Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Colloque Franco-allemand de Lyon

Le 7 octobre 2011, s'est tenu à l'IEP de Lyon, un colloque franco-allemand sur le thème:

 

Visions comparées de l'euro

 

Les videos de ce colloque sont disponibles sur

 


www.cercledu29mai2005.eu

 

 

Recherche

Eclats Républicains

Si vous le souhaitez, vous pouvez recevoir le livre "Eclats Républicains" de Simon Archipenko, Président de Voltaire République. Le  livre est paru en septembre 2007. La réception est gratuite. Si vous souhaitez contribuer à l'effort envoyez un don au siège de l'Association . Voltaire République - 73, cours Richard Vitton 69003 LYON. Pour recevoir le livre envoyez un courriel à: voltaire.republique@laposte.net

Présentation

Citoyen !

VOLTAIRE REPUBLIQUE  est un mouvement qui veut défendre et promouvoir les idées républicaines issues du siècle des Lumières et dont l’un des principaux penseurs fût Voltaire. En qualité de mouvement laïque et républicain, l’association se fait un devoir de répandre sa pensée dans toutes les sphères de la vie politique, économique et sociale de la France et dans une Europe débarrassée de son idéologie libérale dont les citoyens français ont rejeté les bases lors du scrutin du 29 mai 2005. L’association ne s’interdit aucune action et aucun prosélytisme dans le monde.

VOLTAIRE REPUBLIQUE  est fondée par des républicains engagés dans la vie de la Cité, venus d’horizons divers, patriotes qui veulent pour la France une république digne de son histoire et de celle qu’ils veulent léguer aux générations futures.
Article II des statuts de l’association   
VOLTAIRE REPUBLIQUE  est une association où, seul le nom de Citoyen compte. Elle rejette toute idée de communautarisme, sous quelque forme que ce soit.
Tous les adhérents, sans distinction y sont honorés pour leur travail voué au bien public, et tourné vers la République.
Voltaire république ne se revendique pas en parti politique; elle est politique. A ce titre ses adhérents sont libres d’appartenir ou de ne pas appartenir à un parti . Aussi, elle accueille en son sein les citoyens venus de tous horizons démocratiques et républicains, sans exclusive d’appartenance.
L’association n’importe pas en son sein les clivages et les pratiques qui y sont attachés. Le citoyen qui n’accepte pas ces principes fondateurs de Voltaire République et des Jeunes Voltairiens n’ont pas leur place au sein de l’association.
Voltaire République est engagée dans la vie de la Cité.  Elle invite les citoyens à en être les acteurs dans les associations, les organisations syndicales étudiantes, de salariés, patronales, artisanales et familiales.
Voltaire République et les Jeunes Voltairiens sont organisés dans leur ville, leur département, leur facultés, leurs entreprises et, sur le plan national.

Salut et fraternité

Voltaire République et les Jeunes Voltairiens


Nous contacter :
voltaire.republique@laposte.net

Articles Récents

Du bon usage des commentaires

Nous laissons les commentaires libres sous réserve de minimum de correction. De même, les liens donnés par nos lecteurs, s'ils n'intègrent pas le notre sur leur blog ou site seront détruits.

Enfin, en guise de commentaires, nous ne retenons que les personnels; les copier-coller d'autres appréciations ne nous intéressent pas.

21 novembre 2007 3 21 /11 /novembre /2007 00:00

 

My own private America,

America as I see it,

 

I just saw you on TV, with your right hand to your heart, pledging allegiance to your Emperor. The cameras focused on your arrival, your allure, and your look. They also recorded your speaking, I will not say ‘your speech’: speeches are for actual Statesmen. Cameras are pitiless when it comes to History. When future generations study that will of yours to reduce your country, France, to just one more US district, they will maybe review the video of your performance.

 

- You came to defend our freedom, not yours. You proclaimed before the US Congress.

