Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Colloque Franco-allemand de Lyon

Le 7 octobre 2011, s'est tenu à l'IEP de Lyon, un colloque franco-allemand sur le thème:

 

Visions comparées de l'euro

 

Les videos de ce colloque sont disponibles sur

 


www.cercledu29mai2005.eu

 

 

Recherche

Eclats Républicains

Si vous le souhaitez, vous pouvez recevoir le livre "Eclats Républicains" de Simon Archipenko, Président de Voltaire République. Le  livre est paru en septembre 2007. La réception est gratuite. Si vous souhaitez contribuer à l'effort envoyez un don au siège de l'Association . Voltaire République - 73, cours Richard Vitton 69003 LYON. Pour recevoir le livre envoyez un courriel à: voltaire.republique@laposte.net

Présentation

Citoyen !

VOLTAIRE REPUBLIQUE  est un mouvement qui veut défendre et promouvoir les idées républicaines issues du siècle des Lumières et dont l’un des principaux penseurs fût Voltaire. En qualité de mouvement laïque et républicain, l’association se fait un devoir de répandre sa pensée dans toutes les sphères de la vie politique, économique et sociale de la France et dans une Europe débarrassée de son idéologie libérale dont les citoyens français ont rejeté les bases lors du scrutin du 29 mai 2005. L’association ne s’interdit aucune action et aucun prosélytisme dans le monde.

VOLTAIRE REPUBLIQUE  est fondée par des républicains engagés dans la vie de la Cité, venus d’horizons divers, patriotes qui veulent pour la France une république digne de son histoire et de celle qu’ils veulent léguer aux générations futures.
Article II des statuts de l’association   
VOLTAIRE REPUBLIQUE  est une association où, seul le nom de Citoyen compte. Elle rejette toute idée de communautarisme, sous quelque forme que ce soit.
Tous les adhérents, sans distinction y sont honorés pour leur travail voué au bien public, et tourné vers la République.
Voltaire république ne se revendique pas en parti politique; elle est politique. A ce titre ses adhérents sont libres d’appartenir ou de ne pas appartenir à un parti . Aussi, elle accueille en son sein les citoyens venus de tous horizons démocratiques et républicains, sans exclusive d’appartenance.
L’association n’importe pas en son sein les clivages et les pratiques qui y sont attachés. Le citoyen qui n’accepte pas ces principes fondateurs de Voltaire République et des Jeunes Voltairiens n’ont pas leur place au sein de l’association.
Voltaire République est engagée dans la vie de la Cité.  Elle invite les citoyens à en être les acteurs dans les associations, les organisations syndicales étudiantes, de salariés, patronales, artisanales et familiales.
Voltaire République et les Jeunes Voltairiens sont organisés dans leur ville, leur département, leur facultés, leurs entreprises et, sur le plan national.

Salut et fraternité

Voltaire République et les Jeunes Voltairiens


Nous contacter :
voltaire.republique@laposte.net

Articles Récents

Du bon usage des commentaires

Nous laissons les commentaires libres sous réserve de minimum de correction. De même, les liens donnés par nos lecteurs, s'ils n'intègrent pas le notre sur leur blog ou site seront détruits.

Enfin, en guise de commentaires, nous ne retenons que les personnels; les copier-coller d'autres appréciations ne nous intéressent pas.

26 juin 2008 4 26 /06 /juin /2008 16:54
A partir du moment où il y a débat, on ne peut qu'en saluer l'initiative car la mainmise du pouvoir sur ce qui reste d'espace de débat laisse à penser que l'avenir s'assombrit (cf.la future O.R.T.S. Office de Radio Télévision Sarkozy).

Mais venons-en au fait. Si aujourd'hui nous pratiquons la chikaïa sur le sortir ou non de l’Europe, c'est que la plupart des républicains ont eu jusqu'à présent une volonté de remettre en cause et à juste titre les traités qui, peu à peu, aspiraient les nations dans un Empire ventre mou de la mondialisation libérale. Ce que nous n'avons pas encore fait les uns et les autres, c'est de parler de quelle Europe nous voulons.

Ici le bât commence à blesser entre les tenants de telle ou telle Europe:

Les tenants d'un alter européisme qui pensent remodeler l'Europe telle qu'elle existe en y saupoudrant un peu de poudre de social, un peu de poudre de souveraineté et, un peu de poudre à perlimpinpin. Ces José Bové versus Europe ne font que du Jean Monnet... dévalué; c'est dire!

Les tenants d'une Europe fédérale réduite aux pays fondateurs, France, Allemagne, Italie, Benelux. Ceux là, pour certains, sont prêts à confédérer les autres états de l'actuel union tout en l'élargissant aux PECOS (Ukraine, Serbie...)

Les tenants d'une Europe confédérale des états nations de l'Atlantique à l'Oural, voire au delà

Je ne suis pas insensible à cette forme mais à plusieurs conditions. Tout d'abord avant de parvenir à un projet il est nécessaire de pratiquer la politique de la chaise vide. Je suis tout à fait conscient qu'à ce jour cela paraît irréalisable tant est soumis au diktat européiste et atlantiste l'actuel président de l'Arépublique qui a du mal à cacher sa joie la réintégration de la France dans le commandement intégré de l'OTAN.
Mais irréalisable en juin 2008 ne signifie pas irréaliste; ne serait ce qu'en septembre, c'est à dire à court terme. On a encore du mal à mesurer l'aune des NON qui s'accumulent depuis ceux de la France et des Pays Bas. Après l'Irlande ce sera vraisemblablement la république Tchèque qui marquera l'accélération de la déliquescence de cet Empire bedonnant repu de son libéralisme corrompu et corrompant entre commissaires si peu du peuple et 1er ministre de duché d'opérette blanchisseur d'argent sale.

