Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Colloque Franco-allemand de Lyon

Le 7 octobre 2011, s'est tenu à l'IEP de Lyon, un colloque franco-allemand sur le thème:

 

Visions comparées de l'euro

 

Les videos de ce colloque sont disponibles sur

 


www.cercledu29mai2005.eu

 

 

Recherche

Eclats Républicains

Si vous le souhaitez, vous pouvez recevoir le livre "Eclats Républicains" de Simon Archipenko, Président de Voltaire République. Le  livre est paru en septembre 2007. La réception est gratuite. Si vous souhaitez contribuer à l'effort envoyez un don au siège de l'Association . Voltaire République - 73, cours Richard Vitton 69003 LYON. Pour recevoir le livre envoyez un courriel à: voltaire.republique@laposte.net

Présentation

Citoyen !

VOLTAIRE REPUBLIQUE  est un mouvement qui veut défendre et promouvoir les idées républicaines issues du siècle des Lumières et dont l’un des principaux penseurs fût Voltaire. En qualité de mouvement laïque et républicain, l’association se fait un devoir de répandre sa pensée dans toutes les sphères de la vie politique, économique et sociale de la France et dans une Europe débarrassée de son idéologie libérale dont les citoyens français ont rejeté les bases lors du scrutin du 29 mai 2005. L’association ne s’interdit aucune action et aucun prosélytisme dans le monde.

VOLTAIRE REPUBLIQUE  est fondée par des républicains engagés dans la vie de la Cité, venus d’horizons divers, patriotes qui veulent pour la France une république digne de son histoire et de celle qu’ils veulent léguer aux générations futures.
Article II des statuts de l’association   
VOLTAIRE REPUBLIQUE  est une association où, seul le nom de Citoyen compte. Elle rejette toute idée de communautarisme, sous quelque forme que ce soit.
Tous les adhérents, sans distinction y sont honorés pour leur travail voué au bien public, et tourné vers la République.
Voltaire république ne se revendique pas en parti politique; elle est politique. A ce titre ses adhérents sont libres d’appartenir ou de ne pas appartenir à un parti . Aussi, elle accueille en son sein les citoyens venus de tous horizons démocratiques et républicains, sans exclusive d’appartenance.
L’association n’importe pas en son sein les clivages et les pratiques qui y sont attachés. Le citoyen qui n’accepte pas ces principes fondateurs de Voltaire République et des Jeunes Voltairiens n’ont pas leur place au sein de l’association.
Voltaire République est engagée dans la vie de la Cité.  Elle invite les citoyens à en être les acteurs dans les associations, les organisations syndicales étudiantes, de salariés, patronales, artisanales et familiales.
Voltaire République et les Jeunes Voltairiens sont organisés dans leur ville, leur département, leur facultés, leurs entreprises et, sur le plan national.

Salut et fraternité

Voltaire République et les Jeunes Voltairiens


Nous contacter :
voltaire.republique@laposte.net

Articles Récents

Du bon usage des commentaires

Nous laissons les commentaires libres sous réserve de minimum de correction. De même, les liens donnés par nos lecteurs, s'ils n'intègrent pas le notre sur leur blog ou site seront détruits.

Enfin, en guise de commentaires, nous ne retenons que les personnels; les copier-coller d'autres appréciations ne nous intéressent pas.

15 septembre 2009 2 15 /09 /septembre /2009 10:06
Depuis des mois, ce n'est pas une découverte, l'hebdomadaire "Marianne" soutient François Bayrou. C'est un choix, un choix démocratique mais, comme tout choix démocratique, celui-ci peut être combattu ; il l’est par Voltaire République.

La dernière production de l'hebdomadaire numéro 646 du 5 au 11 septembre 2009 illustre ce soutien au-delà de tout entendement par la grâce d'un article signé Éric Conan intitulé

« Dans la tête de François Bayrou cet été... »


Dans les dictatures du XXe siècle, il était d'usage de laisser une pièce du palais du dictateur éclairée la nuit, afin de montrer au bon peuple que celui-ci veillait sur celui la. Dans notre de Arepublique moderne, l'éclairage nous vient cette semaine d'Éric Conan.

