Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Colloque Franco-allemand de Lyon

Le 7 octobre 2011, s'est tenu à l'IEP de Lyon, un colloque franco-allemand sur le thème:

 

Visions comparées de l'euro

 

Les videos de ce colloque sont disponibles sur

 


www.cercledu29mai2005.eu

 

 

Recherche

Eclats Républicains

Si vous le souhaitez, vous pouvez recevoir le livre "Eclats Républicains" de Simon Archipenko, Président de Voltaire République. Le  livre est paru en septembre 2007. La réception est gratuite. Si vous souhaitez contribuer à l'effort envoyez un don au siège de l'Association . Voltaire République - 73, cours Richard Vitton 69003 LYON. Pour recevoir le livre envoyez un courriel à: voltaire.republique@laposte.net

Présentation

Citoyen !

VOLTAIRE REPUBLIQUE  est un mouvement qui veut défendre et promouvoir les idées républicaines issues du siècle des Lumières et dont l’un des principaux penseurs fût Voltaire. En qualité de mouvement laïque et républicain, l’association se fait un devoir de répandre sa pensée dans toutes les sphères de la vie politique, économique et sociale de la France et dans une Europe débarrassée de son idéologie libérale dont les citoyens français ont rejeté les bases lors du scrutin du 29 mai 2005. L’association ne s’interdit aucune action et aucun prosélytisme dans le monde.

VOLTAIRE REPUBLIQUE  est fondée par des républicains engagés dans la vie de la Cité, venus d’horizons divers, patriotes qui veulent pour la France une république digne de son histoire et de celle qu’ils veulent léguer aux générations futures.
Article II des statuts de l’association   
VOLTAIRE REPUBLIQUE  est une association où, seul le nom de Citoyen compte. Elle rejette toute idée de communautarisme, sous quelque forme que ce soit.
Tous les adhérents, sans distinction y sont honorés pour leur travail voué au bien public, et tourné vers la République.
Voltaire république ne se revendique pas en parti politique; elle est politique. A ce titre ses adhérents sont libres d’appartenir ou de ne pas appartenir à un parti . Aussi, elle accueille en son sein les citoyens venus de tous horizons démocratiques et républicains, sans exclusive d’appartenance.
L’association n’importe pas en son sein les clivages et les pratiques qui y sont attachés. Le citoyen qui n’accepte pas ces principes fondateurs de Voltaire République et des Jeunes Voltairiens n’ont pas leur place au sein de l’association.
Voltaire République est engagée dans la vie de la Cité.  Elle invite les citoyens à en être les acteurs dans les associations, les organisations syndicales étudiantes, de salariés, patronales, artisanales et familiales.
Voltaire République et les Jeunes Voltairiens sont organisés dans leur ville, leur département, leur facultés, leurs entreprises et, sur le plan national.

Salut et fraternité

Voltaire République et les Jeunes Voltairiens


Nous contacter :
voltaire.republique@laposte.net

Articles Récents

Du bon usage des commentaires

Nous laissons les commentaires libres sous réserve de minimum de correction. De même, les liens donnés par nos lecteurs, s'ils n'intègrent pas le notre sur leur blog ou site seront détruits.

Enfin, en guise de commentaires, nous ne retenons que les personnels; les copier-coller d'autres appréciations ne nous intéressent pas.

22 janvier 2008 2 22 /01 /janvier /2008 10:41
Le président de l’Arépublique française, chanoine de Latran, ultralibéralistolâtre n’a jamais caché son admiration pour le président des Etats Unis d’Amérique, Georges Walker Bush (que le folliculaire stipendié correspondant de France Inter à Washington continue d’appaler deubeuliou)et sur ce qu’il représente, à savoir une profonde idéologie chrétienne régressive et créationniste. Que Nicolas Sarkozy de Nagy Bocsa, en tant qu’individu fasse sienne ces fadaises, cela le regarde et il lui appartient de traiter avec Dieu ses soucis personnels. Que le président de l’Arépublique remette en cause un des fondements de la République, la laïcité, Voltaire République ne peut l’accepter, à l’instar des citoyens qui se sont inquiétés à juste titre ces derniers jours et plus particulièrement lors des voyages à la cité du Vatican, lieu concordataire issu des accords du Latran entre Mussolini et le locataire de l’époque, le pape Pie XI.

O tempora O mores ?

