Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Colloque Franco-allemand de Lyon

Le 7 octobre 2011, s'est tenu à l'IEP de Lyon, un colloque franco-allemand sur le thème:

 

Visions comparées de l'euro

 

Les videos de ce colloque sont disponibles sur

 


www.cercledu29mai2005.eu

 

 

Recherche

Eclats Républicains

Si vous le souhaitez, vous pouvez recevoir le livre "Eclats Républicains" de Simon Archipenko, Président de Voltaire République. Le  livre est paru en septembre 2007. La réception est gratuite. Si vous souhaitez contribuer à l'effort envoyez un don au siège de l'Association . Voltaire République - 73, cours Richard Vitton 69003 LYON. Pour recevoir le livre envoyez un courriel à: voltaire.republique@laposte.net

Présentation

Citoyen !

VOLTAIRE REPUBLIQUE  est un mouvement qui veut défendre et promouvoir les idées républicaines issues du siècle des Lumières et dont l’un des principaux penseurs fût Voltaire. En qualité de mouvement laïque et républicain, l’association se fait un devoir de répandre sa pensée dans toutes les sphères de la vie politique, économique et sociale de la France et dans une Europe débarrassée de son idéologie libérale dont les citoyens français ont rejeté les bases lors du scrutin du 29 mai 2005. L’association ne s’interdit aucune action et aucun prosélytisme dans le monde.

VOLTAIRE REPUBLIQUE  est fondée par des républicains engagés dans la vie de la Cité, venus d’horizons divers, patriotes qui veulent pour la France une république digne de son histoire et de celle qu’ils veulent léguer aux générations futures.
Article II des statuts de l’association   
VOLTAIRE REPUBLIQUE  est une association où, seul le nom de Citoyen compte. Elle rejette toute idée de communautarisme, sous quelque forme que ce soit.
Tous les adhérents, sans distinction y sont honorés pour leur travail voué au bien public, et tourné vers la République.
Voltaire république ne se revendique pas en parti politique; elle est politique. A ce titre ses adhérents sont libres d’appartenir ou de ne pas appartenir à un parti . Aussi, elle accueille en son sein les citoyens venus de tous horizons démocratiques et républicains, sans exclusive d’appartenance.
L’association n’importe pas en son sein les clivages et les pratiques qui y sont attachés. Le citoyen qui n’accepte pas ces principes fondateurs de Voltaire République et des Jeunes Voltairiens n’ont pas leur place au sein de l’association.
Voltaire République est engagée dans la vie de la Cité.  Elle invite les citoyens à en être les acteurs dans les associations, les organisations syndicales étudiantes, de salariés, patronales, artisanales et familiales.
Voltaire République et les Jeunes Voltairiens sont organisés dans leur ville, leur département, leur facultés, leurs entreprises et, sur le plan national.

Salut et fraternité

Voltaire République et les Jeunes Voltairiens


Nous contacter :
voltaire.republique@laposte.net

Articles Récents

Du bon usage des commentaires

Nous laissons les commentaires libres sous réserve de minimum de correction. De même, les liens donnés par nos lecteurs, s'ils n'intègrent pas le notre sur leur blog ou site seront détruits.

Enfin, en guise de commentaires, nous ne retenons que les personnels; les copier-coller d'autres appréciations ne nous intéressent pas.

20 janvier 2011 4 20 /01 /janvier /2011 07:23

Alors que la marquise Le Penpadour née Poissarde éteint les Lumières, et que certains passent leur permis bateaux (y compris à gauche)afin de s'engager dans la Marine nous publions aujourd'hui une analyse très intéressante d'un ami voltairien.

 

Comme beaucoup de nos concitoyens l'auront remarqué, depuis quelques jours, le Front National, avec pour leader  une certaine Marine Le Pen, fille de son père Jean-Marie, a le vent en poupe. Elle est une oratrice redoutable, qui a certes un talent indéniable pour haranguer des masses de citoyens abusés, désillusionnés, déboussolés par une classe politique qui, reconnaissons-le humblement, a contribué à arriver à ce résultat. 

 

Mais pourtant, comment ne pas analyser aussi les contradictions inhérentes d'un parti qui n'a cessé d'être à la marge de l'axe politique français, qui maintenant tente de se relooker comme étant un parti "républicain", défenseur de la "laïcité" (sic) et d'une "certaine idée de la France" (re-sic)? Comment ne pas s'apercevoir, là, en quelque sorte, l'échec de nombre de politiques, qui pendant plusieurs décennies, ont contribué à la montée d'un parti xénophobe, qui a toujours accumulé des petites phrases aux goûts douteux ("Durafour-crématoire" étant un éponyme) en renonçant à ce qui fonde l'identité première de la Nation française, à savoir la République et ses principes intangibles? 