 

I understand a little bit of History class can be used at this point. Need you be reminded that the US entered the war in 1942 after the disaster of Pearl Harbor? Also need you be reminded that the US administration, as its soldiers disembarked on Normandy’s beaches (along with our allies from England, Canada, Ireland, Australia, and also… from France!) had made it a goal to occupy France by appointing proconsuls who had been trained back in the US in order to administrate France, as described through the AMGOT. There was one man, le Général de Gaulle, to refuse this situation and to fight against it. Général de Gaulle, remember? There also was a time when you pretended to be taking after him. So little, though.

Shall I remind you that at that same time, on many battlefields in the world, millions of Soviet soldiers from Russia, Ukraine, Kazakhstan and from Siberia, also died. I have yet to hear you mention those as you journey through Russia. Also, should I mention the fact that since you became our president I have not had a chance to see you in any American graveyard in Normandy, while you state those in that circumstantial speech of yours. However since then, there was a certain June 6th. Shall I also remind you that, in this respect, the civil war in the US caused 600,000 deaths on its own land, almost twice as much as World War. II ?

 

I listen to you babble about American heroes whom you fancied as a child. I was all the more paying attention that I am the same age as you are, give or take a month or two. I also had my heroes. But I learned that if Davy Crockett was killed at Fort Alamo, it was not for a good cause, but to preserve the interests of the southern cotton producers whose business completely relied on slavery, and against which Mexicans (already !) could not compete.

You claim to be a fan of Elvis Presley, who died a billionaire, after he OD-ed on peanut butter. Marilyn Monroe? Who « was suicided » with barbiturics. John Wayne? Who displayed such ultra-conservative ideas that only your friend Bush does not reject today. Martin Luther King?  But whatever is Mr. Bush’s integration policy nowadays? Charleston Heston only leaves of himself the image of the president of the NRA ! Would you apply that side of America to France?

 

There exists another America, which you might not be aware of. It bears the name of John Steinbeck whose « The Grapes of Wrath » is such an actual indictment that should remind you that there are, throughout this world and in your own country, people who still starve. It bears the names of William Faulkner, Truman Capote, Ray Bradbury, Jack London, and Mark Twain (the latter should definitely remind you of your childhood and of Tom Sawyer’s adventures, although the life of those poor kids probably did not have much of your attention already in ‘our’ days! What a horrible word!), Norman Mailer, Joan Baez (Power Yes I’m prisoner), Eugene O’Neill (I sing the Body electric; he armies of those I love engirth me, and I engirth them; They will not let me off till I go with them, respond to them, And discorrupt them, and charge them full with the charge of the Soul.), Patty Smith, Tracy Shapman. THE America who as early as 2003 rose and stood up against Bush’s venture in Iraq. THAT America bears the names of Susan Sarandon, Martin Sheen (both threatened to be professionally excluded by the so politically-correct Hollywood industry whose name fills your mouth). It bears the name of Bruce Springsteen whose « Born in the USA » (I had a brother at Khe Sahn Fighting off the Viet Cong They’re still there, he’s all gone) should make you question ‘the great spaces of YOUR America ‘. It has a thousand names, THAT America which is not yours. It is not the superficial America, which you fantasize about, but that of Humanism, light-years away from your recent utterances in a fishing harbor in Brittany, haughty words in total inadequacy with the function to which you were elected.

 

See how there is an America that one can love for its beauty. See also how there is no anti-Americanism in these words. I am enough of a patriot myself not to hate Americans and to admire their patriotism. Why is it that everything that is remarkable in the US, is not remarkable in France? How revealing, that French patriotism should not be promoted by our so-called French but actually-globalized intellectual elites. Truly, your words did not hold up our flag, as did beautifully a French minister of Foreign Affairs before the UNO assembly in 2003.

 

Yes, I wish I had a chance to describe my own world to you: a bright world which bears the names of Amadou Hampate Ba, Nikolay Gogol, Lev Tolstoy, Nazim Hikmet, Pablo Neruda, Beethoven, Mozart, le Caravage, Rodriguo, Akire Kurosawa, Tchaikovsky to name the eldest. Latter ones are neither meritless: Paolo Nutini, Paolo Conte, Bisso Na Bisso, Tiken Jah Fakoly, and so many others from Valparaiso to Reykjavik.