Nous ne rentrerons pas dans ce texte dans la casuistique et l’exégèse. Nous pouvons constater dans ce discours la volonté pour le président de l’Arépublique de commettre un forfait à l’encontre des valeurs laïques. Sa stratégie est la même que dans toutes les remises en cause du contrat social qu’il opère depuis qu’il est parvenu à l’Elysée : mettre sur le dos du courant laïque les maux et faits dont sont responsables les religions depuis des siècles et, à l’inverse bonifier icelles des conquêtes pour la liberté arrachées aux bras religieux par les tenants de la flamme des Lumières. A ce sujet, la mise en exergue du sacrifice des religieux dans les tranchées est tout à fait significatif.
C’est une façon très inquiétante de récrire l’Histoire, aussi anachroniques que paraissent les faits. Le révisionnisme était jusqu’à présent le fait des tenants de l’extrême droite et des dictatures. Il entre par la grande porte par la grâce du chanoine de Latran.

« Au-delà de ces faits historiques, c'est surtout parce que la foi chrétienne a pénétré en profondeur la société française, sa culture (brûler Etienne Dolet est un acte profond de culture ?), ses paysages, sa façon de vivre, son architecture, sa littérature, que la France entretient avec le siège apostolique une relation si particulière. Les racines de la France sont essentiellement chrétiennes. Et la France a apporté au rayonnement du christianisme une contribution exceptionnelle (notamment le 24 août 1572 ?). Contribution spirituelle et morale par le foisonnement de saints et de saintes de portée universelle : saint Bernard de Clairvaux, saint Louis, saint Vincent de Paul, sainte Bernadette de Lourdes ».

(…)

« Tout autant que le baptême de Clovis, la laïcité est également un fait incontournable dans notre pays (Marc Bloch évoquait à juste titre le sacre de Reims et la fête de la fédération. Clovis est né dans l'Overrijke actuellement aux Pays Bas)
. Je sais les souffrances que sa mise en oeuvre a provoquées en France chez les catholiques, chez les prêtres, dans les congrégations, avant comme après 1905. Je sais que l'interprétation de la loi de 1905 comme un texte de liberté, de tolérance, de neutralité est en partie une reconstruction rétrospective du passé. C'est surtout par leur sacrifice dans les tranchées de la Grande guerre, par le partage des souffrances de leurs concitoyens, que les prêtres et les religieux de France ont désarmé l'anticléricalisme ; et c'est leur intelligence commune qui a permis à la France et au Saint-Siège de dépasser leurs querelles et de rétablir leurs relations. »

C’est sur ce paragraphe que le chanoine de Latran pose le principal acte anti laïque le plus fort depuis l'Etat français initié par Philippe Pétain..


(…)

« Cela étant, la laïcité ne saurait être la négation du passé. Elle n'a pas le pouvoir de couper la France de ses racines chrétiennes. Elle a tenté de le faire. Elle n'aurait pas dû. »

Toujours aux aguets afin d'écraser la Gueuse, guettant le moindre signe de relâchement éventuel, les intégristes de tout poil viennent de recevoir un renfort de poids en la personne du candidat parvenu à l'Elysée le président de l'Arépublique. Son discours sur la laïcité « positive » augure des attaques en règle dans les mois à venir. Cette propension à vouloir coller une épithète à des fondements de la République française, font penser à cette nouvelle cuisine que des toqués ont voulu nous faire avaler dans les années 70 et qui n'était qu'une infâme ragougnasse dont le seul mérite était une augmentation exponentielle du sel de la note en fin de repas entrecoupée de voyage bocusien au Japon (déjà les prémisses de la mondialisation heureuse). Dans la même lignée, il fallait rendre plus « soft » tout concept républicain dès les années 80, le Parti socialiste et son courant chrétien issu des assises de 1974, n'étant pas avare dans sa remise en question des principes républicains. Aujourd'hui au pouvoir, le président de l'Arépublique tente de faire accroire que l'Europe ne saurait se passer de ses racines chrétiennes. Un vieux rêve de Charlemagne? Sûrement! Mais c'est oublier le rôle d'icelui dans le rétablissement d'une religion à l'agonie au IXème siècle. C'est oublier que la France « très chrétienne » a bouté le Sarrazin hors l'Europe afin de « purifier » l’Europe des musulmans, nonobstant l'Andalus. Mille deux cents ans plus tard, l'Histoire a donné une solide assise gallicane à la foi de nos rois (à l'exception de Charles IX dont la pensée ultramontaine a eu pour mérite de la chasser du pouvoir !).
Ces douze siècles ont vu une Révolution française et une République une indivisible démocratique et laïque naître.
Que Nicolas Sarkozy de Nagy Bocsa soit à titre personnel très chrétien, c'est son problème personnel (cf. début de l’article). Le candidat parvenu à l'Elysée, président de l'Arépublique cherche à entraîner le peuple républicain dans des aventures qui emmèneront inexorablement à une restriction des libertés individuelles, un éclatement de la cohésion sociale, une communautarisation de la société, un abaissement du droit des femmes, à une intrusion dans la vie privée des gens à un refus d'une évolution de la société notamment au niveau scientifique.

Il ne doit pas être ainsi. Ecrasons l'infâme.

Partager cet article

Repost 0

commentaires