Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Colloque Franco-allemand de Lyon

Le 7 octobre 2011, s'est tenu à l'IEP de Lyon, un colloque franco-allemand sur le thème:

 

Visions comparées de l'euro

 

Les videos de ce colloque sont disponibles sur

 


www.cercledu29mai2005.eu

 

 

Recherche

Eclats Républicains

Si vous le souhaitez, vous pouvez recevoir le livre "Eclats Républicains" de Simon Archipenko, Président de Voltaire République. Le  livre est paru en septembre 2007. La réception est gratuite. Si vous souhaitez contribuer à l'effort envoyez un don au siège de l'Association . Voltaire République - 73, cours Richard Vitton 69003 LYON. Pour recevoir le livre envoyez un courriel à: voltaire.republique@laposte.net

Présentation

Citoyen !

VOLTAIRE REPUBLIQUE  est un mouvement qui veut défendre et promouvoir les idées républicaines issues du siècle des Lumières et dont l’un des principaux penseurs fût Voltaire. En qualité de mouvement laïque et républicain, l’association se fait un devoir de répandre sa pensée dans toutes les sphères de la vie politique, économique et sociale de la France et dans une Europe débarrassée de son idéologie libérale dont les citoyens français ont rejeté les bases lors du scrutin du 29 mai 2005. L’association ne s’interdit aucune action et aucun prosélytisme dans le monde.

VOLTAIRE REPUBLIQUE  est fondée par des républicains engagés dans la vie de la Cité, venus d’horizons divers, patriotes qui veulent pour la France une république digne de son histoire et de celle qu’ils veulent léguer aux générations futures.
Article II des statuts de l’association   
VOLTAIRE REPUBLIQUE  est une association où, seul le nom de Citoyen compte. Elle rejette toute idée de communautarisme, sous quelque forme que ce soit.
Tous les adhérents, sans distinction y sont honorés pour leur travail voué au bien public, et tourné vers la République.
Voltaire république ne se revendique pas en parti politique; elle est politique. A ce titre ses adhérents sont libres d’appartenir ou de ne pas appartenir à un parti . Aussi, elle accueille en son sein les citoyens venus de tous horizons démocratiques et républicains, sans exclusive d’appartenance.
L’association n’importe pas en son sein les clivages et les pratiques qui y sont attachés. Le citoyen qui n’accepte pas ces principes fondateurs de Voltaire République et des Jeunes Voltairiens n’ont pas leur place au sein de l’association.
Voltaire République est engagée dans la vie de la Cité.  Elle invite les citoyens à en être les acteurs dans les associations, les organisations syndicales étudiantes, de salariés, patronales, artisanales et familiales.
Voltaire République et les Jeunes Voltairiens sont organisés dans leur ville, leur département, leur facultés, leurs entreprises et, sur le plan national.

Salut et fraternité

Voltaire République et les Jeunes Voltairiens


Nous contacter :
voltaire.republique@laposte.net

Articles Récents

Du bon usage des commentaires

Nous laissons les commentaires libres sous réserve de minimum de correction. De même, les liens donnés par nos lecteurs, s'ils n'intègrent pas le notre sur leur blog ou site seront détruits.

Enfin, en guise de commentaires, nous ne retenons que les personnels; les copier-coller d'autres appréciations ne nous intéressent pas.

16 avril 2009 4 16 /04 /avril /2009 08:54
T’as le look coco !

Le dernier article de Marianne, « La vraie nature de Besancenot », révèle pour l'essentiel une personnalité et le fonctionnement d'un parti, le Nouveau Parti Anticapitaliste, dont les pratiques ne se sont en rien modifiées depuis la genèse trotskiste.
Avant d'évoquer la nature réelle du NPA, la description du nouveau lider Maximo est quand même révélatrice de beaucoup à maints égards :
Sweat-shirts, tee-shirts, jeans, baskets, et l'inévitable chewing-gum pour accentuer la morgue et le mépris face à son interlocuteur, tel est le look de la modernité du nouveau lider maximo, calquée sur le citoyen américain lambda en week-end devant son barbecue et sa sauce ketchup!
On peut surgir à l'aube devant les usines occupées; on en reste pas moins maître de son image.
Ce n’est pas la droite bling bling, c’est l'extrême gauche toc-toc!

Mais venons-en à la vraie nature du parti du Cher lider.
« À l'issue d'une grève, peu importe que l'on gagne que l'on perde, l'essentiel, c'est d'en sortir la tête haute ! Il faut rester debout, se montrer digne, c'est l'essence même de l'humanité (1)! »
L'auteur de ces ligne est un ancien syndicaliste ; il lui semble que l'objectif d'une grève était d'obtenir la satisfaction d'une revendication selon la formulation avant le préavis de celle-ci ! Ce qui signifie que peu lui chaux le contenu des revendications, l'essentiel étant la grève pour la grève. On notera au passage que le lider Maximo parle "d'essence même de l'humanité", et non d'humanisme. Si l'on s'en réfère aux écrits de Trotski (2),  l'Humanisme était déjà bien le cadet de ses soucis.

Un parti-syndicat !


Fidèle à sa stratégie du nid de coucou(3) héritée de la LCR, le lider Maximo  vole de peuple de substitution en peuple de substitution. À l'aube des années 1980 il abandonna en rase campagne la classe ouvrière décidément trop ingrâte pour se poser chez les « immigrés » qui constituaient alors un nouveau creuset pour les luttes. Le peuple immigré en disgâce céda la place aux « sans logements » lesquels dans la foulée firent place « aux sans-papiers ». Depuis deux ans, opère un retour en force du Cher lider sur le front des luttes sociales ou plutôt sur le parvis des entreprises les médias ayant reçu le préavis de passage. Si l'on peut se réjouir des soutiens aux luttes sociales (abandonnées par le parti socialiste depuis très longtemps) nous ne pouvons avoir qu'à nous interroger sur le mélange des genres parti-syndicat. L'expérience de l'Histoire, tragique, sanglante, montre qu'il aboutit toujours à un cocufiage de la classe ouvrière, des pays de l'Est où elle se battit souvent jusqu'à la mort pour la pluralité syndicale voire encore de la Chine, où le parti-syndicat autorise la politique de la canonnière pour résoudre les conflits sociaux, canonnière tournée contre les ouvriers comme les fusils le furent à Cronstadt en 1921(4).
On peut juger les syndicats à leur juste niveau, le faible taux de syndicalisation le laisse à penser. Mais à la différence du lider Maximo une fois partis, les syndicats restent dans l'entreprise.
Le pompon est atteint sur la description de l'action des élus municipaux de la LCR en 2008. comme délégués du personnel représentant des salariés dans les mairies. Ce qui signifie en clair que le conseiller municipal LCR est à la fois (comme élu) patron des employés municipaux (gouverner c'est choisir) et délégué syndical!

Une méconnaissance de l'entreprise !


Le lider Maximo, comme il est écrit dans Marianne, nationalisera toutes les sociétés et  créera une banque unique. Un précédent historique devrait refroidir toute velléité pour aller dans ce sens : le petit père Lénine s'y était essayé ; il dut faire marche arrière toute sous peine de voir la révolution d'Octobre se transformer en contre-révolution lorsqu’il mît en place dès 1921 la Nouvelle Economie Politique -NEP-(5). Le premier des adversaires de la NEP avait pour nom Léon Trotsky!

Un mépris total de la démocratie !

Le lider Maximo prône la mise en place de comités de citoyens pouvant révoquer les élus. Si on comprend bien, le peuple aurait encore « l'autorisation » d’aller aux urnes, mais un jury citoyen pourrait révoquer les élus. On se demande à quoi peut servir les élections! Soit l'élu a fait son travail et on peut admettre sa réélection et le peuple décide ; soit l'élu a failli délictueusement il est alors passible des tribunaux. On admettra que cet élu en fonction de la gravité de la peine ne soit plus autorisé à se présenter devant les électeurs. Mais le jury citoyen, vraisemblablement désigné par le NPA au pouvoir n'a pas sa place dans un régime réellement démocratique ! Si l'on se réfère au fonctionnement du nouveau parti notamment après l'exclusion des minoritaires et de Christian Picquet, nous avons une illustration du raidissement et le retour à des pratiques staliniennes.

Une rhétorique qui peut confiner à la paranoïa.

L'affaire de l'accueil de Jean-Marc Rouillan est révélatrice d'une rhétorique bien huilée « questions d'éthique ! On ne lâchera pas Rouillan! Nous assumons le piège médiatique qui nous a été tendu... ». L'utilisation d'une épitrope paranoïaque est une constante dans la logorrhée du Cher lider: « on ne tombe pas dans le piège de cette provocation ! » Qui a le mérite d’occulter le sujet principal (ici Rouillan) au profit de la provocation. Et le tour est joué !

Conclusion.

Depuis ses origines historique, ce courant politique se refuse à endosser un passif par purisme idéologique. Les émules descendants tchékistes(6) ont pour pratique de laisser en ruine les champs de batailles investis après les avoir occupés par des stratégies de putschs successifs dans les syndicats ou associations, stratégie de nid de coucou, pour s’investir dans d’autres combats. Ceux-ci seront désertés à leur tour, parce que les opprimés de circonstances ne seront plus « dignes de l’intérêt révolutionnaire » qu’ils leurs octroient du haut de leur certitude, appliquant ainsi sans faille la théorie du peuple de substitution. Mais le peuple peut-il rester longtemps dupe ? Poser la question, c'est y répondre. Pour beaucoup de dirigeants trotskistes cela n’a pas plus d’importance que le dernier congrès en vogue  entre deux commissions des résolutions au cours desquelles ils n’auront pas manqué pour souligner leur engagement révolutionnaire de réciter le credo : au moins trois fois le mot exploitation, . Ils n’auront, au passage, pas oublié à l’instar des casuistes, de gloser sur la consubstantialité et la transubstantialité de la bible révolutionnaire selon Lev Bronstein alias Léon Trotski. Sans oublier d'exclure les "brebis galeuses "! Issu d’aucun passif, le principe de réalité n’a jamais affecté les trotskistes. Il n’affecte pas plus Olivier Besancenot.

Tout le monde se souvient du livre de Boris Pasternak ou du film éponyme « le Dr Jivago ». Un moment, Strelnikov, portrait furieusement ressemblant au fondateur de l'armée rouge(8), en tête du train plombé de la Tcheka, archange de la mort, file dans le lointain sibérien.




(1) Marianne n° 625 du 11 au17 avril 2009
(2) Leon Trotsky -  Oeuvres-1938
(3)   phénomène dans les années 70 à la CGT, CFDT et FO. Pour cette dernière, c’est Lutte Ouvrière qui incitait à « investir » cette organisation ; la LCR avait quant à elle mis ses œufs dans la CFDT.
(4) Cronstadt: http://www.herodote.net/histoire/evenement.php?jour=19210228
(5) NEP: http://www.herodote.net/histoire/evenement.php?jour=19210312
(6) Ancêtre du KGB
(7) "Supplique aux nouveaux progressistes du XXIe siècle "(page 14 éditions Gallimard mars 2006)
(8) Léon Trotsky




Partager cet article

Repost 0

commentaires