Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Colloque Franco-allemand de Lyon

Le 7 octobre 2011, s'est tenu à l'IEP de Lyon, un colloque franco-allemand sur le thème:

 

Visions comparées de l'euro

 

Les videos de ce colloque sont disponibles sur

 


www.cercledu29mai2005.eu

 

 

Recherche

Eclats Républicains

Si vous le souhaitez, vous pouvez recevoir le livre "Eclats Républicains" de Simon Archipenko, Président de Voltaire République. Le  livre est paru en septembre 2007. La réception est gratuite. Si vous souhaitez contribuer à l'effort envoyez un don au siège de l'Association . Voltaire République - 73, cours Richard Vitton 69003 LYON. Pour recevoir le livre envoyez un courriel à: voltaire.republique@laposte.net

Présentation

Citoyen !

VOLTAIRE REPUBLIQUE  est un mouvement qui veut défendre et promouvoir les idées républicaines issues du siècle des Lumières et dont l’un des principaux penseurs fût Voltaire. En qualité de mouvement laïque et républicain, l’association se fait un devoir de répandre sa pensée dans toutes les sphères de la vie politique, économique et sociale de la France et dans une Europe débarrassée de son idéologie libérale dont les citoyens français ont rejeté les bases lors du scrutin du 29 mai 2005. L’association ne s’interdit aucune action et aucun prosélytisme dans le monde.

VOLTAIRE REPUBLIQUE  est fondée par des républicains engagés dans la vie de la Cité, venus d’horizons divers, patriotes qui veulent pour la France une république digne de son histoire et de celle qu’ils veulent léguer aux générations futures.
Article II des statuts de l’association   
VOLTAIRE REPUBLIQUE  est une association où, seul le nom de Citoyen compte. Elle rejette toute idée de communautarisme, sous quelque forme que ce soit.
Tous les adhérents, sans distinction y sont honorés pour leur travail voué au bien public, et tourné vers la République.
Voltaire république ne se revendique pas en parti politique; elle est politique. A ce titre ses adhérents sont libres d’appartenir ou de ne pas appartenir à un parti . Aussi, elle accueille en son sein les citoyens venus de tous horizons démocratiques et républicains, sans exclusive d’appartenance.
L’association n’importe pas en son sein les clivages et les pratiques qui y sont attachés. Le citoyen qui n’accepte pas ces principes fondateurs de Voltaire République et des Jeunes Voltairiens n’ont pas leur place au sein de l’association.
Voltaire République est engagée dans la vie de la Cité.  Elle invite les citoyens à en être les acteurs dans les associations, les organisations syndicales étudiantes, de salariés, patronales, artisanales et familiales.
Voltaire République et les Jeunes Voltairiens sont organisés dans leur ville, leur département, leur facultés, leurs entreprises et, sur le plan national.

Salut et fraternité

Voltaire République et les Jeunes Voltairiens


Nous contacter :
voltaire.republique@laposte.net

Articles Récents

Du bon usage des commentaires

Nous laissons les commentaires libres sous réserve de minimum de correction. De même, les liens donnés par nos lecteurs, s'ils n'intègrent pas le notre sur leur blog ou site seront détruits.

Enfin, en guise de commentaires, nous ne retenons que les personnels; les copier-coller d'autres appréciations ne nous intéressent pas.

8 janvier 2008 2 08 /01 /janvier /2008 09:19
Il est peu de dire, d’écrire que l’élection du président de l’Arépublique entraîne des bouleversements fondamentaux amenant à une remise en cause du contrat social français issu des Lumières, de la Révolution Française et du Conseil National de la Résistance. Beaucoup s’essaient à situer dans un temps récent les reculs opérés par le candidat parvenu à l’Elysée. Tout montre que chaque acte a son référent historique fort. Telle parole prononcée par madame Lagarde, « qu’ils fassent du vélo ! », font penser à la duchesse de Lamballe dont la tête finit au bout d’un piquet. Tel acte, un cadeau privé au chef de l’Etat rappelle le collier de la reine. Quant à la privatisation de l’Etat, le retour aux fermiers généraux n’est plus loin.

Tout montre que chaque acte a son référent historique fort, de régression systématique.

Trois faits récents éclairent cet article.