Le 1er acte de cette chaise vide ne sera pas exercé par notre président de l'Arépublique cela coule de source. C'est la raison pour laquelle je propose que ce soit le peuple français qui inaugure cette politique. Pour ce faire, Voltaire République propose en France et en Europe un grand débat sur la participation ou non des peuples aux prochaines échéances électorales européennes. En clair, devons-nous participer à l'élection d'un ou deux députés souverainistes qui n'auront rien comme plate-forme d'expression au regard du futur règlement de l'assemblée de Strasbourg qui doit réduire à deux ou trois le nombre de ses groupes politiques, ou devons-nous clairement mettre dans l'urne un bulletin "NON" giflant ainsi les européistes de tous poils à commencer par notre UMPS-MODEM-LNC?
Je précise ici que nous proposons le débat et que nous ne prendrons pas de décisions avant le moment venu.

En réfutant l'Empire tel qu'il se dessine vient immédiatement la question de l'Europe que nous désirons. Si nous avons une préférence pour une Europe confédérale il faudra en tout état de cause en préciser en amont le contenu. Nous ne pouvons exiger des peuples le refus de l'Europe fédérale sans dire point par point et concrètement  ce qui doit la remplacer. Ce serait pire qu'un crime politique. Le respect de la souveraineté populaire est à ce prix. Cela entrainera un vote simultané de tous les peuples qui adhèreront à c eprojet y compris l'Allemagne, duss-t-elle modifier sa constitution (après tout la France modifie régulièrement la sienne, fi des dogmes obsolètes germains!)
Cela veut dire aussi que le choix de l'Europe des nations est le primat de ce futur possible.
Cela veut dire que la reconquête de la souveraineté populaire est un acte fondateur interne reposant sur les principes républicains, laïques, sociaux et démocratiques de la France.
Cela a l'avantage de clarifier les futures adhésions confédérales y compris la Russie, les PECOS (Ukraine, Serbie..) et....la Turquie.

Il n'y a pour ce faire d’autre alternative que le rassemblement du NON républicain dans la clarté. Rassemblement ne veut pas dire fusion; ceci n'est pas à l'ordre du jour, elle n'est pas souhaitable car seule l'avancée par capillarité peut être source de succès. En d'autres temps, des organisations ont su se rassembler sans fusionner et elles ont vaincu.

La clarté repose sur ce qui fonde notre pacte républicain depuis les Lumières et la Révolution française. La République n'en déplaise aux ci-devants n'est pas la Gueuse. En cette période, je lis beaucoup de textes et de communiqués faisant allusion aux racines communes religieuses de l'Europe. L'Europe, lorsqu'elle fût chrétienne, fût celle des croisades et des inquisitions. L'empire carolingien fût aussi notre boulet historique et le partage de celui-ci pèse encore sur nos frontières issues de cette Histoire. Des empires que reste-il? L'empire romain? Mort! Le Saint Empire Romain germanique? Mort! L'empire européen? Nous irons à ses obsèques; certains d'entre-nous porterons le cercueil!
Il ne peut y avoir de revendication d'identité de racines sans aussitôt penser à l'immobilisme. Un arbre, si beau soit-il a des racines; il reste immobile. Les peuples ont des origines; ils sont dans le mouvement. C'est ce qui distingue un républicain patriote dans le mouvement des autres.

Simon Archipenko
Président de Voltaire République










Partager cet article

Repost 0
Published by - dans Europe
commenter cet article

commentaires

mcbob 27/06/2008 14:32

Est ce une bonne idee que de ne pas participer aux elections europeennes? N'est ce pas faire le jeu de ceux qui disent qu'il n'y a que deux choix : l'Europeisme ou le l'anti-Europe a la LCR-FN-MPF? Non je crois que nous devons nous saisir du debat a deux mains pour montrer que le discours republicain tient debout (qu'il soit MRC/DLR ou autre) et refuser le terrorisme intellectuel qui le traite de populiste, xenophone et passeiste.

Thimèle 26/06/2008 19:56

Faut-il participer à ces élections européennes ? La question mérite en effet d'être posée. Pour ma part, je pense qu'il faut y participer. Ne serait-ce que pour ces élections européennes soient l'occasion dans ce pays d'un véritable débat sur l'Europe. Il faut montrer aux Français qu'une autre Europe est possible, et démonter publiquement les faux semblants permanents de l'UMPS, prêts à tout promettre mais soumis comme jamais à cette construction libérale et anti-démocratique. Evidemment, le système électoral est tel, la propagande médiatique européiste est tel que des listes dissidentes auront du mal à percer. Mais rien que le fait de mettre le débat sur la table, nous ferons reculer le diktat européiste. Les européistes ne détestent rien de pire que le débat, que la présence en face d'eux de véritables contradicteurs. Cela ne peut que causer leur perte, comme en 2005 en France. En 2009, il est possible, si on s'en donne les moyens, de rééditer une telle performance. Et là au moins, on ne pourra pas nous enlever les députés que nous aurons pu élire. Mais rien que pour le fait du débat, je pense qu'il faut participer, d'une manière ou d'une autre, à ces élections européennes. Ne leur faisons pas cadeau de notre silence.