Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Colloque Franco-allemand de Lyon

Le 7 octobre 2011, s'est tenu à l'IEP de Lyon, un colloque franco-allemand sur le thème:

 

Visions comparées de l'euro

 

Les videos de ce colloque sont disponibles sur

 


www.cercledu29mai2005.eu

 

 

Recherche

Eclats Républicains

Si vous le souhaitez, vous pouvez recevoir le livre "Eclats Républicains" de Simon Archipenko, Président de Voltaire République. Le  livre est paru en septembre 2007. La réception est gratuite. Si vous souhaitez contribuer à l'effort envoyez un don au siège de l'Association . Voltaire République - 73, cours Richard Vitton 69003 LYON. Pour recevoir le livre envoyez un courriel à: voltaire.republique@laposte.net

Présentation

Citoyen !

VOLTAIRE REPUBLIQUE  est un mouvement qui veut défendre et promouvoir les idées républicaines issues du siècle des Lumières et dont l’un des principaux penseurs fût Voltaire. En qualité de mouvement laïque et républicain, l’association se fait un devoir de répandre sa pensée dans toutes les sphères de la vie politique, économique et sociale de la France et dans une Europe débarrassée de son idéologie libérale dont les citoyens français ont rejeté les bases lors du scrutin du 29 mai 2005. L’association ne s’interdit aucune action et aucun prosélytisme dans le monde.

VOLTAIRE REPUBLIQUE  est fondée par des républicains engagés dans la vie de la Cité, venus d’horizons divers, patriotes qui veulent pour la France une république digne de son histoire et de celle qu’ils veulent léguer aux générations futures.
Article II des statuts de l’association   
VOLTAIRE REPUBLIQUE  est une association où, seul le nom de Citoyen compte. Elle rejette toute idée de communautarisme, sous quelque forme que ce soit.
Tous les adhérents, sans distinction y sont honorés pour leur travail voué au bien public, et tourné vers la République.
Voltaire république ne se revendique pas en parti politique; elle est politique. A ce titre ses adhérents sont libres d’appartenir ou de ne pas appartenir à un parti . Aussi, elle accueille en son sein les citoyens venus de tous horizons démocratiques et républicains, sans exclusive d’appartenance.
L’association n’importe pas en son sein les clivages et les pratiques qui y sont attachés. Le citoyen qui n’accepte pas ces principes fondateurs de Voltaire République et des Jeunes Voltairiens n’ont pas leur place au sein de l’association.
Voltaire République est engagée dans la vie de la Cité.  Elle invite les citoyens à en être les acteurs dans les associations, les organisations syndicales étudiantes, de salariés, patronales, artisanales et familiales.
Voltaire République et les Jeunes Voltairiens sont organisés dans leur ville, leur département, leur facultés, leurs entreprises et, sur le plan national.

Salut et fraternité

Voltaire République et les Jeunes Voltairiens


Nous contacter :
voltaire.republique@laposte.net

Articles Récents

Du bon usage des commentaires

Nous laissons les commentaires libres sous réserve de minimum de correction. De même, les liens donnés par nos lecteurs, s'ils n'intègrent pas le notre sur leur blog ou site seront détruits.

Enfin, en guise de commentaires, nous ne retenons que les personnels; les copier-coller d'autres appréciations ne nous intéressent pas.

17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 10:00

 

Soyons clairs. Malgré tous les combats et bien que nous assumons n'être plus au Grand siècle, les prétendues élites, vrais muscadins et trous du cul inconséquents, dirigent les destinées de la France depuis bientôt quarante ans. La mondialisation, l'européisme, dont François Hollande lors de sa conférence de presse du 17 mai 2013 vient de donner un signal dans la fuite en avant, accélèrent le processus de défaite du combat politique permanent qu'est la France depuis son existence. Notre pays qui est une construction politique, sans sa langue, vecteur de la pensée, sans sa culture, n'existerait pas.

 

Depuis la Révolution française, nous entretenons avec les peuples du monde un lien particulier, celui du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes. Ceux-ci ont jusqu'à une période récente, marqué leur reconnaissance par un amour de la France, que seuls les élites mondialisées, les collabos de tous temps, des ci-devant aux pétainistes, vomissent quotidiennement.

Le drame est qu'en ce mois de mai 2013, l'exemple vient des plus hautes sphères du pouvoir politique. Cela se traduit présentement pat la loi Fioraso qui consacre la capitulation de la pensée française en rase campagne.

 

Que dit l'article 2 de la loi?

 

« L'article 2 de ce texte prévoit de nouvelles exceptions au principe, fixé par la loi Toubon de 1994, selon lequel "la langue de l'enseignement, des examens et concours, ainsi que des thèses et mémoires dans les établissements publics et privés d'enseignement est le français". En clair, il s'agit d'élargir la possibilité donnée aux universités françaises d'assurer des enseignements dans une langue étrangère, en anglais notamment. » (Le Monde).

 

Il est clair que l'enseignement en langue étrangère ne vise pas à instaurer la langue serbe, la langue swahilie, l'arabe moderne, l'allemand, comme langue de référence. Madame Fioraso, dont on peut se demander si elle n'a pas son bureau ministériel à Washington, a décidé non pas l'ouverture de la langue de Shakespeare, comme le Monde le pense, ce serait un moindre mal, mais bien le « globish », ce jargon yaourt destiné non pas non plus à l'ouverture au monde et aux autres mais bien à l'étrécissement de la pensée; de la pensée unique ; bref, destiné au commerce et au fric.

Cette mise en musique de l'acculturation consacre définitivement l'allégeance à l'empire mondial. Il va aussi avoir des conséquences dramatiques pour le rayonnement de la francophonie.

Les étudiants étrangers francophones se verront lourdement pénalisés dans leur cursus scolaire. Qu'ils soient de Bamako, d'Ho Chi Minh ville, ou de Lafayette (!), s'ils veulent étudier en France, nonobstant la limitation des visas imposée par Nicolas Sarkozy, ils seront astreints à l'apprentissage de la langue anglaise. Sinon, ils devraient se résoudre à partir pour … le Québec! Mission impossible, si l'on prend en compte les difficultés économiques de beaucoup de pays concernés et le faible niveau de vie des familles d'étudiants concernés. Et que dire de cette insulte à l'intelligence des étudiants non francophones qui nous font l'honneur d'apprendre notre langue avant de venir étudier en France ? En Chine, par exemple, des cours de français sont ouverts aux étudiants dans les mois qui précèdent leur installation au pays de Molière. Et, concomitamment à leurs études, ils ont la possibilité de suivre des cours de langue française dans les grandes écoles qui les accueillent.

 

Faudrait-il aussi que nos enseignants français apprennent la langue anglaise, ce qui reste une réelle gageure ?

Et puis, si l'on veut rester logique jusqu'au bout, ce n'est pas aujourd'hui en langue globish que les cours devraient être dispensés mais en mandarin! Nous appelons nos lecteurs à regarder du côté des instituts Confucius, les efforts de ceux-ci pour diffuser la langue de Mao!

Que reste-t-il des modes de pensée d'une langue lorsque son pays d'origine ne la défend plus? Rien! Il y a peu, Denis Kessler, du MEDEF, souhaitait détruire tous les acquis du CNR. La ministre Fioraso, si cette loi scélérate est adoptée, détruit la pensée française.

Partager cet article

Repost 0
Published by Voltaire République - dans Voltaire.republique
commenter cet article

commentaires

René JIBAULT 17/05/2013 11:34


que proposez-vous?