 

But on that Wednesday it was all about America, for our greatest confusion. But let American people be reassured: not all of my fellow French people are like you, and I wish that I had not had to see you pledge allegiance to the empire in the name of all French people as much as I did not feel like singing ‘The Star-Spangled Banner’ as I wrote these lines, nor felt the need to put my right hand to my heart. This is my own way of paying my tribute to all the people I hereby mentioned, to MY America, MY world.

 

 

Simon Archipenko,

President of Voltaire République

(Traduction assurée par Sébastien Capdevielle, Voltaire République)


_________________________

Mon Amérique à moi.

 

Je viens de vous voir dans mon poste de télévision, main droite sur le cœur, faire allégeance à votre empereur. Les caméras se sont fixées sur votre arrivée, votre démarche, votre regard. Elles ont aussi enregistré vos paroles ; je ne dirais pas discours, les discours sont ceux des hommes d’Etat. Les caméras sont impitoyables pour l’histoire. Lorsque les générations futures étudieront cette volonté de réduire votre pays, la France à un simple canton des Etats-Unis d’Amérique, elles se pencheront peut-être sur les vidéos de votre prestation étasunienne.

 

- Vous êtes venus défendre notre liberté et pas la votre [1]. Dites-vous à cette tribune du congrès américain.

 

Je crois qu’un peu d’histoire n’est pas superflue à cet instant. Faut-il vous rappeler que les Etats-Unis d’Amérique sont entrés en guerre en 1942 après le désastre de Pearl Harbor ? Que l’administration américaine, en débarquant sur les plages de Normandie (soit dit en passant avec nos alliés Anglais, Canadiens, Irlandais, Australiens et aussi …les Français !) avait pour objectif d’asservir la France en nommant des proconsuls qui avaient été formés sur le sol américain destinés à administrer la France dans le cadre de l’AMGOT [2]. Il fût un homme, le général de Gaulle qui s’opposa contre vents et  marées à cette tentative. Le général de Gaulle ? Vous en souvenez-vous ? Il fût également un temps où vous vous réclamiez de lui ! Si peu il est vrai.

Dois-je rappeler, évocation historique oblige, que durant cette période, sur les champs d’honneur du monde, sont morts vingt millions de soldats soviétiques venus de Russie, d’Ukraine, du Kazakhstan, du fin fond de la Sibérie ? Je ne vous ai jamais vu l’évoquer lors de vos pérégrinations en Russie ! Faut-il dire que, depuis votre arrivée à l’Elysée, je ne vous ai pas vu dans un cimetière américain de Normandie, alors que vous l’évoquez dans ce discours de circonstance ? Pourtant depuis, un certain 6 juin est passé dans le calendrier.

Enfin, à ce sujet, dois-je vous rappeler que la guerre civile aux Etats-Unis a fait 600 000 morts, sur son sol, presque deux fois plus que lors du deuxième conflit mondial [3] ?

 

Je vous écoute parler des héros américains qui ont bercé votre enfance. J’écoute d’autant plus attentivement que j’ai le même âge que le vôtre, à un mois et demi près. Moi aussi, dans mon enfance j’ai eu des héros. Mais j’appris vite que si Davy Crockett a été tué à Fort Alamo, ce ne fut pas pour une bonne cause mais pour préserver les intérêts des exploitants sudistes du coton dont l’économie reposait sur l’esclavage et dont les Mexicains ne pouvaient supporter (déjà !) une concurrence ainsi faussée.

Vous-vous réclamez d’Elvis Presley, mort milliardaire obèse des suites d’une absorption en surdose de beurre de cacahuète. Marylin Monroe ? Actrice suicidée ( ?) aux barbituriques. John Wayne quant à lui véhiculait un discours ultra conservateur que seul votre ami Bush ne renie pas aujourd’hui. Martin Luther King ? Mais quelle est donc la politique d’intégration de sa population de l’ami Bush ? Charlton Heston laisse quant à lui, l’image de président de la National rifle association ! Voulez-vous transposer cette Amérique là dans mon pays de France ?

