Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Colloque Franco-allemand de Lyon

Le 7 octobre 2011, s'est tenu à l'IEP de Lyon, un colloque franco-allemand sur le thème:

 

Visions comparées de l'euro

 

Les videos de ce colloque sont disponibles sur

 


www.cercledu29mai2005.eu

 

 

Recherche

Eclats Républicains

Si vous le souhaitez, vous pouvez recevoir le livre "Eclats Républicains" de Simon Archipenko, Président de Voltaire République. Le  livre est paru en septembre 2007. La réception est gratuite. Si vous souhaitez contribuer à l'effort envoyez un don au siège de l'Association . Voltaire République - 73, cours Richard Vitton 69003 LYON. Pour recevoir le livre envoyez un courriel à: voltaire.republique@laposte.net

Présentation

Citoyen !

VOLTAIRE REPUBLIQUE  est un mouvement qui veut défendre et promouvoir les idées républicaines issues du siècle des Lumières et dont l’un des principaux penseurs fût Voltaire. En qualité de mouvement laïque et républicain, l’association se fait un devoir de répandre sa pensée dans toutes les sphères de la vie politique, économique et sociale de la France et dans une Europe débarrassée de son idéologie libérale dont les citoyens français ont rejeté les bases lors du scrutin du 29 mai 2005. L’association ne s’interdit aucune action et aucun prosélytisme dans le monde.

VOLTAIRE REPUBLIQUE  est fondée par des républicains engagés dans la vie de la Cité, venus d’horizons divers, patriotes qui veulent pour la France une république digne de son histoire et de celle qu’ils veulent léguer aux générations futures.
Article II des statuts de l’association   
VOLTAIRE REPUBLIQUE  est une association où, seul le nom de Citoyen compte. Elle rejette toute idée de communautarisme, sous quelque forme que ce soit.
Tous les adhérents, sans distinction y sont honorés pour leur travail voué au bien public, et tourné vers la République.
Voltaire république ne se revendique pas en parti politique; elle est politique. A ce titre ses adhérents sont libres d’appartenir ou de ne pas appartenir à un parti . Aussi, elle accueille en son sein les citoyens venus de tous horizons démocratiques et républicains, sans exclusive d’appartenance.
L’association n’importe pas en son sein les clivages et les pratiques qui y sont attachés. Le citoyen qui n’accepte pas ces principes fondateurs de Voltaire République et des Jeunes Voltairiens n’ont pas leur place au sein de l’association.
Voltaire République est engagée dans la vie de la Cité.  Elle invite les citoyens à en être les acteurs dans les associations, les organisations syndicales étudiantes, de salariés, patronales, artisanales et familiales.
Voltaire République et les Jeunes Voltairiens sont organisés dans leur ville, leur département, leur facultés, leurs entreprises et, sur le plan national.

Salut et fraternité

Voltaire République et les Jeunes Voltairiens


Nous contacter :
voltaire.republique@laposte.net

Articles Récents

Du bon usage des commentaires

Nous laissons les commentaires libres sous réserve de minimum de correction. De même, les liens donnés par nos lecteurs, s'ils n'intègrent pas le notre sur leur blog ou site seront détruits.

Enfin, en guise de commentaires, nous ne retenons que les personnels; les copier-coller d'autres appréciations ne nous intéressent pas.

6 septembre 2009 7 06 /09 /septembre /2009 11:24
Héritage ou non du calendrier civique des révolutionnaires de l’An II, lequel marque le début de l’année en septembre, c’est la rentrée politique pour notre pays. L’été a marqué les prémices d’une rentrée qui s’annonce riche en impostures.

En républicains, scrutateurs vigilants de la vie publique, mais également acteurs dans la vie de la Cité, nous aurons la satisfaction jubilatoire d’en dessiner modestement à nos lecteurs les mécanismes grossiers, mais également l’amertume de les voir prospérer malgré nos alarmes.

Alors que le gouvernement de l’Arépublique s’apprête déjà à jeter non un voile mais un kleenex maculé des stigmates d’une pandémie sur le mouvement social qui peut et doit reprendre et qu’il redoute, Voltaire République souhaite rappeler fortement le lien qui unit les valeurs de la République et la défense du progrès social.

Des lois sur les subsistances de l’An II au programme du CNR en passant par la figure de Jaurès(1) dont la vision de la République et du socialisme contribue aussi à nourrir notre pensée, l’idée républicaine n’a jamais cessé de s’incarner et de se redéployer dans l’exigence toujours plus forte de justice sociale (celle pour laquelle le sang a été versé, non la formule convenue des discours). De générations en générations, il est apparu clairement dans nos rangs que la République ne saurait être qu’un simple régime politique, qu’elle devait être un régime social.
 « A ceux qui n’ont rien, la Patrie est leur seul bien », disait Jaurès.

N’est-ce pas d’ailleurs cette vérité qui fait la force et la modernité de notre combat en faveur des Lumières et de la République ? Les premiers faits d’armes ont-ils tout résolu ? Si nous sommes encore là, c’est que depuis 1789 les bastilles succèdent aux bastilles, le despotisme du capital irraisonné succédant à celui des rois. Ceux qui spéculent sur la subsistance du peuple et dont la puissance, aujourd’hui mondialement organisée, émousse le fer de la Loi même, jalonnent notre Histoire aussi sûrement que nous n’avons jamais cessé de les dénoncer sous leurs noms différents et de les combattre. Pourquoi est-il nécessaire encore nous dira-t-on de rappeler nos principes ?

Les impostures…

Voilà l’arme de ceux qui veulent nous confondre et perdre notre combat pour les Lumières. Cet été n'a fait que renforcer l'imposture générale.