D'entrée de jeu nous voici édifier par deux phrases :

« C'est long, trois mois de silence médiatique. Il (François Bayrou ) a tenu. »

Ainsi, tout au long de l'article de trois pages, nous avons droit au laudatif laudanum. Un tel article aurait été écrit dans le "Figaro", dans le "Parisien", dans le "Point," nous n'en aurions pas été étonnés et "Marianne" en aurait fait ses choux gras.

Voyons donc en détail la prose du journaliste.

Ainsi donc François Bayrou a tenu !

« Mais  François Bayrou s'est aussi se taire. Cela lui a rappelé ses jeunes années dans les communautés pacifistes de l'Arche, qui lui ont enseigné que patience et retenue pouvaient être fécondes. (…)

Depuis, Bayrou (...) n'a pas oublié qu'il est parfois bon de prendre le temps de réfléchir et d'écouter. Ce qu'il a fait tout l'été.
(...)
Durant ces trois mois, le leader du modem n'a quasiment pas bougé de son fief  béarnais de Bordères ou de son bureau parisien, mais sa retraite fut très occupée. Il n'a cessé de voir du monde, de consulter et de discuter, principalement avec des économistes. Il a passé avec eux une partie de l'été sur une question qui l'obsède de plus en plus : le mystère des finances publiques. Il avait l'impression de ne rien comprendre en demeurant l'un des rares à se préoccuper de l'encours de plus en plus vertigineux de la dette de l'État sous toutes ses formes, déficits multiples, emprunts de toutes sortes, cautions diverses. Était-il le seul à avoir l'impression que Nicolas Sarkozy jetait l'argent par les fenêtres en franchissant des caps inédits qui ont l'air de l'inquiéter personne ?
(...)
Ces discussions studieuses de l'été ont confirmé son effroi. Il avait raison : la France fonce vraiment vers l'inconnu.
(...)
Ses visiteurs de l'été ont donc raffermi la conviction de Bayrou.
(...)

Où sont les grands choix politiques ? Sous de Gaulle, les priorités stratégiques relevaient de l'exécutif et du Parlement, les financements venaient après...
(...)

Lui, cet été, il en a vu, des gens qui savent ce qui se passe dans le pays. Quand il n'était pas en séminaire d'économie, François Bayrou se promenait dans son département autour de Bordères ou de Pau. Il a beaucoup discuté et en a éprouvé la sensation angoissante de l'écart croissant entre les Français et ce qui se prépare.
(...)

Ces discussions l'ont inquiété davantage encore sur l'état de la France, mais rassuré sur le sien : on ne lui en veut pas, l'accident des Européennes n'a pas laissé tant de traces qu'on le dit...
(...)


A propos du débat télévisuel Bayrou-Cohn Bendit.

Une violente polémique a surgit lors du débat entre les deux hommes au moment de la campagne électorale pour les élections au parlement européen. Nous n’épiloguerons pas sur le fond de ce débat qui agitât les esprits à ce moment là

Eric Conan y revient dans l’article dont il est question ici.

… Lui (François Bayrou) ne se gène pas pour fouiller son passé et rappeler plein d’horreurs…

Il est sous-entendu ici que les autres hommes et femmes politiques sont veules à ce sujet.

Il s'ensuit toute une série d'affirmation très dithyrambique pour le saint homme :

(…) Oui, François Bayrou a décidé cet été, de franchir publiquement le pas de l'alliance officielle avec la gauche. Oui, il choisit de s'éloigner clairement de la droite.
(...) Oui, Bayrou va travailler avec elle (à droite) pendant plus de 20 ans, mais c'était alors le droit de l'ordre de l'honneur, compatible avec la générosité et les valeurs du centre. (Sous-entendu : maintenant que Bayrou n'est selon les critères de Marianne « plus à droite », celle-ci est forcément devenue la droite du déshonneur.

(…) Le succès de Marseille confirme donc bien les intuitions et les réflexions estivales de Bayrou à Bordères...

(...) En cette fin d'été, François Bayrou estime son analyse magistralement confirmée par l'impayable affaire des primaires...

*
Voici donc que Marianne qui n'a eu de cesse de dénoncer la pensée unique chez ses confrères, de fustiger les articles de complaisance, de dénoncer le mélange des genres, plonge à son tour dans les gangues du Marais. Emballez, c'est pesé !

Partager cet article

Repost 0

commentaires