Premier fait dans l’ordre chronologique d’apparition, les vacances du roi. Non content de sombrer dans une vulgarité Disneylandienne, le président de l’Arépublique qui a vu sa rémunération augmentée de 170% en 2007 et peut, à juste titre s’offrir sur sa cassette personnelle toutes les vacances qu’il estime dignes de sa « hauteur », se voit offrir, après l’épisode du yacht le « Bolloré-Potemkine », un avion privé par l’industriel précité. Libre à ce monsieur de se prendre pour le cardinal Louis de Rohan-Guéménée. Cependant, cette affaire moderne du collier du roi est à mettre dans la liste des actes posés dont un jour il pourra être demandé compte.

Passons à un deuxième événement, la déclaration de Madame Amara(1) affirmant ne pas vouloir voter pour l’actuel président de l’Arépublique en 2012 mais pour le ou la candidate socialiste. Cette déclaration est passée inaperçue dans les outrances du régime actuel, tant peut paraître sympathique la ci-devant présidente de l’association « Ni pute ni soumise ». En fait, cette déclaration qui participe de l’entretien de la confusion idéologique, continue à faire accroire que toutes les politiques se valent et que se faisant, il n’est pas d’autres politiques possibles, ni à droite ni à gauche. Madame Amara, par cette déclaration est déjà soumise à l’idéologie du renoncement, à l’ ultalibéralismolâtrie. Nous avons une autre idée de la politique que ce maelström, cette ragougnasse idéologique qui nous est instillée année après année, président après président, ministres après ministres, partis après partis, figures symboliques après figures symboliques. La République n’est pas une poule qui picorerait un coup à droite un coup à gauche, les soit-disant bonnes idées de tels ou tels formations ou candidats.

Poursuivons dans les faits, en abordant la politique de la privatisation de l’Etat. En donnant en pâture médiatique le concept de notation des ministres par un cabinet privé, le pouvoir actuel sonne le glas de la république. Il est possible au demeurant d’évaluer des politiques publiques tant au niveau de l’Etat que des collectivités territoriales. Cela s’est vu dans le passé, particulièrement quant aux devenir des politiques initiées par des collectivités locales, contrat de ville, convention ville habitat … la différence entre ces politiques territoriales et l’annonce faite par monsieur Fillon est que les évaluations réalisées(2) auprès des collectivités territoriales le sont en partenariat avec des institutions et avec les élus concernés en tant qu’acteurs et non en qualité d’élèves à noter.

Ainsi, pan après pan, le pouvoir livre l’Etat aux intérêts particuliers. Le président de l’Arépublique, ultalibéralismolâtre, thuriféraire de l’Amérique des présidents Reagan et Bush, père et fils, en est le maître d’œuvre. Il n’y a aucune raison pour que la France échappe, par les actes posés par le candidat parvenu à l’Elysée, à toutes les dérives qu’ont connues les Etats Unis d’Amérique, Enron, fonds de pensions faillis, désécurité sociale et subprime ou équivalent à la française.

Entre doses de chanoinerie latranesque véritable attaque frontale contre la laïcité, d’effets médiatiques et de pipolisation pour cacher la décadence et les misères sociales, le candidat parvenu à l’Elysée, en chef d’orchestre de l’ultralibéralismolâtrie, poursuit inexorablement son œuvre de sape de la République. Reconnaissons lui ce talent d’utilisation du désarroi politique créé par la récente défaite électorale et d’appui sur le renoncement des partis institutionnels de la gauche républicaine à porter un projet cohérent, réellement républicain.


Mais tous, nous savons que sans réel débouché politique proposé par une opposition républicaine, sans des syndicats propositionnels trop aphones et affaiblis, le président de l’Arépublique peut encore avoir de beaux jours de casse sociale devant lui.

Aussi, il appartient à tous les citoyens républicains de se retrouver dans les organisations qui leur paraissent le plus proche de ce qu’ils peuvent être. En ce qui concerne Voltaire République, nous accueillons sur nos bancs républicains tous ceux pour qui les mots Lumières, République, et Contrat social ont un sens. L’heure n’est pas au rassemblement inter organisationnel ; elle est à celui du rassemblement citoyen. Les citoyens de Voltaire République assument leur part de responsabilité ; à chaque citoyen d’en faire autant.





1 - Voltaire République se refuse à participer au lynchage boboïsant qui suit chaque « écart verbal » de Madame Amara.
2 - L’auteur de cet article en a été l’un des acteurs.








Partager cet article

Repost 0

commentaires