Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Colloque Franco-allemand de Lyon

Le 7 octobre 2011, s'est tenu à l'IEP de Lyon, un colloque franco-allemand sur le thème:

 

Visions comparées de l'euro

 

Les videos de ce colloque sont disponibles sur

 


www.cercledu29mai2005.eu

 

 

Recherche

Eclats Républicains

Si vous le souhaitez, vous pouvez recevoir le livre "Eclats Républicains" de Simon Archipenko, Président de Voltaire République. Le  livre est paru en septembre 2007. La réception est gratuite. Si vous souhaitez contribuer à l'effort envoyez un don au siège de l'Association . Voltaire République - 73, cours Richard Vitton 69003 LYON. Pour recevoir le livre envoyez un courriel à: voltaire.republique@laposte.net

Présentation

Citoyen !

VOLTAIRE REPUBLIQUE  est un mouvement qui veut défendre et promouvoir les idées républicaines issues du siècle des Lumières et dont l’un des principaux penseurs fût Voltaire. En qualité de mouvement laïque et républicain, l’association se fait un devoir de répandre sa pensée dans toutes les sphères de la vie politique, économique et sociale de la France et dans une Europe débarrassée de son idéologie libérale dont les citoyens français ont rejeté les bases lors du scrutin du 29 mai 2005. L’association ne s’interdit aucune action et aucun prosélytisme dans le monde.

VOLTAIRE REPUBLIQUE  est fondée par des républicains engagés dans la vie de la Cité, venus d’horizons divers, patriotes qui veulent pour la France une république digne de son histoire et de celle qu’ils veulent léguer aux générations futures.
Article II des statuts de l’association   
VOLTAIRE REPUBLIQUE  est une association où, seul le nom de Citoyen compte. Elle rejette toute idée de communautarisme, sous quelque forme que ce soit.
Tous les adhérents, sans distinction y sont honorés pour leur travail voué au bien public, et tourné vers la République.
Voltaire république ne se revendique pas en parti politique; elle est politique. A ce titre ses adhérents sont libres d’appartenir ou de ne pas appartenir à un parti . Aussi, elle accueille en son sein les citoyens venus de tous horizons démocratiques et républicains, sans exclusive d’appartenance.
L’association n’importe pas en son sein les clivages et les pratiques qui y sont attachés. Le citoyen qui n’accepte pas ces principes fondateurs de Voltaire République et des Jeunes Voltairiens n’ont pas leur place au sein de l’association.
Voltaire République est engagée dans la vie de la Cité.  Elle invite les citoyens à en être les acteurs dans les associations, les organisations syndicales étudiantes, de salariés, patronales, artisanales et familiales.
Voltaire République et les Jeunes Voltairiens sont organisés dans leur ville, leur département, leur facultés, leurs entreprises et, sur le plan national.

Salut et fraternité

Voltaire République et les Jeunes Voltairiens


Nous contacter :
voltaire.republique@laposte.net

Articles Récents

Du bon usage des commentaires

Nous laissons les commentaires libres sous réserve de minimum de correction. De même, les liens donnés par nos lecteurs, s'ils n'intègrent pas le notre sur leur blog ou site seront détruits.

Enfin, en guise de commentaires, nous ne retenons que les personnels; les copier-coller d'autres appréciations ne nous intéressent pas.

25 novembre 2007 7 25 /11 /novembre /2007 12:16
Nous entendons dire, voire nous pouvons lire ici et là :

« Notre pays a besoin de réformes, tout le monde en convient. Toute la question est de savoir : lesquelles, à quel rythme et selon quelle méthode ? »

Il fût un temps, le temps où la pensée unique n’existait pas sauf peut-être en Chine que nos turbo capitalistes(1) aujourd’hui vénèrent comme les ex maoïstes (aujourd’hui chiens de garde de ceux-ci) vénéraient feu le président Mao Zedong. En ce temps là, le mot réforme signifiait avancées sociales, augmentation du pouvoir d’achat, renforcement des statuts professionnels dans les branches et les entreprises. On osait dire, comble de l’horreur (!), transformations sociales, changer la vie et autres balivernes rangées au placard de la mondialisation heureuse.

De nos jours, ce turbo capitalisme triomphant a récupéré à son compte le mot réforme. Mais sous ce mot se cache une réalité tout autre : démantèlement des entreprises, précarisation, baisse du pouvoir d’achat des ménages, chômage. La réforme c’est avant tout 13 milliards d’euros d’avoir fiscal restitués à ceux qui ont déjà trop, un cadeau fait par le candidat parvenu à l’Elysée. S’il était besoin d’un symbole…

Alors en ces temps où la tension monte, où des cris de révolte disent assez de ces casses qui ne profitent qu’aux mêmes il n’est pas rare non plus de lire ici et là des antiennes

« Contre l’intérêt général, une minorité prend en otage la France entière »

Otage ? Mais que ceux qui ont ce mot à la bouche aient la pudeur de se rappeler avant tout le sens du mot otage et apprennent raison garder ! Des otages ce sont des gens, des hommes et des femmes retenus en un endroit et, la plupart du temps, menacés de mort voire exécutés. Que la pudeur couvre un peu ceux qui prononcent ces mots sans discernement.

Notre pays la France, est ainsi fait depuis deux siècles. Il ne peut y avoir de République sans République démocratique, il ne peut y avoir de République démocratique sans République laïque, il ne peut y avoir de République laïque sans République sociale. Il ne peut y avoir de qualitatif sans quantitatif. Le gouvernement en place a eu tort de remettre en cause les régimes spéciaux sans débat national et global sur les retraites, la protection sociale et surtout sur la pénibilité du travail, tous secteurs confondus. L’aspect pouvoir d’achat est aussi à prendre en compte, non pas par un slogan électoraliste « travailler plus pour gagner plus » mais par une réelle politique économique et sociale dont nos gouvernants depuis vingt cinq ans ont perdu le sens, qu’ils soient de gauche ou de droite. Ceux qui se targuent de « réforme » sont objectivement complices de ces politiques.
Le candidat parvenu à l’Elysée en mai 2007 a une stratégie globale, un programme en adéquation au profit de l’oligarchie mondialisée. Quelles que soient les « réformes » mises en place par tel ou telle ministre, ministre de la justice ou de la grande sœur des riches, Christine Lagarde, elles n’ont qu’un objectif : servir cette stratégie.
Il est alors étonnant de voir pousser des cris d’orfraie par ceux-là même qui ont appelé à voter pour ce candidat. Il serait tout aussi étonnant de voir pousser les mêmes cris de l’autre bord si, la challenger avait été élue présidente de la République.
Aujourd’hui, toute attaque contre les statuts sociaux, le pouvoir d’achat, la refonte de la carte judiciaire, la laïcité etc… est attentatoire à la République démocratique, laïque et sociale. Tous ceux et toutes celles qui aspirent à devenir des hommes ou femmes d’Etat et qui saucissonnent ou « oublient » l’un des aspects de notre république française, anticipent leur propre forfaiture.


(1)
Selon le néologisme de Jean François Kahn.

Partager cet article

Repost 0

commentaires