A droite.

En 1796, les chouans se rendirent à Hoche; en 2009  Philippe de Villiers se rend aux hochets du président de l'Arépublique. N'est pas Charette qui veut. Nous n'épiloguerons pas plus longtemps sur le fait, ce serait lui donner une importance imméritée.
L'étiquette « souverainiste » ne suffit pas pour être républicain ; nous pouvons dire qu’il est allogène au vocabulaire de la politique française. Nous le restituons volontiers à nos amis québécois, lesquels savent mieux l’initier dans leur démarche politique. L’oubli ou le mépris de la pensée sociale du républicanisme est totalement étranger à nos valeurs.

Chez les gaullistes, la multiplication des chapelles, toutes garantes de la détention de la vraie croix de Lorraine, rend de plus en plus inaudible un discours qui depuis la Seconde guerre mondiale et le CNR, est porteur d'un projet économique et social qui ne peut nous être ni ne sera jamais étranger, celui de l'indépendance nationale, des nationalisations et de la planification démocratique.

Certains disent «  laïcité » mais pensent choc des civilisations et distillent insidieusement dans notre combat laïc une haine sélective, éloignée de notre objet et qui pourrait le décrédibiliser. Aussi, nous nous sommes résolument engagés dans le combat mené par le député de la nation André Gérin sur la nécessaire légifération au regard du port des prisons mobiles que sont burqa, hijab et voiles. Au rebours, il ne saurait y avoir de laïcité sélective. Le récent congrès de la Libre pensée reprenant les antiennes d'un seul ennemi possible, le catholicisme, démontre que cette organisation se trompe de combat et surtout d'époque. Nous déplorons également que ce discours soit repris par une partie du PS et, plus généralement des courants compassionnels de la gauche et, bien entendu de l’extrême gauche non républicaine.

A gauche.


Nous pourrions dire, hélas, à gauche rien de nouveau et, à l'instar du lieutenant Drogo dans le Désert des tartares. Alors que nous attendons un projet économique et social, nous ne voyons poindre que ...le sable. Sable jeté aux yeux du peuple, des citoyens. Alors que la crise s'aggrave et met les plus fragiles d’entre-nous dans des positions intenables, la réponse du Parti socialiste semble être:
« Il faut des primaires à gauche!!! ».

Les quadras du PS, qui n'ont jamais occupé les ors des palais de la République, sentant leur échapper sinécures et voitures de fonction, sont prêts à toutes les compromissions (surtout avec le Marais) et les verts (de plus en plus verts de gris ), pour appeler à eux ce pouvoir qui, peu à peu, le temps aidant leur fuit....désert des tartares encore.
L’aphorisme de Philippe Pétain, « aimer la terre qui ne ment pas », revient furieusement à l’ordre du jour, notamment chez les Verts. Il est à remarquer cependant que cet aphorisme est incomplet. Nous en restituons la fin. Aimer la terre qui ne ment pas et les paysans accrochés à celle-ci, muets, courbés, obéissants aux curés et à leur seigneurs. Aujourd’hui, il est aisé de reconnaître les saigneurs.

Certes, il ne faut pas exclure le débat autour d’un projet institutionnel. Cependant, il n’échappera à personne que les « primaires » existent et se nomment le 1er tour des élections présidentielles. Il n’échappera pas non plus qu’il faut maîtriser le pourvoir pour légiférer sur le sujet voire proposer un référendum. En cela, le Parti socialiste portât la lourde responsabilité de l’inaction lorsqu’il maîtrisait la quasi totalité du pourvoir.

D'autres fuites en avant existent hélas. En courant après la fille du facteur qui, on le sait depuis longtemps, pédale toujours plus vite que ses suivants, le Parti de gauche ne donne pas l'exemple de la clarté. Nous n’épiloguerons pas non plus sur l’arépublicanisme du Front de gauche.

Pourtant l'espoir existe. depuis les dernières élections européennes, les cartes se rebattent clairement aussi. L'Allemagne, grâce à la vigilance de sa cour constitutionnelle, vient de faire savoir que l'Europe fédérale n'était décidément plus à l'ordre du jour et, de ce fait s'éloignait du projet aussi sûrement que la tectonique des plaques existe. Sur le plan interne, les dernières victoires de « Die Linke » d’Oskar Lafontaine aux élections des länder, passées évidemment sous silence par nos folliculaires français, devraient servir de leçon à ceux qui cherchent des alliances contre nature ; c’est pour le peuple, par le peuple et avec le peuple que ces victoires se bâtissent.

En France, l'espoir existe; il s'appelle le rassemblement républicain.

PS. merci à tous nos amis pour les encouragements concernant l'été de la poésie.

1 - Il est pour le moins significatif de constater que le 150e anniversaire de la naissance de Jean Jaurès n'a donné lieu à aucune manifestation particulière y compris au partis de la Gauche qui s'en réclament. Que les médias, nouveau clergé tenant le goupillon de le bien pensance et distillant les saintes écritures de la pensée néo-libérale aient mis le boisseau sur cet anniversaire, cela entre dans l'ordre logique de la pensée unique. Que les partis de Gauche aient observés un silence assourdissant, voilà qui laisse mal augurer de l'avenir.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Marguerite 08/09/2009 08:10

Merci à votre blog pour la pertinence de vos analyses. J'avais déjà relevé que vous aviez écrit que, lors du scrutin européen, les républicains s'étaient cantonnés dans l'abstention. Vous savez relever les travers des uns et des autres sans pour autant initier des "procès de Moscou". Je suis une vieille militante qui les a trop connus pour ne pas rendre hommage à votre travail. Merci encore.