Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Colloque Franco-allemand de Lyon

Le 7 octobre 2011, s'est tenu à l'IEP de Lyon, un colloque franco-allemand sur le thème:

 

Visions comparées de l'euro

 

Les videos de ce colloque sont disponibles sur

 


www.cercledu29mai2005.eu

 

 

Recherche

Eclats Républicains

Si vous le souhaitez, vous pouvez recevoir le livre "Eclats Républicains" de Simon Archipenko, Président de Voltaire République. Le  livre est paru en septembre 2007. La réception est gratuite. Si vous souhaitez contribuer à l'effort envoyez un don au siège de l'Association . Voltaire République - 73, cours Richard Vitton 69003 LYON. Pour recevoir le livre envoyez un courriel à: voltaire.republique@laposte.net

Présentation

Citoyen !

VOLTAIRE REPUBLIQUE  est un mouvement qui veut défendre et promouvoir les idées républicaines issues du siècle des Lumières et dont l’un des principaux penseurs fût Voltaire. En qualité de mouvement laïque et républicain, l’association se fait un devoir de répandre sa pensée dans toutes les sphères de la vie politique, économique et sociale de la France et dans une Europe débarrassée de son idéologie libérale dont les citoyens français ont rejeté les bases lors du scrutin du 29 mai 2005. L’association ne s’interdit aucune action et aucun prosélytisme dans le monde.

VOLTAIRE REPUBLIQUE  est fondée par des républicains engagés dans la vie de la Cité, venus d’horizons divers, patriotes qui veulent pour la France une république digne de son histoire et de celle qu’ils veulent léguer aux générations futures.
Article II des statuts de l’association   
VOLTAIRE REPUBLIQUE  est une association où, seul le nom de Citoyen compte. Elle rejette toute idée de communautarisme, sous quelque forme que ce soit.
Tous les adhérents, sans distinction y sont honorés pour leur travail voué au bien public, et tourné vers la République.
Voltaire république ne se revendique pas en parti politique; elle est politique. A ce titre ses adhérents sont libres d’appartenir ou de ne pas appartenir à un parti . Aussi, elle accueille en son sein les citoyens venus de tous horizons démocratiques et républicains, sans exclusive d’appartenance.
L’association n’importe pas en son sein les clivages et les pratiques qui y sont attachés. Le citoyen qui n’accepte pas ces principes fondateurs de Voltaire République et des Jeunes Voltairiens n’ont pas leur place au sein de l’association.
Voltaire République est engagée dans la vie de la Cité.  Elle invite les citoyens à en être les acteurs dans les associations, les organisations syndicales étudiantes, de salariés, patronales, artisanales et familiales.
Voltaire République et les Jeunes Voltairiens sont organisés dans leur ville, leur département, leur facultés, leurs entreprises et, sur le plan national.

Salut et fraternité

Voltaire République et les Jeunes Voltairiens


Nous contacter :
voltaire.republique@laposte.net

Articles Récents

Du bon usage des commentaires

Nous laissons les commentaires libres sous réserve de minimum de correction. De même, les liens donnés par nos lecteurs, s'ils n'intègrent pas le notre sur leur blog ou site seront détruits.

Enfin, en guise de commentaires, nous ne retenons que les personnels; les copier-coller d'autres appréciations ne nous intéressent pas.

17 mai 2007 4 17 /05 /mai /2007 22:38
Ainsi donc, par la grâce du dieu républicain, le suffrage universel, le journal « Marianne », dans une phraséologie Wojtylesque, se met à évangéliser le bon peuple républicain dans son numéro du 9 au 18 mai 2007.
 

« N’ayez pas peur ». Ainsi est le titre de la une de l’hebdomadaire.

Il est vrai que son directeur de publication a fait "à titre personnel", s'est il empressé de dire urbi et orbi, une campagne virulente pour le démocrate chrétien François BAYROU.
 

J’aime « Marianne » quand cette publication, souvent seule contre tous, mène un combat acharné contre les forces de l’argent et des politiques adorant le Veau d’Or.

Je n’aime pas « Marianne » quand, oubliant que Jean François KAHN a écrit un formidable chef d’œuvre, les « Bullocrates », oublie de lire et relire son propre livre.
 