 

Peut-être l’ignorez-vous, mais il existe une autre Amérique. Elle a pour nom John Steinbeck dont « les Raisins de la colère » sont un réquisitoire qui devrait aussi vous rappeler qu’il existe dans le monde, dont votre pays, des gens qui souffrent de la faim. Elle a pour nom William Faulkner, Truman Capote, Ray Bradbury, Jack London, Mark Twain, (celui-ci devrait furieusement vous rappeler votre enfance avec les aventures de Tom Sawyer. Mais la vie de ces jeunes adolescents pauvres ne devait sans doute pas vous intéresser déjà à « notre » époque ! Quel horrible terme!), Norman Mailer, Joan Baez (Power yes I’m prisoner), Eugene O’Neill, (I sing the Body electric; he armies of those I love engirth me, and I engirth them; They will not let me off till I go with them, respond to them, And discorrupt them, and charge them full with the charge of the Soul.), Patty Smith, Tracy Chapman. Une Amérique qui, dès 2003 s’est levée pour dénoncer l’aventure bushienne en Irak. Cette Amérique là a pour nom Susan Sarandon, Martin Sheen (tous deux menacés d’interdit professionnel par la bien pensance d’Hollywood dont vous vous repaissez du nom). Elle a pour nom Bruce Springsteen dont le « Born in the USA » (I had a brother at Khe Sahn Fighting off the Viet Cong They're still there, he's all gone) devrait vous interpeller sur « les grands espaces de votre Amérique ». Elle a mille noms cette Amérique là qui n’est assurément pas la votre ! Ce n’est pas l’Amérique bling bling mais celle d’une pensée humaniste à l’opposé de vos interpellations dans un port de Bretagne, paroles indignes de la fonction pour laquelle vous êtes parvenu à l’Elysée.

 

Voyez comme il existe une Amérique qu’on peut aimer pour ce qu’elle a de beau. Voyez également comme il n’y a aucun anti américanisme dans ces propos. Je suis patriote pour ne point détester les Américains et pour admirer leur patriotisme. Pourquoi ce qui est remarquable aux Etats-Unis ne l’est pas en France ? Il est révélateur que ce ne sont pas nos soit-disant élites françaises mondialisées qui portent le patriotisme français. Il est vrai que vos paroles ne portaient pas non plus notre drapeau comme sut le faire un ministre français des affaires étrangères à la tribune de l’ONU en 2003.

 

Certes, j’aurais préféré vous décrire mon monde à moi, un monde éclairé qui a pour nom Amadou Hampaté Bâ, Nicolas Gogol, Léon Tolstoï, Nazim Hikmet, Pablo Neruda, Beethoven, Mozart, le Caravage, Rodriguo, Akire Kurosawa, Tchaïkovski pour n’évoquer que les anciens, les modernes ne déméritant pas non plus, Paolo Nutini, Paolo Conte, Bisso Na Bisso, Tiken Jah Fakoly et tant d’autres, de Valparaiso à Reykjavik.

Mais ce mercredi là, c’est de l’Amérique dont il était question. Pour notre grande confusion. Que le peuple américain se rassure, tous mes compatriotes ne sont pas à votre image et j’aurais aimé ne pas vous voir faire allégeance à l’empire au nom de tous les Français comme je n’ai pas eu envie, en écrivant ces lignes de chanter « The Star-Spangled Banner », ni eu le besoin de mettre la main sur le cœur. C’est ma façon personnelle d’adresser un hommage à tous les noms que j’ai cités ; de mon Amérique, mon monde.

 

Simon Archipenko

Président de Voltaire République



[1] Les Etats-Unis lors du second conflit mondial, seraient venus défendre la liberté des européens et pas celle des américains !

[2] Roosevelt : « Je parlerai au peuple Français à la radio et il fera ce que je voudrai. ». L’AMGOT : Allied Military Government of Occupied Territories.

[3] James M.Mc Pherson. La guerre de sécession. Robert Laffont. 1991.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires