Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Colloque Franco-allemand de Lyon

Le 7 octobre 2011, s'est tenu à l'IEP de Lyon, un colloque franco-allemand sur le thème:

 

Visions comparées de l'euro

 

Les videos de ce colloque sont disponibles sur

 


www.cercledu29mai2005.eu

 

 

Recherche

Eclats Républicains

Si vous le souhaitez, vous pouvez recevoir le livre "Eclats Républicains" de Simon Archipenko, Président de Voltaire République. Le  livre est paru en septembre 2007. La réception est gratuite. Si vous souhaitez contribuer à l'effort envoyez un don au siège de l'Association . Voltaire République - 73, cours Richard Vitton 69003 LYON. Pour recevoir le livre envoyez un courriel à: voltaire.republique@laposte.net

Présentation

Citoyen !

VOLTAIRE REPUBLIQUE  est un mouvement qui veut défendre et promouvoir les idées républicaines issues du siècle des Lumières et dont l’un des principaux penseurs fût Voltaire. En qualité de mouvement laïque et républicain, l’association se fait un devoir de répandre sa pensée dans toutes les sphères de la vie politique, économique et sociale de la France et dans une Europe débarrassée de son idéologie libérale dont les citoyens français ont rejeté les bases lors du scrutin du 29 mai 2005. L’association ne s’interdit aucune action et aucun prosélytisme dans le monde.

VOLTAIRE REPUBLIQUE  est fondée par des républicains engagés dans la vie de la Cité, venus d’horizons divers, patriotes qui veulent pour la France une république digne de son histoire et de celle qu’ils veulent léguer aux générations futures.
Article II des statuts de l’association   
VOLTAIRE REPUBLIQUE  est une association où, seul le nom de Citoyen compte. Elle rejette toute idée de communautarisme, sous quelque forme que ce soit.
Tous les adhérents, sans distinction y sont honorés pour leur travail voué au bien public, et tourné vers la République.
Voltaire république ne se revendique pas en parti politique; elle est politique. A ce titre ses adhérents sont libres d’appartenir ou de ne pas appartenir à un parti . Aussi, elle accueille en son sein les citoyens venus de tous horizons démocratiques et républicains, sans exclusive d’appartenance.
L’association n’importe pas en son sein les clivages et les pratiques qui y sont attachés. Le citoyen qui n’accepte pas ces principes fondateurs de Voltaire République et des Jeunes Voltairiens n’ont pas leur place au sein de l’association.
Voltaire République est engagée dans la vie de la Cité.  Elle invite les citoyens à en être les acteurs dans les associations, les organisations syndicales étudiantes, de salariés, patronales, artisanales et familiales.
Voltaire République et les Jeunes Voltairiens sont organisés dans leur ville, leur département, leur facultés, leurs entreprises et, sur le plan national.

Salut et fraternité

Voltaire République et les Jeunes Voltairiens


Nous contacter :
voltaire.republique@laposte.net

Articles Récents

Du bon usage des commentaires

Nous laissons les commentaires libres sous réserve de minimum de correction. De même, les liens donnés par nos lecteurs, s'ils n'intègrent pas le notre sur leur blog ou site seront détruits.

Enfin, en guise de commentaires, nous ne retenons que les personnels; les copier-coller d'autres appréciations ne nous intéressent pas.

28 juillet 2008 1 28 /07 /juillet /2008 20:34
« Ils m'appellent tyran. Si je l'étais, ils ramperaient à mes pieds, je les gorgerais d'or, je leur assurerais le droit de commettre tous les crimes, et ils seraient reconnaissants. Si je l'étais, les rois que nous avons vaincus, loin de me dénoncer (quel tendre intérêt ils prennent à notre liberté ! ) me prêteraient leur coupable appui ; je transigerais avec eux. Dans leur détresse, qu'attendent-ils, si ce n'est le secours d'une faction protégée par eux, qui leur vende la gloire et la liberté de notre pays ? On arrive à la tyrannie par le secours des fripons ; où courent ceux qui les combattent ? Au tombeau et à l'immortalité. »
Robespierre, dernier discours (8 thermidor an II)
Pour les républicains sincères, ce 28 juillet 2008 marque l’anniversaire funeste du 10 thermidor an II où les derniers soutiens de la cause populaire tombèrent sous le coup d’une conspiration de terroristes, de bourgeois et d’ennemis du Bien public. Comme le reconnurent beaucoup dès le début du XIXième siècle, et même certains des assassins de Robespierre, le cours de la Révolution Française eut été bien différent si l’effort démocratique et social du gouvernement de Salut Public n’avait été réduit à néant par des factieux. Avec Thermidor, c’est un idéal républicain de justice et de progrès sociaux, puisant ses sources dans le Contrat Social de Rousseau, que l’on s’applique encore aujourd’hui à salir en perpétuant jusque dans nos salles de classe les calomnies des thermidoriens, largement démasquées depuis par plusieurs générations d’historiens. Face à tous les nouveaux muscadins qui dénigreront une fois de plus la figure de Robespierre, Voltaire République reprendra à son compte ces mots de Jaurès : « ici, sous ce soleil de juin 93 qui échauffe votre âpre bataille, je suis avec Robespierre, et c’est à côté de lui que je vais m’asseoir aux Jacobins. Oui, je suis avec lui parce qu’il a à ce moment toute l’ampleur de la Révolution.[…]Hors de lui le reste est secte. » (Histoire de la Révolution française, 1903)
Nous donnons ici la liste des patriotes, figures majeurs ou illustres inconnus, qui succombèrent le 10 Thermidor à la conspiration :
§    -Jean-Claude Bernard, ex-prêtre, membre du Conseil général de la Commune ;
§    -Charles-Jacques Bougon, membre du Conseil général de la Commune ;
§    -Christophe Cochefer, ancien tapissier et membre du Conseil général de la Commune ;
§    -Georges Couthon, député de la Convention ;
§    -Jean-Barnabé Dhazard, perruquier, membre de la Commune ;
§    -René-François Dumas, ex-président du Tribunal révolutionnaire ;
§    -Jean-Baptiste Fleuriot-Lescot, maire de Paris ;
§    -Jean-Etienne Forestier, fondateur et membre de la Commune ;
§    -Antoine Gency, tonnelier, membre du Conseil général de la Commune ;
§    -Adrien-Nicolas Gobeau, ex-substitut de l’accusateur public, membre de la Commune ;
§    -Étienne-Nicolas Guérin, ex-caissier général de la manufacture de Gressy, membre du Conseil général de la Commune ;
§    -François Hanriot, ex-commandant de la garde nationale ;
§    -Denis-Étienne Laurent, officier municipal ;
§    -Jean-Baptiste de Lavalette, ex-général de brigade de l’armée du Nord ;
§    -Claude-François de Payan, agent national à la Commune de Paris ;
§    -Jean-Marie Quenet, marchand de bois, membre de la Commune de Paris et administrateur ;
§    -Augustin Robespierre, député de la Convention ;
§    -Maximilien Robespierre, député de la Convention ;
§    -Louis-Antoine-Léon Saint-Just, député de la Convention ;
§    -Antoine Simon, cordonnier, geôlier du Dauphin ;
§    -Nicolas-Joseph Vivier, juge au Tribunal révolutionnaire du troisième arrondissement et président des Jacobins la nuit du 9 au 10 thermidor ;
§    -Jacques-Louis Frédéric Wouarmé, employé à la Commission du commerce et membre de la Commune de Paris.

Voltaire République

Partager cet article

Repost 0

commentaires