 

C'est là, que demeure le coeur de la question. Le renoncement. Intégration européenne sans frein, libéralisation tous azimuts, atlantisme effréné (cf. retour de la France dans le commandement intégré de l'OTAN), recul de la langue française et de la Francophonie dans le monde, etc. En effet, le Front national trouve des voix, et en a largement trouvé dans une forme de protestation, mais cette protestation émane directement d'un détricotage habile des institutions républicaines qui avaient permis à la Nation française, communauté de citoyens (comme le décrivent un Jean-Pierre Chevènement ou une Dominique Schnapper) de rassembler tous ses fils et filles autour de grandes valeurs qui ont qualité universaliste, et donc rejettent par essence la différenciation, la haine de l'autre et le racisme. 

 

Comment alors répondre à cette ardente attente du Peuple avec un grand P, de cette souveraineté populaire qui fut si longtemps bafoué? En renouant avec des principes essentiels. République, laïcité, intégrité territoriale, indépendance nationale, lutte contre les discriminations touchant certains de nos compatriotes, exigence de sécurité pour l'ensemble de la Nation, refus du libéralisme économique et de ses dégâts, retour à une politique économique raisonnable qui allie protectionnisme à l'échelle européenne, à une soumission de la Banque centrale européenne aux exigences souveraines des Etats membres, défense sans complexe de nos services publics en remettant en question la dérive libérale - avec l'onction bruxelloise - qui a permis la privatisation d'un certain nombre d'entre elles, revigorer la composante industrielle de notre économie en garantissant la pérennité de celles-ci pour quelles demeurent sur ce sol et nulle part ailleurs, et enfin remise en cause de la monnaie unique européenne pour revenir à une certaine flexibilité, à une marge de manœuvre, c'est-à-dire une monnaie commune qui permette aux Etats de librement décider de la ré-évaluation ou de la dévaluation, etc.

 

L'heure est grave. Si les républicains, par essence patriotes, ne se retrouvent point pour défendre des valeurs qui leur sont communes, il est à craindre que le champs reste ouvert aux extrêmes, notamment à l'extrême-droite, qui prétendant être le héraut de la République, elle la précipite à sa perte. La Nation citoyenne a par conséquent besoin d'hommes et de femmes qui ne l'oppose point à la République mais qui les conjuguent. C'est comme cela que d'un, ceux qui prône une mondialisation sans aucune limite seront amenés face à leurs contradictions, et que de deux, les extrêmes seront ramenés à ceux qu'ils n'auraient jamais cessé d'être: des marginaux. 

 

Deniz SERVANTIE

 

 

 

P.S.: Voici quelques extraits de mesures du Front national au niveau économique. Nous pouvons remarquer en les lisant le gouffre qui existe entre un discours aux accents très sociaux d'une Marine Le Pen et un projet profondément libéral.  

 

 

B) MESURES 

 

Le redémarrage de la machine économique doit s’effectuer selon deux axes : 

 

I. Des mesures visant à libérer au maximum l’entreprise des contraintes de toute nature qu’elle subit. 

 

II. Des mesures permettant de favoriser la vie même de l’entreprise. 

 

Nous proposons donc les mesures suivantes : 

 

I. a) Libérer le travail et l’entreprise de l’étatisme, du fiscalisme et du réglementarisme.

 

- Desserrement de l’étau fiscal qui pèse sur le travail et l’entreprise, en diminuant l’impôt sur le revenu du travail et l’impôt sur le bénéfice des sociétés (IS). (Voir chapitre « Économie et Budget ».) 

 

- Renégociation de la durée hebdomadaire du temps de travail par branches d’activité. Permettre en particulier de « gagner plus à ceux qui travaillent plus ». 

 

- Simplification du Code du travail et faire cesser son instabilité permanente. 

 

- Encouragement à la multiactivité par l’assouplissement ou la suppression des règles de cumul activité salariée/activité non salariée, ou retraite/emploi et même dans certains cas prestations sociales/emploi. 

 

 

Source: Programme du Front National

Partager cet article

Repost 0
Published by Voltaire République - dans Voltaire.republique
commenter cet article

commentaires