Je n’aime pas « Marianne » quand elle offre une phraséologie à double sens comme concept idéologique.
Oui, le libéralisme est un concept qui n’est pas de gauche ni républicain. Il est fort de café de critiquer les élites de gauche dans la revue du 9 mai 2007 pour leur langage souvent absolu, et j’approuve, et soi-même différencier dans un langage tout aussi abscons le libéralisme de l’ultra libéralisme. Il en allait de même, il n’y a pas si longtemps, des Etats-Unis d’Europe. Le seul libéralisme admis est le « liberal » anglo-saxon, qui n’a pas la même acception que notre langue latine. N’avons-nous pas assez de mots dans la langue française pour dire qu’un chat est un chat ?

Les critiques sur les débats programmatiques de campagne sont mal venues et Jean François KAHN fait du CHEVENEMENT et du BAYROU en voulant à tout prix repeindre les chars au moment où il s’agit de mener la bataille.

Nicolas FOUQUET’S a gagné l’élection présidentielle car il a eu le mérite de faire son aggiornamento idéologique dès 2002. Il utilisa ce temps qui le séparait de l’élection de 2007 pour mener meetings, débats et pour mettre en ordre de marche l’appareil politique pour la victoire.

Pendant ce temps, à gauche on dissertait sur un SMIC à 1 500 euros pendant ou en fin de mandat présidentiel ou sur la démocratie à la gauche de la gauche dans des inpensées Bovesques ou Clémentinautinesque.
BAYROU peignait la girafe. Celui-ci a voulu lancer les bases d’un « ni gauche ni droite », comme une nouveauté révélée alors qu’aussi ancienne que la Révolution française.

Mais quelle est donc cette manie de vouloir mener un tel débat alors qu’il s’agit, comme l’a fait le candidat de la droite, de décliner les thèmes de ce débat, préalablement éprouvé (2002-2007), dans des thématiques de rencontres de l’Homme et du peuple ?

*

 

L’absolu manque de retenue et de méditation de leçons qu’ont appelé les résultats de la gauche de la gauche et des Verts, augure mal de l’avenir de cette gauche.

 

Mais, vouloir à tout prix, comme le fait Marianne, redéfinir des apparentements politiques sortis d’on ne sait où, est tout aussi criminel. Comme si la Révolution française n’avait pas existé ; comme si 1830, 1848, 1870, 1945 n’avaient pas existé. En deux siècles, les idéologies même les pires, ont fait le tour de la question. Que veut inventer « Marianne » ? Un retour à la troisième république ? Je n’écris pas quatrième se serait trop simple.

 

La droite, avec cette élection et grâce à son leader, a récupéré ses fondamentaux en allant, avec un discours qui lui appartenait et qui avait été volé par le Front national, reprendre ses électeurs un à un. Aujourd’hui la droite est effectivement la droite ; pourquoi l’en blâmer ?

 

Et la gauche ? J’aurais tendance à dire :

- On est mal barré !

 

On est effectivement mal barré si l’on part sur des voies sans débouchés comme le propose STRAUSS KAHN, Jean François KAHN, Bernard KOUCHNER, COHN-BENDIT, BOVE, VOYNET.
La social démocratie est morte au pied du mur de Berlin en 1989. La démocratie chrétienne, incarnée par BAYROU au moment de l’élection a toujours été a droite. La refondation républicaine appelle autre chose que le méli-mélo troisième république ainsi avancé. Elle appelle autre chose que la complicité UMPS, dont le Parti socialiste porte la très lourde responsabilité, qui mène le pays depuis 25 ans, en alternant le pouvoir comme on se passe le relais, en faisant se reproduire les élites mondialisées entre elles, fréquentant les mêmes coteries, les mêmes lycées Henri IV, la même ENA, les mêmes restaurants chics, les mêmes séjours à Marrakech.

La France, depuis plus de deux siècles, marchent sur deux jambes, la jambe droite et la jambe gauche. Ses deux jambes s’appellent la République. Les faits sont têtus. Tout autre schéma est voué à l’échec.

 

Mais j’aime « Marianne » quand elle écrit :

 

-Ouvrons le débat !

 
Ouvrons le en effet ! Mais de grâce, pour employer à mon tour un langage papal, ouvrez le à tous. Ne reprochez pas à vos confrères des censures de plomb si, à votre tour vous menez le débat du même métal.


Partager cet article

Repost 0
Published by collectif - dans Voltaire.republique
commenter cet article

commentaires