devenus indépendants? Et les Savoie? Et l'Alsace de langue allemande?

Il est probable que nous n'en arriverons pas là. Mais il est certain, que nous assisterons à la suppression des états nations au profit de l'Empire européiste des régions si nous n'y prenons garde. A condition dans un cas comme dans l'autre de rester vigilant, combatif et de ne pas sourire aux sirènes de la fausse bonne idée du moment.


Je rappelle, pour ce faire l'article de Voltaire République du 2 mars dont voici un extrait:


Le Comité des Régions, organe consultatif  de l'U.E., chargé de faire entendre la voix des collectivités territoriales, dont les 344 membres sont nommés par les différents gouvernements européens pour 4 ans, a élu comme président, le 6 février dernier, pour deux ans, le belge Luc Van Den Brande, ancien ministre-président de la région belge flamande que l'on peut qualifier aujourd'hui de province sécessionniste.
Celui-ci n'a pas perdu de temps pour rappeler les avancées "régionalistes" et antidémocratiques du traité de Lisbonne :
L'évolution grâce aux prérogatives attribuées pas le traité de Lisbonne est plus que positive : c'est l'opportunité pour le Comité des Régions de redéfinir son rôle et d'affirmer sa place au sein des institutions européennes. Le traité de Lisbonne reprend le concept selon lequel les responsabilités doivent peser sur plusieurs épaules, et les interactions entre les différents niveaux de gouvernement doivent être encouragées. Le Comité des Régions est particulièrement attaché au principe d'une gouvernance basée sur la mise en réseau, dont les différents partenaires coopèrent sur un pied d'égalité.


Si la Wallonie est en crise aujourd'hui c'est, qu'à l'instar de la Lorraine, la désertification industrielle la heurte depuis des décennies, on peut le constater en traversant Vilvoorde et, les Wallons le reconnaissent eux-mêmes, un vécu sur des acquis devenus obsolètes, un certain passéisme. Que les Flamands aient su tirer leur épingle du jeu, c'est indéniable, la révolution informatique y a contribué au départ et, l'ouverture sur la mer par les transactions commerciales avec les pays émergents comme la Chine et l'Inde aussi (importations en masse des produits manufacturés).

Le futur est incertain; il peut même être dramatique. Mais il appartient en premier lieu aux belges de prendre en charge leur devenir industriel et de ne pas objectiver les problèmes de la Wallonie sur la France qui aurait aussi beaucoup de mal à absorber 4 millions de ressortissants supplémentaires. Et de la volonté de la Belgique française à l'intégration, il n'y a qu'un pas.

Partager cet article

Repost 0
Published by Voltaire République - dans Europe
commenter cet article

commentaires

René G. Thirion 11/09/2010 12:54



Et vous pour qui vous prenez-vous. Pour des républicains sans âme. De ceux dont on a fait des moutons !


Gardez vos réflexions sur le retour, j'ai dit le retour et non le rattachement à la République. Sachez que j'ai un héritage qui vaut le vôtre et qui s'y est même mêlé. En 1789, nous avons fait
notre révolution et écrit nos propres Droits de l'Homme et du Ciroyen à Polleur. En 1793 nous avons par élection populaire libre demandé l'intégration à la République et nous avons eu
même Laurent François Dethier siégeant comme député au Conseil des Cinq Cents. Donc vos remarques sur le retour de la Wallonie à la France, comprenez que je m'en tamponne !



Voltaire République 11/09/2010 17:20



Si vous vous en tamponnez, passez votre chemin. Pour nous, libre à nous de garder notre libre arbitre et de refuser ce cadeau empoisonné. Wallono danaos, et donna firentes.



René G. Thirion 10/09/2010 15:44



Désolé de voir des soi-disant républicains français, se mettant en avant sous le nom de Voltaire soient aussi peu libertaires, égalitaires et fraternels.


Vous parlez gros sous comme un Bernard Tapie plutôt que de parler patrie comme Alphonse de Lamartine qui disait que l'égoïsme et la haine ont seuls une  patrie; la fraternté n'en a
pas !


Heuresement, il existe en France beaucoup dee Républicains ayant la volonté de permettre à la Wallonie volée par les alliés de 1815 de rejoindre sa vraie nation.


Wallonie, Région de France !



Voltaire République 11/09/2010 11:28



Qui êtes vous pour avoir la prétention de parler de soi-disant républicain? Un grand résistant? un grand homme politqiue? Que faites vous pour la république? Avant de donner des leçons
républicaines, apprenez la modestie. Voltaire libertaire? Sûrement pas! Le libertarisme est un pauvre avatar du libéralisme. Quant à notre position, elle n'est surtout pas napoléonienne, car nous
honnissons Bonaparte, mort le 18 brumaire. Ce qui dans le fond doit surtout vous défriser.